Produits de contrefaçon : Bonnes affaires ou erreurs coûteuses?

La production et la vente de marchandises contrefaites constituent un problème mondial, dont le coût se chiffre en milliards de dollars et qui a de sérieuses répercussions économiques et sanitaires pour les États, les entreprises et les consommateurs. La contrefaçon est partout - dans les secteurs alimentaire, audiovisuel, médical et de la mode - et, bien trop souvent, les liens entre les produits contrefaits et la criminalité transnationale organisée sont ignorés dans la chasse aux bonnes affaires à des prix défiant toute concurrence.

Des activités aux mains de la criminalité transnationale organisée

Entreprise très lucrative, la contrefaçon profite à des criminels qui s'appuient d'une part sur une demande soutenue de produits bon marché et d'autre part sur de faibles coûts de production et de distribution. Exploitant l'attrait d'offres griffées à prix cassés ou simplement la situation financière des consommateurs, les activités illicites associées à la contrefaçon ciblent une clientèle non avertie et les chasseurs d'aubaines.

Si les coûts de la contrefaçon sont difficiles à quantifier (et n'incluent pas les préjudices extramonétaires tels les maladies et les décès), l'OCDE en estime la valeur aux alentours de 250 milliards de dollars[1]. Tandis que les contrefacteurs continuent d'engranger des bénéfices considérables, des millions d'individus sont menacés par des produits inefficaces et dangereux.

Il s'agit bien d'un problème transnational. Selon l'Organisation mondiale des douanes, des produits contrefaits destinés à 140 pays ont été découverts en 2008[2]. Dans de nombreux pays, les contrefacteurs mettent à profit l'absence de législation dissuasive, puisque la contrefaçon est pénalement beaucoup moins risquée que d'autres infractions, et élaborent des montages complexes pour déguiser leurs activités. Ils créent des entreprises fictives et des sociétés écrans, exploitent les faiblesses des contrôles aux frontières et des cadres réglementaires, et utilisent de faux documents pour obtenir des substances pharmaceutiques et du matériel de production pour copier des articles authentiques.

Les réseaux criminels de la contrefaçon gèrent des activités mondialisées qui incluent la fabrication, l'exportation, l'importation et la distribution de biens illicites. L'échelle du commerce de marchandises contrefaites et l'ingéniosité de ses intervenants représentent un redoutable défi lancé aux services de détection et de répression, dans la mesure où les contrefacteurs adoptent des méthodes extrêmement souples pour imiter les produits et empêcher leur détection. L'implication des organisations criminelles va souvent au-delà de la fabrication et de l'acheminement de contrefaçons, nombre d'entre elles trempant également dans le trafic de drogues, et d'armes et la traite d'êtres humains.

Peut-on vraiment parler "d'aubaines"?

Les contrefacteurs sont impliqués dans la production illicite de contrefaçons dans pratiquement tous les domaines: alimentation, boissons, vêtements, chaussures, produits pharmaceutiques, articles électroniques, pièces détachées automobile, jouets, monnaies, billets (moyens de transport, concerts, etc.), alcools, cigarettes, articles de toilette, matériaux de construction et bien plus encore. Souvent, la tentation est telle que les consommateurs ne peuvent qu'y céder, d'autant plus qu'ils sont nombreux à ne pas comprendre les risques et les ramifications associées à cette industrie illicite. Plutôt qu'une transaction illégale, l'achat d'un jean ou d'un sac à main de contrefaçon peut s'envisager simplement comme un moyen de suivre la mode à peu de frais. On ne se préoccupe alors guère du fait que l'argent ainsi dépensé peut finir entre les mains de groupes criminels organisés ni des dégâts provoqués au sein des industries dont la survie dépend des ventes licites. L'achat de faux produits pharmaceutiques peut masquer les risques à long terme, avec de nombreux exemples d'incapacités et de décès provoqués par des médicaments frelatés, et contribue au développement de pathologies pharmacorésistantes. Même l'achat d'objets aussi anodins que des lunettes de protection ou des prises électriques présente de sérieux risques en raison de la qualité inférieure des faux, copiés et reproduits illicitement. Les cigarettes de contrefaçon font aussi courir de nombreux risques. Elles sont en effet encore plus dangereuses que les autres, car elles peuvent contenir des quantités beaucoup plus élevées de nicotine et d'autres produits chimiques extrêmement nocifs comme l'arsenic, le benzène, le cadmium et le formaldéhyde.

