English/Anglais

Renforcer les capacités de la société civile pour lutter contre la corruption

 
Les 40 participants de la formation et les formateurs

Du 18 au 21 juin 2013, une quatrième formation pour renforcer les capacités de la société civile sur la Convention des Nations Unies Contre la Corruption (CNUCC) et son mécanisme d'examen, a eu lieu à Dakar, au Sénégal. Pendant l'atelier de quatre jours organisée par l'ONUDC et la UNCAC Coalition, 40 Organisations Non-Gouvernementales (ONG) provenant de 34 pays ont assisté à des séances de formation sur la CNUCC pour améliorer leurs connaissances et compétences sur le rôle de la société civile et sa participation dans le processus d'examen prévu par la convention.

Des experts de l'ONUDC, de Transparency International et de la UNCAC Coalition ont formé les participants sur la CNUCC pour qu'ils puissent contribuer efficacement au mécanisme d'examen aux côtés de leurs gouvernements.  Grâce à des exercices interactifs en petits groupes, les représentants des ONG ont également développé leurs capacités à préparer et publier des rapports nationaux d'évaluation de la mise en œuvre de la convention. Aussi, ils ont réalisé l'importance de partager leurs expériences et d'échanger les bonnes pratiques en coopérant avec tous les acteurs impliqués dans la lutte contre la corruption, au-delà des frontières sectorielles et nationales.

Comme l'a affirmé Mme Bintou Djibo, coordinatrice résidente des Nations Unies au Sénégal, lors de son discours d'ouverture, «les actes de corruption tels que le soudoiement, le détournement de biens, ou encore l'enrichissement illicite ne doivent plus pouvoir être utilisés comme des « excuses culturelles » ». Elle a aussi appelé les participants à prendre contact et coopérer avec leurs gouvernements respectifs pour sensibiliser la population sur les dommages causés par la corruption. Enfin, elle a souligné que la corruption peut être combattu par tout le monde, à n'importe quel niveau dans la société.

 
Une participante lors d'un exercice de groupe

Les ONG ont aussi appris comment développer différentes approches pour mettre en œuvre une stratégie de communication et collaborer avec le secteur privé. Dans les mois à venir, un programme sponsorisé par l' Agence autrichienne de développement permettra aux ONG de candidater pour des subventions visant à encourager le développement de moyens de sensibilisation novateurs auprès des petites et  moyennes entreprises à propos des dangers de la corruption.

La CNUCC est le seul instrument légal de lutte contre la corruption à l'échelle mondiale. L'article 13 de la convention stipule que les Etats parties doivent encourager la participation active de la société civile dans la prévention et la lutte contre la corruption. En somme, avec les formations de Laxenbourg (Autriche) et de Johannesburg, 144 ONG ont été formées et équipées avec les outils nécessaires pour leur permettre d'appliquer la CNUCC et son mécanisme d'examen dans leur pays respectifs.