La Princesse Thaïlandaise ambassadrice de bonne volonté de l'ONUDC visite une prison pour femmes afin de promouvoir des réformes 

La Princesse Thaïlandaise ambassadrice de bonne volonté de l'ONUDC visite une prison pour femmes afin de promouvoir des réformes Photo: ONUDC25 Janvier 2018 - L'ambassadrice de bonne volonté de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) pour l'État de Droit en Asie du Sud-Est, Son Altesse royale la Princesse Bajrakitiyabha Mahidol, le Représentant régional de l'ONUDC Jeremy Douglas, le Directeur exécutif de l'Institut Thaïlandais pour la Justice Kittipong Kittiyarak, des diplomates de haut rang et des directeurs de prisons de la région ont visité aujourd'hui une prison pour femmes dans le Nord de la Thaïlande, rencontrant des détenues, examinant l'état des installations et discutant de la réforme du système de justice pénale.

La visite a été organisée pour mettre en lumière et examiner différentes initiatives du gouvernement thaïlandais et du projet 'Kamlangjai' ou 'Inspire' pour améliorer les conditions de détention dans les prisons thaïlandaises, à commencer par les projets pilotes récemments développés pour aider les détenues incarcérées dans l'Institut correctionnel Chiang Mai pour les femmes.

La Thaïlande accueille environ 10% de la population d'Asie du Sud-Est mais regroupe actuellement 40% de ses détenus, dont la majorité purge des peines pour des infractions liées aux drogues. Les femmes sont vulnérables à des facteurs sociaux particuliers notamment la discrimination et l'exploitation qui les conduisent à s'impliquer dans des crimes. Elles sont également vulnérables à un système pénitentiaire qui ne tient pas compte de leurs besoins car il n'a pas été conçu en prenant en compte ces besoins.

La Princesse Thaïlandaise ambassadrice de bonne volonté de l'ONUDC visite une prison pour femmes afin de promouvoir des réformes Photo: ONUDCReconnaissant qu'une approche différente est nécessaire, la Princesse Mahidol et le gouvernement de la Thaïlande ont œuvré en étroite collaboration avec l'ONUDC pendant le développement des règles de Bangkok pour le traitement des femmes détenues qui ont été adoptées par l'Assemblée générale de l'ONU en 2010, et ils poursuivent leur partenariat pour encourager leur mise en œuvre. Les règles de Bangkok visent à assurer la dignité fondamentale des femmes détenues, en les traitant avec compassion et compréhension pendant leur incarcération, tout en contribuant à améliorer la sécurité des communautés en les préparant à la vie après la libération.

Dans ses remarques prononcées au début de la visite, la Princesse Mahidol a déclaré : "En tant qu'ambassadrice de bonne volonté de l'ONUDC en Asie du Sud-Est j'aspire à promouvoir la compréhension de l'idée que l'État de Droit dans la région ne dépend pas que de la poursuite et de la punition des contrevenants. Nous devons garantir une justice équitable et juste, nous devons comprendre les raisons pour lesquelles des personnes se retrouvent en prison. Nous devons également répondre aux besoins spécifiques des femmes dans les prisons, telles que celles que nous rencontrons aujourd'hui. Elles ont un potentiel incroyable pour contribuer à la société et aux communautés, et nous devons les soutenir pour qu'elles réalisent ce potentiel."

Le centre de formation professionnelle à l'intérieur de la prison a récemment été agrandi et amélioré pour aider à préparer les détenues à la vie après la prison en les équipant avec les capacités nécessaires pour gagner leur vie une fois qu'elles sont sorties. Des certificats et formations de massage, cures thermales, tissage et textiles, cuisine, production de vêtements sont délivrés - des métiers qui permettent de gagner un revenu viable et de réussir sa réintégration dans la société. Les installations pour les services de soins de santé ont été améliorées pour répondre aux besoins spécifiques des femmes détenues.

La Princesse Thaïlandaise ambassadrice de bonne volonté de l'ONUDC visite une prison pour femmes afin de promouvoir des réformes Photo: ONUDCJeremy Douglas, Représentant régional de l'ONUDC, a noté que "les installations et programmes de santé et de réinsertion que nous avons vu à la prison pour femmes de Chiang Mai sont un exemple que nous encourageons au niveau national. Ils font une vrai différence." Il a ajouté: "C'est un bon début et un modèle pour d'autres prisons thaïlandaises, c'est également un modèle que les systèmes pénitentiaires d'autres pays dans la région peuvent envisager. Promouvoir les règles de Bangkok et les règles Nelson Mandela fait partie d'un programme de réforme pénale plus large que nous prônons avec Son Altesse en Asie du Sud-Est."

Le Dr. Kittipong Kittiyarak, Directeur exécutif de l'Institut Thaïlandais pour la Justice, a commenté en disant qu' "il est vital au bien-être de ces femmes, de leurs familles et de leurs communautés, que la prochaine étape soit pour elles une opportunité pour sortir des circonstances qui les ont initialement conduites à être emprisonnées. Le succès de ce programme sera mesuré dans des taux de récidivisme plus bas, mais surtout dans des vies transformées."

Le rôle d'ambassadrice de bonne volonté de l'ONUDC pour l'Etat de droit en Asie du Sud-Est fait partie de l'engagement de Son Altesse la Princesse Mahidol pour aider à promouvoir les Objectifs de développement durable de l'ONU et le Programme 2030 dans la région.

Plus d'informations:

L'ONUDC en Asie du Sud-Est

[close]
Related Videos
    All Multimedia