L'ONUDC et ses partenaires renforcent les capacités en détection de faux documents au Nigéria

Nigéria, 26 juillet 2017 - Le trafic de drogue est un phénomène mondial en hausse depuis le début des années 2000 en Afrique de l'Ouest. La région est devenue une zone de rebond de la contrebande de cocaïne d'Amérique du Sud vers l'Europe, alors que la lutte antidrogue menée par les européens et américains a eu comme effet de détourner les voies traditionnelles du trafic vers l'Afrique de l'Ouest. Les trafiquants de drogue ont tissé des liens avec des réseaux criminels et utilisent de faux documents pour dissimuler leurs traces et leurs identités. Aujourd'hui, pour lutter contre le crime organisé lié au trafic de drogue, il est nécessaire de développer des capacités de police scientifique en Afrique de l'Ouest car les réseaux criminels tirent profit du faible niveau de ressources et de contrôle en matière de police scientifique.

Pour résoudre ces problèmes, l'ONUDC a organisé un atelier de formation sur l'analyse documentaire du 26 au 28 juillet 2017 à Lagos, au Nigeria. L'atelier de formation a été organisé dans le cadre du projet « Soutien au plan d'action régional de la CEDEAO sur le trafic illicite de drogue, le crime organisé qui y lié et l'abus de drogues en Afrique de l'Ouest » financé par l'Union Européenne et mis en œuvre par l'ONUDC, en collaboration avec la CEDEAO.

La composante criminalistique/police scientifique du projet fournit une assistance technique en «sensibilisation à la criminalistique, analyse de la scène de crime, analyse des drogues et précurseurs, analyse de documents, informatique judiciaire».

L'utilisation de faux documents est une pratique répandue dans les réseaux criminels pour dissimuler leurs traces et leurs identités. L'objectif de l'atelier était de fournir une assistance technique et une formation dans le domaine de la criminalistique en rapport avec les faux documents aux agents du Laboratoire de police scientifique des Forces de police du Nigéria (NPF) à Lagos, aux agents chargés de la police scientifique sur le terrain et à ceux de l'Agence nationale pour la répression des drogues (NDLEA). Les deux jours de formation concernaient le personnel des agences énoncées ci-dessus. Au total, 14 agents ont bénéficié de la formation.

 Les principaux résultats escomptés dans le renforcement des capacités en criminalistique des États membres de la CEDEAO et de la Mauritanie sont d'assurer la fiabilité et la compatibilité des preuves ainsi que l'identification des drogues afin de gagner en efficacité dans la poursuite des cas dans la région de l'Afrique de l'Ouest. 

 

 This activity was funded by the European Union

 

  
Participants de l'atelier sur la détection des faux documents, Lagos, Nigeria, 26 juillet 2017 ©ONUDC/2017

L'atelier a été conçu, organisé et mis en œuvre conjointement par l'ONUDC en étroite collaboration avec la Coopération française, GIZ (coopération allemande) et le Haut-Commissariat de la Grande-Bretagne au Nigéria. Cela démontre la volonté de rechercher des complémentarités et des synergies avec les initiatives de renforcement des capacités en criminalistique menées par d'autres partenaires internationaux.

Les organisations partenaires étaient représentées par leurs représentants officiels : Stefania MARRONE, Chef de la Section Coopération de la Délégation de l'UE pour le Nigéria et la CEDEAO, Gérard LE MER, Attaché à la Sécurité intérieure à l'Ambassade de France au Nigéria, Chizoba U. CHINE, Chargé du  Projet Application de la Loi, de l'Unité de lutte contre la drogue de la CEDEAO, Sigrún AANDRESDOTTIR, Conseiller en Gouvernance de la GIZ, Cheikh Touré, Coordinateur régional de projet de l'ONUDC. Le directeur du Laboratoire de police scientifique de la Police du Nigéria (NPF) a également assisté à la cérémonie d'ouverture.

L'ONUDC fournit une assistance technique aux États d'Afrique de l'Ouest depuis 20 ans, par le biais de son Bureau régional pour l'Afrique de l'Ouest et Centrale (ROSEN) basé à Dakar, au Sénégal et de 10 autres bureaux locaux basés dans différents pays de la région. En tant que gardien de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée (CTO) et de ses Protocoles, ainsi que des trois Conventions sur le contrôle international des drogues, l'ONUDC a pour mandat d'aider les États membres à renforcer leurs réponses nationales en la matière, en conformité avec leurs obligations internationales.

 

Pour plus d'information:

Action de l'ONUDC contre le trafic de drogue en Afrique de l'Ouest

Soutien au Plan d'action de la CEDEAO contre le trafic de drogue en Afrique de l'Ouest

Programme Régional 2016-2020 de l'ONUDC 

Portail de l'Unité de lutte contre la drogue de la CEDEAO