Que fait-on?

» Environ dix pour cent de toutes les nouvelles infections à VIH à travers le monde sont dues à l'injection de drogues, mais dans certaines régions, à l'heure actuelle, il s'agit de la principale voie de transmission du VIH - qui représente plus de 80 pour cent des cas de VIH." Christian Kroll , L'ONUDC Coordinateur Global pour le VIH / sida, parle au sujet du VIH et l'utilisation de drogues injectables. (Durée: 5:20) [Écouter] Anglais

L'ONUDC aide les pays à fournir aux personnes qui injectent des drogues, aux prisonniers et aux personnes vulnérables au trafic d'êtres humains des services de prévention du VIH, de traitement et de soins dont l'efficacité est scientifiquement prouvée à travers:

  • Le plaidoyer
  • Le soutien au développement de législations et de politiques efficaces
  • Le outien au développement d'interventions et de programmes intégrés et complets ;
  • Le renforcement des capacités des acteurs nationaux, y compris les organismes gouvernementaux, la société civile et les organisations communautaires pour assurer une couverture optimale de ces groupes de population par les services VIH

L'une des leçons les plus importantes de plus de deux décennies de travail sur le VIH et le SIDA, est que les interventions de prévention et de soins doivent être globales et multisectorielles pour répondre aux besoins souvent très divers des populations vulnérables. Prévention, traitement et les soins doivent aller main dans la main et au sein d'initiatives de grande envergure, comme la Déclaration politique sur le VIH / sida, qui a été adopté par l'Assemblée générale en 2006 (résolution 60/262), donne l'exemple.

Afin d'inverser les tendances actuelles des épidémies de VIH et le SIDA et de prévenir une nouvelle vague d'épidémies, les interventions doivent être globales, scientifiquement prouvées efficaces, et immédiatement de grande envergure. L'ensemble complet d'interventions de prévention du sida pour les usagers de drogues, est agréé par la Commission des stupéfiants, le Conseil de coordination du programme de l'ONUSIDA, et le Conseil économique et social.

Travailler main dans la main

Le programme VIH / SIDA de l'ONUDC se fait en partenariat avec tous les co-parrains de l'ONUSIDA et tous les partenaires clés, y compris les organisations de la société civile et les organisations de personnes vivant avec le VIH / SIDA.

Le Bureau travaille également avec les groupes thématiques des Nations Unies sur le VIH / sida, et groupes de travail techniques nationaux spécifiques sur les domaines dans lesquels l'ONUDC a un rôle de premier plan dans le cadre général de la mise en place des plans d'appui de l'ONU. Pour ces groupes de travail, l'ONUDC préconise notamment la participation de tous les acteurs, tels que ceux de la santé, de l'application des lois et de la justice pénale, ainsi que les organisations non-gouvernementales et les personnes vivant avec ou affectées par le SIDA.

 

Les organisations de la société civile jouent un rôle vital dans le traitement, la prévention et les soins pour le VIH et le SIDA.

Les partenariats avec des organisations de la société civile sont considérés comme particulièrement importants par l'ONUDC. Dans de nombreuses régions du monde, l'épidémie de VIH continue de se propager à un rythme alarmant au sein de groupes spécifiques, souvent marginalisés, comme les personnes qui utilisent des drogues, les personnes en milieu carcéral, et les travailleurs du sexe. Ces groupes vulnérables sont souvent privés de leurs droits fondamentaux, celui d'avoir accès aux services de prévention, traitement et de soins ainsi que celui d'exprimer leurs besoins spécifiques.

La participation significative des personnes vivant avec le VIH

L'ONUDC estime que les organisations de la société civile jouent un rôle vital dans la prévention du VIH / sida et le soin pour les groupes vulnérables, en leur donnant des moyens pour que leurs voix soient entendues lors des prises de décisions qui affectent leurs vies. L'Office a ainsi activement promu la participation significative de ces organisations, y compris des organisations de personnes vivant avec le VIH / SIDA dans le contexte de la GIPA (Participation accrue des personnes vivant avec le VIH / SIDA). Il s'emploie également à renforcer les capacités des organisations de la société civile en les aidant à contribuer à l'élaboration de politiques, stratégies et programmes pour les personnes qui utilisent des drogues, les prisonniers et les victimes potentielles et réelles du trafic d'êtres humains.

L'ONUDC, un co-parrain de l'ONUSIDA depuis 1999

L'ONUSIDA rassemble les ressources de son Secrétariat et de dix organisations du système des Nations Unies pour des activités coordonnées et responsables visant à unir le monde contre le sida. Basé à Genève, le secrétariat de l' ONUSIDA collabore sur le terrain dans plus de 75 pays.

Etabli en 1994 par une résolution du Conseil économique et social des Nations Unies et lancé en janvier 1996, l'ONUSIDA est orienté par un Conseil de coordination du programme (CCP) qui comprend des représentants de 22 gouvernements provenant de toutes les régions géographiques, les Coparrainants de l'ONUSIDA et cinq représentants d'organisations non gouvernementales (ONG), notamment des associations de personnes vivant avec le VIH.

Les 10 organisations coparrainantes de l'ONUSIDA, qui forment ensemble le Comité des Organismes Coparrainants (COC), sont les suivantes:

Le Comité des Organismes coparrainants se réunit chaque année.