Communiqué de presse

Selon l'UNODC, les entrepreneurs sinistres de la globalisation nuisent à la croissance économique

English / Anglais

Vienne, 27 janvier 2011 - "La criminalité transnationale compromet la croissance économique, ce qui pose un défi supplémentaire pour les économies du monde dans leur lutte pour sortir de la crise fiscale mondiale", a déclaré Yury Fedotov, directeur exécutif de l'Office des Nations Unies contre les Drogues et le Crime (UNODC) lors de la réunion annuelle du Forum Economique Mondial (WEF) à Davos en Suisse (25-30 janvier 2011). Les criminels font concurrence au commerce légitime et détournent des milliard de dollars de développement dans des entreprises illicites dont les bénéfices sont utilisés pour la corruption d'élections, de politiciens et du pouvoir, et dans certain cas pour soutenir le terrorisme. "Notre priorité est de démanteller les réseaux criminels" a-t-il dit.

Les économies les plus grandes sont également les plus grands marchés pour le commerce illicite. Mais le crime organisé est devenu l'un des leaders mondiaux des forces économiques, les marchés illicites générant parfois plus que le PIB de beaucoup de pays, a-t-il déclaré. En exploitant l'ouvertures des frontières et de la communication, les criminels opportunistes répondent aux demandes changeantes - espèces menacées d'extinction, biens culturels, le bois, les médicaments contrefaits, les diamants, la pédopornographie ou le travail bon marché.

Selon un récent rapport de l'UNODC sur La globalisation du crime: Une évaluation de la menace du crime organisé transnational, voici quelques exemples de crimes et les coûts qui y sont associés:

 

  • La traite des personnes en Europe pour l'exploitation sexuelle apporte 3 milliards de dollars par an et impliquent 140.000 victimes femmes et enfants pour la plupart.
  • La contrebande de migrants d'Amérique latine en Amérique du Nord rapporte 6.6 milliards de dollars des 3 millions d'entrées illégales chaque année.
  • Le trafic d'héroine en provenance d'Afghanistan vers l'Europe a une valeur marchande de 33 milliards de dollars. Le marché mondial de l'héroine vaut 55 milliards de dollars.
  • Sur le 72 milliards de dollars du marché de la cocaine en Amérique du Nord et en Europe, 70% des profits sont réalisés par les dealers dans les pays consommateurs.
  • Le marché des armes à feu illicite est estimé à 170-230 millions de dollars par an, ce qui représente 10 à 20% du marché légal.
  • La production de bois illégales importés d' Asie vers l' Europe et la Chine s'élevait à 2.5 milliards de dollars en 2009.
  • Le nombre de produits de contrefaçon destinés à l' Europe à augmenté de 10 fois cette dernière décennie pour une valeur annuelle de plus de 8 milliards de dollars.
  • Le nombre d'actes de piratries au large de la Corne de l'Afrique est toujours à la hausse. Sur plus des 100 millions de revenu annuel généré par la rançon, seulement un quart reviens aux pirates, le reste est distribué aux autres acteurs du marché du crime organisé.
  • Le vol d'identité produit au moins 1 milliards de dollars pour les criminels chaque année avec un impacte considérable sur l'économie et le commerce en ligne.

M. Fedotov a averti que l'application des lois ne seront pas en mesure de décourager si les criminels au col blanc - avocats, comptables et banquiers - continuent à blanchir leurs profits. Il est important de s'attaquer à l'argent sale, dit-il, en augmentant les risques pour les criminels et en réduisant leurs incitations. Il a appelé à la mise en oeuvre plus ferme de la Convention des Nations Unies contre la corruption, à des mesures plus efficaces en matière de blanchiment d'argent et à une vague de répression sur le secret bancaire.

Lors d'une session du Forum Economique Mondial sur le thème de la criminalité sans frontière, M. Fedotov a déclaré que la coopération internationale était essentielle. Lançant un appel pour plus de developpement et d'assistance technique pour réduire la vulnérabilité des pays pauvres, il déclara que la mise en oeuvre plus vigoureuse et plus universelle de la Convention des Nations Unies sur la criminalité organisée et les protocoles a été le meilleurs moyen de combattre le crime transnational. La Convention est un outil efficace qui permet aux pays de travailler ensemble de manière efficiente pour poursuivre et juger les criminels transnationaux et fournir un soutien à leurs victimes, a-t-il souligné.

 

***

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Preeta Bannerjee,

Public Information Officer,

Tel. (+43-699) 1459-5764,

Email: preeta.bannerjee@unodc.org

[close]
Related Videos
    All Multimedia