L'Assemblée générale évalue les progrès de la lutte contre la traite des personnes

UNODC Executive Director speaks at the High Level Meeting of the GA on human trafficking14 mai 2013 - Hier, l'Assemblée générale des Nations Unies a tenu une Réunion de haut-niveau abordant la question tragique de la traite des personnes. Elle a été conduite par le Président de l'Assemblée Générale Vuk Jeremić, en présence du Secrétaire général, Ban Ki-moon. 85 États ont assisté à la réunion, ainsi que Mira Sorvino, Ambassadrice de bonne volonté de l'ONUDC pour la lutte contre la traite des personnes, et de nombreux représentants de la société civile.

Dix ans après l'entrée en vigueur de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et du Protocole additionnel relatif à la traite des personnes, et trois ans après l'adoption du Plan d'action mondial des Nations Unies pour la lutte contre la traite des personnes, les États Membres se sont réunis à New York pour évaluer les progrès accomplis dans ce domaine et élaborer une stratégie pour l'avenir.

La traite des personnes est un crime qui affecte le monde entier et fait des millions de victimes, même s'il reste en grande partie dissimulé. « Nous faisons face à un crime du 21 e siècle, cynique, sophistiqué et caractérisé par une grande capacité d'adaptation, existant aussi bien dans les pays développés que ceux en voie de développement » a déclaré Yury Fedotov, Directeur exécutif de l'ONUDC, à l'ouverture de la Réunion de haut niveau.

Afin de susciter une action concertée à l'échelle internationale contre l'esclavage moderne, les pays ont adopté le Plan d'action mondial en juillet 2010. Celui-ci engage les pays membres à signaler les cas de traite des personnes et à renforcer les prises de mesures collectives.

Passant en revue les progrès du Plan d'action mondial à New York, M. Fedotov a annoncé de bonnes nouvelles : à ce jour, 83% des pays ont adopté des lois pour lutter contre la traite des personnes, alors qu'en 2009 - avant l'adoption du Plan d'action mondial - ce chiffre n'était que de 60%. « Le nombre de pays d'Afrique et du Moyen-Orient qui ont adopté des lois contre la traite des personnes est très encourageant : il a doublé au cours des trois dernières années » a-t-il poursuivi.

De plus, d'après le Rapport mondial sur la traite des personnes de 2012 de l'ONUDC, le nombre de condamnations a globalement augmenté : 25% des pays ont relevé une augmentation marquée des condamnations, tandis que les 75% restant considèrent la situation comme stable.

Néanmoins, des défis subsistent: dans l'ensemble, les taux de condamnations continuent d'être faibles, la collecte de données reste difficile, et 39 États Membres n'ont toujours pas ratifié le Protocole additionnel relatif à la traite des personnes. En outre, le soutien aux victimes souffre de lacunes. Le Fonds de contributions volontaires des Nations Unies en faveur des victimes de la traite des personnes manque notamment de financements et n'est, pour cela, pas en mesure de fournir aux victimes du monde entier une assistance et un soutien complets.

Le Secrétaire général Ban Ki-Moon a appelé tous les États Membres à ratifier le Protocole additionnel relatif à la traite des personnes afin d'atteindre une ratification et une mise en œuvre universelles.

M. Fedotov a encouragé les États Membres à augmenter leur engagement et financement pour la lutte contre la traite des personnes, et leur a demandé de fournir des données complètes, nécessaires pour cerner la nature de ce crime mondial.

M. Fedotov a appelé a davantage de coopération entre les États afin de relever ce défi mondial. « Le succès contre les trafiquants peut seulement être remporté si nous nous engageons plus pleinement dans des mécanismes élaborés de coopération » a-t-il répété. « Nous devons échanger davantage les pratiques exemplaires, développer une plus grande entraide judiciaire, mener plus d'opérations conjointes aux frontières, lier les stratégies nationales sur la traite des personnes aux approches régionales et internationales, et renforcer la coopération des principaux acteurs de la société civile, du secteur privé et des médias ».

Informations complémentaires :

Rapport mondial sur la traite des personnes de 2012 de l'ONUDC (pdf anglais)

Fonds de contributions volontaires des Nations Unies en faveur des victimes de la traite des personnes

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

L'ONU demande un soutien accru au Plan d'action mondial pour la lutte contre la traite des personnes (UN News Centre)

[close]
Related Videos
    All Multimedia