Etude 2011 : la culture de coca en Colombie reste stable

Photo: UNODC

25 juillet 2012 - La surface dédiée à la culture de coca en Colombie a augmenté de 3 % en 2011 pour atteindre 64 000 hectares, soit 2 000 de plus qu'en 2010. Dans l'ensemble, la culture de la matière première pour la production de cocaïne est restée stable.

Le rapport pour l'année 2011 démontre que bien que la surface dédiée à la culture de la feuille de coca ait diminué dans 14 de 24 départements de la Colombie, cela n'a pas compensé les augmentations dans six autres départements. Aucun changement majeur n'a été observé dans les quatre départements restants.

Près de deux-tiers (62 %) de la culture de coca se concentrait dans seulement quatre départements (Nariño, Putumayo, Cauca et Guaviare) ; cependant, tous ont observé une augmentation des surfaces cultivées. La région Putumayo-Caquetá a observé une hausse des cultures de 80 %, de 7 360 hectares en 2010 à près de 13 280 hectares en 2011. Les zones de la côte Pacifique n'ont pas montré de changement significatif.

En 2011, le Gouvernement a manuellement éradiqué 34 170 hectares de cocaïers et a pulvérisé un total de 103 302 hectares. Alors que les pulvérisations aériennes se sont maintenues aux mêmes taux qu'en 2010, l'éradication manuelle a chuté de 22 %.

Des études récentes ont révélé que le rendement de feuilles de coca par hectare est en baisse. Cela est vraisemblablement dû au fait que les cultivateurs utilisent moins de fertilisants et de produits agrochimiques. Ainsi, la production potentielle de cocaïne est restée stable en 2011, s'élevant à 345 tonnes, soit 1 % de moins qu'en 2010 avec 350 tonnes.

La valeur de la feuille de coca et de ses dérivés (pâte de coca, cocaïne base) à la sortie de l'exploitation était estimée en 2011 à 420 millions de dollars, soit près de 0,2 % du PIB.

Le revenu net moyen d'un cultivateur de feuilles de coca avoisine les 2 dollars par jour, un chiffre proche du seuil d'extrême pauvreté fixé par la communauté internationale. Les cultivateurs de coca à petite échelle bénéficient donc très peu du marché très lucratif de la cocaïne. Le nombre de foyers impliqués dans la culture de coca a chuté de 2 % entre 2010 et 2011, de 63 660 à 62 400.

L'ONUDC assiste le Gouvernement colombien dans le contrôle de la culture de coca depuis 1999. L'étude annuelle, appuyée par l'ONUDC, se base principalement sur des données obtenues par imagerie satellite et par des enquêtes sur le terrain afin d'évaluer la production de feuilles de coca.

Informations associées :

Rapport complet : Colombia Monitoreo de Cultivos de Coca 2011 Junio 2012 (pdf)

Rapport complet (anglais) : Colombia Coca cultivation survey 2011 June 2012 (pdf)

ONUDC : contrôle des cultures

[close]
Related Videos
    All Multimedia