L'Opération COCAIR VI en partenariat avec l'ONUDC intercepte 900kg de cocaïne

L'Opération COCAIR VI en partenariat avec l'ONUDC intercepte 900kg de cocaïne . Photo: ONUDC26 Janvier 2017 - Les services de lutte contre la fraude des aéroports d'une trentaine de pays d'Afrique, d'Amérique Latine, des Caraïbes et du Moyen Orient ont intercepté en décembre 900 kilograms (kg) de cocaïne au cours de l'Opération COCAIR VI. L'Opération fait partie du projet  AIRCOP mis en œuvre par l'ONUDC, l'Organisation mondiale des douanes (OMD) et l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol).

La cocaïne se situe en tête du nombre de saisies et de quantités interceptées tandis que des drogues telles que l'héroïne, le tabac, la méthamphétamine, le cannabis, le khat, les médicaments, et le diéthylamide de l'acide lysergique (LSD) figurent parmi les autres produits interceptés par les forces de l'ordre.

Parmi les résultats de l'Opération on compte notamment trois interceptions pour un total de plus de 700.000 US Dollards. Ces résultats montrent que la circulation de devises en contrebande observée au cours des Opérations COCAIR précédentes est toujours prévalente. L'Opération a conduit à la détention de trente-deux personnes et à l'incrimination de deux entreprises.

L'objectif principal de l'Opération était d'intercepter les envois illicites de cocaïne par voie aérienne depuis l'Amérique du Sud en direction de l'Europe, directement ou via des zones de transit en Afrique. Plus globalement, il s'agissait de détecter les substances illicites ou articles de contrebande pouvant être acheminés par voie aérienne.

Le projet AIRCOP vise à améliorer les contrôles dans les aéroports internationaux en Afrique, en Amérique latine et dans les Caraïbes en y établissant des Cellules Aéroportuaires Anti Trafics (CAAT), et en réunissant les acteurs nationaux des forces de l'ordre et de la lutte contre la fraude.

Dans le cadre du projet, les CAAT et d'autres unités ont constitué un réseau anti-fraude couvrant 38 aéroports dans 35 pays. Le réseau a permis aux agents d'échanger des informations et d'enregistrer leurs saisies via un système de communication sécurisé, CENcomm.

Les agents ont également eu accès aux bases de données d'INTERPOL (I-24/7) pour rechercher les antécédents judiciaires des personnes interpellées et contrôler l'authenticité des titres de transport et documents d'identité.

Outre les CAAT, les Bureaux régionaux de liaison chargés du renseignement (BRLR) d'Afrique de l'Ouest, d'Europe de l'Ouest, d'Afrique Centrale, d'Asie et des Caraïbes ont participé à l'Opération.

Financée par l'Union Européenne, l'Opération COCAIR VI a contribué à consolider la coopération entre les services opérationnels des pays participants. De plus, le rapprochement avec le projet CRIMJUST ouvre de nouvelles opportunités en matière de poursuite des investigations par les services nationaux d'enquêtes judiciaires sur les saisies de devises afin d'en déterminer l'origine ou la finalité.

Plus d'informations:

Programme de communication aéroportuaire (AIRCOP)

Projet CRIMJUST

[close]
Related Videos
    All Multimedia