Les criminels qui se dissimulent derrière ces opérations provoquent d'immenses problèmes dans toutes les sphères de la société: ils menacent la santé publique par la production de "médicaments" frauduleux; ils privent le secteur public de recettes fiscales en contournant les voies officielles; ils alourdissent la dépense publique en augmentant le travail des services de détection et de répression pour combattre ce commerce illicite; et ils font monter le prix des produits authentiques car les sociétés cherchent à compenser leurs pertes.

Plus d'impôts, plus de frais, moins d'emplois

Dans la mesure où les États, les entreprises et la société sont victimes de pertes de recettes fiscales, de gains commerciaux et d'emplois, les ramifications de la contrefaçon affectent chacun d'entre nous. Le flot des produits contrefaits et piratés ponctionne considérablement l'économie mondiale, en créant un commerce souterrain qui prive les États des revenus nécessaires aux services publics essentiels, et appesantit le fardeau fiscal des contribuables. La proportion des ressources publiques que les autorités consacrent à des méthodes de détection de la fraude augmente également, de même que les budgets des services de renseignements et de police requis pour lutter contre des systèmes et des réseaux sophistiqués. Les contrefaçons sapent également le marché du travail: les produits copiés et fabriqués illicitement portent préjudice aux ventes d'articles authentiques, ce qui réduit le chiffre d'affaires des entreprises légitimes. Les médicaments frauduleux ont également une influence directe sur l'augmentation du coût de la santé en raison de périodes de traitement prolongées et de complications médicales dues à la propagation de pathologies nécessitant des traitements lourds. Les prix des produits authentiques sont généralement aussi plus élevés, les entreprises renforçant leurs systèmes de sécurité pour combattre les activités criminelles organisées et devant donc investir plus de moyens dans la recherche et le développement.

Première pièce à conviction: Les faux médicaments - une tragédie de santé publique

Les médicaments frauduleux sont l'une des formes les plus dommageables des produits contrefaits. Ces dernières années, on a observé une forte progression de la fabrication, du commerce et de la consommation de ces produits, souvent avec des résultats néfastes, leur consommation ayant parfois entraîné la mort. La vente de médicaments frauduleux d'Asie vers l'Asie du Sud-Est et l'Afrique représente à elle seule quelque 1,6 milliard de dollars des États-Unis par an[3], dont une part importante vient alimenter l'économie illicite. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime par ailleurs que jusqu'à 1 % des médicaments disponibles dans le monde développé sont des médicaments frauduleux. Ce chiffre atteint 10 % dans certains pays en développement, et dans certaines régions d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine, les produits pharmaceutiques frauduleux représentent jusqu'à 30 % des médicaments disponibles sur le marché[4]. Dans un article publié dans la revue médicale The Lancet à la mi-2012, il était indiqué qu'un tiers des médicaments utilisés contre le paludisme en Asie de l'Est et en Afrique subsaharienne étaient des médicaments frauduleux[5].

Les préparations pharmaceutiques contrefaites présentent des dangers particuliers. Soit elles contiennent une dose inappropriée de principes actifs, soit aucune, soit encore des substances complètement différentes. Dans certains cas, les médicaments frauduleux renferment des substances très toxiques, comme du poison pour les rats. Les médicaments frauduleux privent également les malades du traitement dont ils auraient besoin les laissant ainsi vulnérables face à la maladie qu'il faudrait traiter. Ils contribuent par ailleurs à rendre plus résistants certains virus et certaines maladies parmi les plus dangereux au monde en favorisant le développement de souches pharmacorésistantes, car les principes actifs ne sont plus en mesure d'agir correctement. Ainsi, des souches plus résistantes sont transmises à d'autres victimes et les vrais médicaments que prennent ces dernières pour lutter contre la même maladie sont moins efficaces.

Tous les types de médicaments, aussi bien les produits de marque que les génériques, peuvent être fabriqués frauduleusement, qu'il s'agisse d'analgésiques ou de produits antihistaminique ordinaires, de médicaments liés au mode de vie, comme les amincissants ou les médicaments traitant les dysfonctionnements sexuels, ou encore de médicaments assurant la survie utilisés dans le traitement du cancer et des cardiopathies. Les médicaments servant à traiter les dépressions, la schizophrénie, le diabète, l'hypertension et le cholestérol figurent aussi au nombre des produits fréquemment falsifiés.

