La Société civile ouest-africaine coordonne ses efforts contre l'abus des drogues 

Abuja, 7 janvier, 2018- L'usage de drogues, le trafic, la production et la culture de substances illicites affectent la plupart des pays du monde. Ils posent des problèmes de santé publique, de développement et de sécurité aussi bien dans les pays industrialisés que dans les pays en développement. Selon différents rapports d'évaluation de l'ONUDC (2011-2013), l'Afrique de l'Ouest est confrontée à d'importants problèmes liés aux drogues, principalement la consommation élevée de cannabis, cocaïne/crack et, dans une moindre mesure, l'héroïne aux conséquences sanitaires et sociales négatives. 

La consommation de drogues chez les adolescents et les jeunes adultes en Afrique a augmenté au fil des ans ; et cela a motivé les responsables gouvernementaux et de la communauté internationale pour lutter contre la consommation de drogue et protéger la jeunesse africaine. Les initiatives de prévention et de prise en charge sont inexistantes ou tout simplement inadéquates pour répondre aux besoins des usagers de drogues et protéger les populations les plus à risque.

En réponse à cette situation, l'ONUDC et la CEDEAO ont organisé un atelier à Abuja, au Nigeria, du 7 au 9 janvier 2018 pour « Renforcer les capacités des OSC en matière de prévention et de traitement liés à l'usage des drogues dans les Etats membres de la CEDEAO et la  Mauritanie. »

L'atelier de formation a été organisé dans le cadre du projet  « Soutien au plan d'action régional de la CEDEAO sur le trafic illicite de drogue, le crime organisé qui y lié et l'abus de drogues en Afrique de l'Ouest »  financé par l'Union Européenne et mis en œuvre par l'ONUDC, en collaboration avec la CEDEAO.

En fait, de nombreuses organisations de la société civile (OSC) travaillant dans le domaine de la prévention de l'usage des drogues, de la santé et du développement ont montré un grand intérêt à apporter leur contribution aux problèmes liés à la drogue. Cependant, il a été observé que la plupart de ces organisations manquent des compétences et connaissances nécessaires pour développer et mettre en œuvre des interventions efficaces de prévention basées sur des données probantes. Cet atelier de renforcement des capacités visait à renforcer la capacité des OSC sous-régionales à identifier et diffuser les meilleures pratiques et politiques pour prévenir la consommation de substances, en particulier parmi les populations vulnérables, à savoir les enfants, les adolescents, les jeunes adultes, etc.

 
Les participants de la Société civile à l'atelier de renforcement des capacités, Abuja, Nigéria, 7-9 Janvier ©ONUDC 2018

Dans le Cadre du Plan d'Action de la CEDEAO, les OSC sont clairement identifiées comme des partenaires clés et cet atelier de renforcement des capacités s'est tenu en cohérence avec les réunions précédentes impliquant les OSC ouest-africaines. Le premier a eu lieu à Abuja en juillet 2015, suivi de la réunion interministérielle d'évaluation qui s'est tenue en mars 2016. Ces réunions visaient à intégrer les contributions des OSC dans la stratégie régionale de la CEDEAO.

 L'atelier a fourni des outils et des connaissances pour élaborer et mettre en œuvre des interventions efficaces de prévention fondées sur des données probantes ; 32 participants des OSC ont également été formés pour utiliser des outils tels que le Cadre de prévention stratégique (CPS) développé par le Substance Abuse and Mental Health Services Administration (Service d'administration de l'abus de drogue et de santé mentale (SAMHSA en anglais). La réunion a également permis à la société civile d'Afrique de l'Ouest de partager les meilleures pratiques en matière de collecte de données en vue de la mise en œuvre du programme de prévention.

M. Daniel Amankwaah, coordinateur du projet CEDEAO, M. Cheikh Touré, coordinateur du projet de l'ONUDC et Mme Stefania Marrone représentant l'UE, se sont joints à eux pour souhaiter la bienvenue aux membres de la société civile lors de la réunion.

Selon Stefania Marrone (UE), « les parties prenantes de la région et tous les points focaux des organisations de la société civile sont réunis ici pendant trois jours pour être formés aux meilleures pratiques, normes internationales et priorités liées à l'usage de drogues illicites en Afrique de l'Ouest».

« Cet atelier est organisé pour renforcer leurs capacités techniques en termes de prévention, pour un plaidoyer pour de meilleurs soins en faveur des  usagers de drogue, dans les communautés et la société ainsi que et dans le cadre légal » a ajouté Cheikh Touré.

Au terme de la réunion, les points focaux des organisations de la société civile des 16 pays de la CEDEAO ont appelé à la création du Réseau Ouest-africain de la Société Civile sur l'abus des drogues (WANCSA en anglais) pour mieux coordonner les efforts de prévention et de traitement dans la région.

L'ONUDC fournit une assistance technique aux États d'Afrique de l'Ouest depuis 20 ans, par le biais de son Bureau régional pour l'Afrique de l'Ouest et Centrale (ROSEN) basé à Dakar, au Sénégal et de 10 autres bureaux locaux basés dans différents pays de la région. En tant que gardien de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée (CTO) et de ses Protocoles, ainsi que des trois Conventions sur le contrôle international des drogues, l'ONUDC a pour mandat d'aider les États membres à renforcer leurs réponses nationales en la matière, en conformité avec leurs obligations internationales.

Pour plus d'information:

Action de l'ONUDC contre le trafic de drogue en Afrique de l'Ouest

Soutien au Plan d'action de la CEDEAO contre le trafic de drogue en Afrique de l'Ouest

Programme Régional 2016-2020 de l'ONUDC 

Portail de l'Unité de lutte contre la drogue de la CEDEAO