Première réunion du Comité de pilotage du Programme régional de l'ONUDC

Le Comité de pilotage du Programme régional de l'Organisation des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) pour l'Afrique de l'Ouest s'est réuni les 28 et 29 novembre 2017 à Dakar afin d'évaluer la mise en œuvre du Programme régional  un an après son lancement en janvier 2017.

Elaboré en 2016, le Programme régional a été validé par les pays membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ainsi que la République islamique de Mauritanie lors d'une rencontre en mai 2016. Il a été conçu pour appuyer le Plan d'action de la CEDEAO de 2016 à 2020 pour lutter contre le trafic illicite de drogues, la criminalité organisée et l'abus de drogues en Afrique de l'Ouest. Ces deux documents ont été lancés conjointement par l'ONUDC et la Commission de la CEDEAO en marge de la 71ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies qui s'est déroulée le 19 septembre 2016 à New York.

Participants lors du discours d'ouverture de M. Pierre Lapaque

La réunion du Comité de pilotage marque ainsi une étape majeure, un an après l'adoption de ce nouveau Programme régional. Organisée sur deux jours, la réunion a rassemblé 42 experts (dont 13 femmes) de la CEDEAO et des représentants des Ministères de l'Intérieur, de la Santé et de la Justice du Bénin, du Burkina Faso, du Cap-Vert, de la Côte d'Ivoire, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée, de la Guinée-Bissau, du Libéria, du Mali, de la Mauritanie, mais aussi du Niger, du Nigéria, du Sénégal, de la Sierra Leone et du Togo afin de discuter et d'échanger aux côtés des experts de l'ONUDC et du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et du Sahel ( UNOWAS) sur les programmes mis en oeuvre, les bonnes pratiques mais aussi sur les futures orientations du Programme régional. Les contextes politiques mais aussi sécuritaires et économiques étant en perpétuelle évolution, il est nécessaire d'évaluer la pertinence des priorités définies en 2016 et de les réorienter.

Lors de la cérémonie d'ouverture, M. Pierre Lapaque, Représentant régional de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre a rappelé que  le Programme régional «  est une réponse globale et coordonnée que nous apportons aux côtés des gouvernements de chacun des pays à ces menaces transnationales qui touchent l'ensemble de la région ». Présentant l'approche continentale de l'ONUDC, Mme Chérine Rahmy, responsable de la section Afrique de l'Ouest et Moyen Orient de l'ONUDC a de son côté déclaré que « Sous l'égide des Programmes régionaux, les dépenses de projets basés en Afrique et au Moyen-Orient, ont atteint 80 millions USD en 2016 et devraient dépasser les 85 millions USD en 2017».

Participants durant les discussions en plénière

Par ailleurs, le Programme régional contribue activement à l'achèvement des nouveaux Objectifs de développement durable (ODD), en particulier les objectifs 3 et 16.

- ODD 3 : Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien être de tous à tout âge

- ODD 16 : Promouvoir l'avènement des sociétés pacifiques et inclusives aux fins de développement durable, assurer l'accès à tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous.

Lors de la première journée, M. Osvaldo Borgues, Président de l'Institut National des Statistiques du Cap-Vert, a ainsi évoqué l'importance du recueil de données et la production de statistiques dans la mise en œuvre et le suivi de l'ODD 16 dans son pays. Chaque indicateur d'ODD nécessite la fourniture de données précises afin de faciliter l'adoption de réponses politiques efficaces et adaptées.

La parole a ensuite été donnée aux représentants des pays qui chacun  leur tour ont effectué une présentation de quelques minutes exposant les résultats tangibles observés au niveau national ainsi que les efforts à réaliser dans le cadre des cinq piliers identifiés dans le Programme régional. Souhaitant renforcer les partenariats établis depuis l'élaboration du Programme régional, ces exposés ont permis à l'ONUDC de mieux percevoir les priorités nationales, d'adapter la mise en œuvre du Programme et d'améliorer la coordination entre les différents acteurs impliqués.

Enfin, répartis en groupe de travail lors de la deuxième journée, les participants ont discuté des tendances et menaces identifiées au préalable par l'ONUDC. Globalement, celles-ci ont coincidé avec les sujets de préoccupation principaux des pays. Ainsi, le terrorisme et la criminalité transnationale organisée sont toujours des défis sécuritaires majeurs pour les pays de la région. Par ailleurs, la cybercriminalité a également été mentionnée comme un sujet d'inquiétude grandissant tout comme l'usage non médical du tramadol par les populations posant un problème de santé publique important. Des recommandations concrètes ont finalement été prises lors d'une séance plénière afin de mieux répondre à ces menaces et de s'adapter à un environnement en constante évolution.

Le Programme régional de l'ONUDC est mis en œuvre au travers certains programmes mondiaux de l'ONUDC tels que le Projet AIRCOP ou le Programme global de lutte contre la criminalité maritime mais aussi par le biais de programmes régionaux comme le Projet de soutien à la CEDEAO ou le Programme Sahel. L'ONUDC tient ainsi l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, l'Espagne, les Etats-Unis, la France, l'Italie, le Japon, le Luxembourg, Monaco, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Norvège, dont les efforts communs et constants permettent à l'ONUDC d'obtenir des résultats dans le cadre du Programme régional pour l'Afrique de l'Ouest.

Pour de plus amples informations :

Programme régional de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest (2016-2020) - ( anglais ;  portugais)