En Afrique de l'Ouest, on observe une nette progression des médicaments frauduleux, y compris des antibiotiques, des antirétroviraux et des médicaments administrés pour combattre des maladies menaçant le pronostic vital comme le paludisme et la tuberculose. Par ailleurs, en Asie, important fabricant de médicaments licites, la production de médicaments frauduleux est à la hausse. Selon les statistiques de l'Organisation mondiale des douanes, les deux tiers environ des produits contrefaits (médicaments et autres produits) découverts à l'échelle mondiale en 2008 provenaient d'Asie de l'Est[6].

Deuxième pièce à conviction: les aliments frelatés - un repas mortel

Les produits alimentaires représentent un autre secteur que les contrefacteurs continuent d'exploiter, mais souvent le public méconnaît le problème. Chaque année, des milliers de consommateurs dans le monde entier se laissent abuser par des produits alimentaires contrefaits qu'ils achètent au prix fort. Un stratagème privilégié par les criminels consiste à mal étiqueter des aliments intentionnellement et à les présenter comme s'il s'agissait d'articles de luxe ou comme provenant de certains pays pour justifier leur prix élevé. Une récente évaluation fondée sur des données collectées par la Food Standards Agency du Royaume-Uni[7] donne à penser que la fraude pourrait toucher jusqu'à 10 % de toutes les denrées alimentaires achetées dans le pays. Le "saumon sauvage", qui serait en fait du poisson d'élevage dans un cas sur sept, en est un bon exemple.

Les consommateurs ne sont pas simplement induits en erreur lorsqu'ils croient consommer des produits de qualité supérieure. Il suffira de mentionner un seul exemple de ce commerce des aliments contrefaits potentiellement mortels: en 2008, des milliers de bébés chinois sont tombés malades après avoir bu du lait contaminé par de la mélamine, produit chimique normalement utilisé dans les matières plastiques. Alors que ce produit est interdit dans les produits alimentaires, il avait été ajouté pour couper le lait afin de donner l'impression, lors des tests, que le liquide était plus riche en protéines. L'onde de choc provoquée par cette affaire d'aliments contaminés s'est propagée dans le monde entier, et l'on a craint que ces aliments aient pu être exportés jusqu'en Europe, voire au-delà. Dans certains cas également, du poison pour les rats et d'autres produits chimiques dangereux ont été retrouvés dans des aliments contrefaits en remplacement d'additifs licites plus coûteux.

Coopération internationale et pouvoir des consommateurs

Le secteur de la contrefaçon se développe à l'échelle mondiale dans de nombreux pays, entre les mains de réseaux criminels transnationaux. Pour lutter contre cette criminalité, il est de plus en plus nécessaire d'engager une action au niveau tant local qu'international. La Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée représente sur le plan mondial la plate-forme la plus ouverte à l'appui de la coopération dans ce domaine. 170[8] pays y sont actuellement parties et se sont engagés à combattre la criminalité organisée sur le plan local et international, notamment à travers la collaboration et en veillant à ce que les législations nationales soient convenablement structurées. En octobre 2012, l'ONUDC accueillera la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée. Cette Conférence, qui se réunit tous les deux ans, rassemble les gouvernements du monde entier, l'objectif étant de promouvoir la mise en œuvre de la Convention, d'examiner son état d'avancement et, partant, d'en améliorer l'application pour faire face à ce problème mondial.

Des organisations comme INTERPOL et l'Organisation mondiale des douanes jouent également un rôle central dans la lutte contre la criminalité de cette nature, compte tenu en particulier de l'aspect transfrontière des opérations qui sous-tendent la contrefaçon. En nouant un lien essentiel entre les services de détection et de répression, leur action illustre parfaitement les mesures qui sont nécessaires pour faire obstacle aux réseaux de la criminalité transnationale organisée.

Il importe également de mieux sensibiliser les esprits à l'ampleur du problème. Cette responsabilité est largement partagée. Ainsi, les organisations internationales, les autorités de la santé publique, les organismes commerciaux, les groupes de consommateurs et les citoyens concernés peuvent tous contribuer à sensibiliser la population aux dangers que représentent les produits contrefaits pour la santé et la sécurité. Par exemple, les sociétés privées complices de ce commerce devraient être dénoncées et mises hors la loi, et les codes de conduite devraient être appliqués plus strictement.

