L'ONUDC aide les agriculteurs de la République démocratique populaire lao à trouver des alternatives à la culture du pavot à opium

Photo: UNODC Lao PDR/ Mr. Mr Bounthan, a farmer from the Oudomxay province in Lao PDR proudly shows off his farm produce, thanks to a UNODC supported project on alternative livelihoods

2 août 2012 - Détourner les cultivateurs de la culture du pavot à opium en République démocratique populaire lao, anciennement dans le triangle d'or d'Asie du Sud-Est, constitue un véritable défi. Dépourvus d'emplois durables, les agriculteurs de subsistance se tournent vers les cultures marchandes lucratives afin de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles.

En 1998, la République démocratique populaire lao était le troisième pays producteur de pavot à opium et présentait l'un des plus hauts taux d'addiction à l'opium. De 1998 à 2005, la culture du pavot à opium et l'addiction à l'opium ont respectivement chuté de 93 % et de 68 % dans le pays, grâce à la forte implication du Gouvernement.

En 2005, la culture du pavot à opium est devenue illégale dans le pays. Bien que cette mesure visait à réduire la production d'opium, elle a privé de nombreux agriculteurs de leurs moyens de subsistance. Sans source de revenus alternative, la majorité de ces agriculteurs était susceptible de se tourner à nouveau vers la culture du pavot à opium.

Bien que la République démocratique populaire lao ait significativement réduit la culture du pavot à opium en 2007, le pays a récemment connu une récente résurgence de la culture du pavot à opium, fragilisant les progrès obtenus. De 2008 à 2011, la surface cultivée a plus que doublé, atteignant désormais 4 100 hectares.

Afin d'aider les agriculteurs à mener à bien des projets de subsistance alternative à la culture d'opium, l'ONUDC est présent dans six pays d'Asie du Sud, notamment la République démocratique populaire lao.

Dans la République démocratique populaire lao, les cultivateurs de la province d'Oudomxay ont pu bénéficier de projets de développement alternatif, notamment par le biais de techniques de production améliorées. Les agriculteurs utilisent désormais des techniques de culture sous serre et des systèmes d'irrigation à petite échelle. Ils ont pu être formés afin d'obtenir un meilleur rendement et des semences résistantes aux maladies. Depuis le début du projet, les agriculteurs ont décuplé leurs revenus provenant de la vente de produits agricoles tels que les pêches ou les légumes biologiques.

Il est encourageant de constater que les régions qui ont bénéficié du programme de développement alternatif, telles que la province d'Odoumxay, n'ont pas enregistré d'augmentation de la culture de pavot à opium.

Le projet réalisé dans la province d'Oudomxay adopte une approche globale et a pour but d'augmenter la production de cultures légales, créer des activités rentables, développer les associations et coopératives d'agriculteurs et de prévenir la production et la consommation d'opium. Le projet accorde une importance particulière à la participation des femmes dans les activités proposées.

En s'attaquant à l'insécurité alimentaire, le projet mis en place en République démocratique populaire lao participera aux efforts du Gouvernement pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement pour la réduction de la pauvreté et de la faim, l'égalité des sexes et le développement durable.

La coopération Sud-Sud pour le développement est particulièrement importante. Le projet, financé par le Gouvernement allemand, est mis en place en partenariat avec la Royal Project Foundation de Thaïlande et l'Institut de recherche pour le développement des Hautes terres de Thaïlande, qui jouit d'une expérience de plus de 40 ans dans le domaine de l'agriculture et des tribus montagnardes.

En mars, l'ONUDC et l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) ont travaillé conjointement pour le développement local dans les communautés rurales modestes dépendantes de la culture de drogues illicites. Depuis 2007, les deux agences travaillent sur des projets de réhabilitation des personnes dépendantes à l'opium en les impliquant dans des activités productrices de revenus, des projets de services sociaux et d'infrastructures et améliorent la disponibilité de produits sur le marché.

Informations associées :

Projet de développement alternatif de l'ONUDC : Améliorer la sécurité alimentaire et promouvoir la production de plants légaux en République démocratique populaire lao

L'ONUDC dans la République démocratique populaire lao

L'ONUDC et le développement alternatif

[close]
Related Videos
    All Multimedia