Le médecin n'avait pas prescrit cela - les liens grandissant entre les médicaments frauduleux et le crime organisé

Photo: UNODC English / Anglais

12 mai 2011 - Avec une valeur annuelle estimée à 1.6 milliard de dollars (uniquement pour l'Asie et l'Afrique), l'industrie, dangereuse et mortelle, des médicaments frauduleux est devenue non seulement une des principales préoccupations sanitaires à travers le monde, mais elle est également un lieu où la criminalité organisée prospère. En raison des faibles risques et des rendements élevés, l'engouement des groupes criminels parait évident.

Touchant aussi bien les régions développées et que les régions en voie de développement, la production et le trafic de ces produits illicites mettent de plus en plus de vies en danger partout dans le monde et, de même, stimulent des activités criminelles.

L'Organisation Mondiale de la Santé estime que 3 produits pharmaceutiques sur 10 sont faux sur l'ensemble des marchés africains, asiatiques et latino-américains. Entre 50% à 60% des médicaments anti-infectieux testés dans certaines régions d'Asie et d'Afrique se sont révélés contenir des ingrédients actifs dépassant les normes acceptables.

Cette criminalité n'est cependant pas limitée aux pays en voie de développement. Malgré la baisse des cas détectés de médicaments frauduleux dans les pays développés, en 2008, l'Union douanière européenne a détecté plus de 3,200 tentatives d'importation de faux médicaments, impliquant près de 9 millions d'articles.

Cette préoccupation croissante concernant les médicaments frauduleux et l'expansion de ce commerce par les groupes criminels a été mise en exergue lors de la Commission du mois dernier à Vienne sur la prévention du crime et sur la justice pénale. Les représentants qui ont assisté à la réunion ont demandé à l'UNODC, et ce en collaboration étroite avec d'autres entités des Nations Unies et des organisations internationales telles que l'Organisation mondiale de la santé, l'Organisation mondiale des douanes et INTERPOL, de venir en aide aux pays afin de répondre à cette menace grandissante. Le directeur général, Yury Fedotov, a demandé qu'une attention accrue soit accordée: « Les médicaments frauduleux offre aux groupes criminels organisés un produit de rendement élevé avec des risques relativement faibles, et ce au détriment de la santé des personnes crédules. Ces produits frauduleux tuent aveuglément: ils privent les plus pauvres des médicaments vitaux et sont responsables d'innombrables décès. »

Au-delà de l'impact direct sur les victimes, les médicaments frauduleux peuvent, entre autres, également alimenter la résistance des bactéries. Les experts de la santé ont averti que chaque patient victime de médicaments frauduleux devient un vecteur d'évolution à l'intérieur duquel des «supermicrobes» peuvent se développer, ce qui constitue une menace mondiale pour la santé publique.

Avec la mondialisation des marchés licites et la libre circulation des marchandises à travers les frontières, les réseaux criminels organisés utilisent davantage les circuits licites pour déplacer des médicaments frauduleux et pour les distribuer dans les régions où il y a un système juridique inefficace avec des faiblesses aux niveaux des cadres et des réglementations juridiques. En plus des méthodes traditionnelles de contrebande, les pharmacies illicites utilisent les services Internet et les transports postaux pour vendre des médicaments frauduleux. Ceci est un défi majeur pour les forces de l'ordre à l'heure de l'ère numérique.

Informations Complémentaires:

Commission pour la prévention du crime et la justice pénale

Criminalité organisé

[close]
Related Videos
    All Multimedia