Les services de détection et de répression devraient aussi agir plus énergiquement à l'égard des contrefacteurs et leurs efforts devraient être appuyés par des législations locales de vaste portée, adaptées à ce type de criminalité. Une action concertée et intersectorielle à l'échelle internationale est indispensable pour démasquer les criminels, enquêter à leur sujet et les poursuivre. Un secteur, par exemple, où une telle action fait défaut dans de nombreuses régions du monde est celui des cyberpharmacies qui se livrent à des opérations illicites sans grand risque d'être inquiétées.

Les consommateurs eux aussi doivent user de leur influence et faire preuve d'un esprit sélectif dans leurs achats. Si, souvent, ils ne peuvent repérer certains produits contrefaits, comme les médicaments qui contiennent des substances dangereuses, ils devraient éviter d'acheter des produits qui sont plus manifestement contrefaits. Les réseaux de la contrefaçon peuvent continuer d'opérer - et ils continueront - aussi longtemps que les consommateurs soutiendront cette forme de commerce illégal.

Si vous savez qu'un film a été illégalement copié et qu'il est vendu comme un produit de contrefaçon, ne l'achetez pas. Si la marque d'un de vos créateurs préférés n'est manifestement pas "sa" marque, abstenez‑vous. Outre ces produits qui sont à l'évidence contrefaits, soyez attentifs à d'autres signes révélateurs. Si un médicament dont vous savez qu'il doit être normalement délivré sur ordonnance est disponible en ligne sans ordonnance, sachez qu'il peut nuire à votre santé et peut-être de façon irréversible. Et n'oubliez pas, si ces achats peuvent vous faire économiser de l'argent à court terme, à long terme, les dommages infligés vous coûteront beaucoup plus cher.

Avertissement:

La présente fiche d'information n'a pas été revue par les services d'édition. Le contenu ne reflète pas nécessairement les opinions ou politiques de l'ONUDC ou des organisations qui ont contribué à son élaboration et n'implique pas leur approbation. Les appellations employées dans la présente publication et la présentation des données qui y figurent n'impliquent de la part de l'ONUDC aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites.

Sources


[1] Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). 2007. http://www.oecd.org/dataoecd/57/27/44088872.pdf. Ce chiffre ne comprend pas la production et la consomation intérieures de produits contrefaits ni le volume important de produits numériques piratés qui sont distribués via internet. Si ces élements sont ajoutés, la montant de contrefaçon à l'echelle mondiale serait de plusieurs centaines de milliards de dollars.

[2] Organisation mondiale des douanes: Customs and IPR Report. 2008 (rapport sur les douanes et les DPI). http://www.wcoomd.org/files/1.%20Public%20files/PDFandDocuments/Enforcement/IPR%202008%20EN%20web.pdf

[3] UNODC: The Globalization of Crime: A Transnational Organized Crime Threat Assessment. 2010 http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/tocta/TOCTA_Report_2010_low_res.pdf

[4] Organisation mondiale de la Santé (OMS): Counterfeit medicines: An update on estimates http://www.who.int/medicines/services/counterfeit/impact/TheNewEstimatesCounterfeit.pdf

[5] The Lancet. 2012. http://www.thelancet.com/

[6] UNODC. 2010. The Globalization of Crime: A Transnational Organized Crime Threat Assessment. http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/tocta/TOCTA_Report_2010_low_res.pdf

[7] Cité dans The New Scientist, volume 192, n° 2577, 11 novembre 2006, pages 40 à 43 (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0262407906609780)

Données essentielles

L'OCDE estime la valeur des contrefaçons à 250 milliards de dollars par an. L'Organisation mondiale des douanes a quant à elle découvert des produits contrefaits destinés à 140 pays.

Les médicaments frauduleux sont l'une des formes les plus dommageables des produits contrefaits : à elle seule, la vente de médicaments frauduleux d'Asie vers l'Asie du Sud-Est et l'Afrique représente quelque 1,6 milliard de dollars.

Il a été estimé qu'un tiers des médicaments utilisés contre le paludisme en Asie de l'Est et en Afrique subsaharienne étaient des médicaments frauduleux.

L'implication des organisations criminelles va souvent au-delà de la fabrication et de l'acheminement de contrefaçons, nombre d'entre elles trempant également dans le trafic de drogues, et d'armes et la traite d'êtres humains.

Près de deux tiers des produits contrefaits (médicaments et autres biens) découverts dans le monde en 2008 provenaient d'Asie de l'Est.

Copyright©2014 L'ONUDC, Tous droits réservés, Avis juridique