L'ONUDC lance une nouvelle initiative sous-régionale entre la Gambie, la Guinée-Bissau et le Sénégal

     Cette activité a été soutenue par l'Allemagne

Le lancement officiel du projet visant à « Renforcer les capacités nationales de détection et d'investigation de la criminalité organisée transfrontalière en Gambie, en Guinée-Bissau et au Sénégal» s'est tenu le 15 décembre 2017 à Banjul, Gambie, lors de la cérémonie d'ouverture de la première activité de formation menée dans le cadre du projet.

Cette nouvelle initiative est une émanation directe des recommandations émises par la Mission Inter-Agence des Nations Unies en Gambie, déployée en février 2017 à l'instigation du Secrétaire Général des Nations Unies, afin d'évaluer la situation politique et sécuritaire du pays, le respect des droits humains, et de soutenir les efforts nationaux pour reconstruire l'économie et les institutions démocratiques.

La mission a identifié des domaines possibles de soutien de l'ONU basés sur les priorités exprimées par le gouvernement Gambien, notamment « la nécessité de mettre en œuvre des actions visant à renforcer les relations de travail avec les pays voisins pour promouvoir la coopération et lutter contre la criminalité transfrontalière». Ses recommandations ont identifié l'UNODC comme l'acteur le mieux placé pour soutenir l'établissement d'une coopération sous-régionale renforcée entre les trois pays, et former des officiers d'application de loi d'élite afin d'enquêter sur la criminalité de grande envergure et établir un système de renseignement criminel solide.

Photo de groupe des participants à Banjul

La cérémonie d'ouverture de la formation a réuni le Secrétaire permanent du Ministre de l'Intérieur de la Gambie, Son Excellence l'Ambassadeur d'Allemagne pour le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée-Bissau et le Sénégal, la Cheffe de Mission de l'Organisation Internationale pour la migration (OIM) en Gambie, agissant en tant que représentante du Coordonnateur résident des Nations Unies en Gambie, et la cheffe de Section Application de la loi du Bureau régional de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre.

Ce cours de formation de deux semaines a porté sur la détection et l'interdiction de la criminalité transfrontalière grâce à des techniques améliorées de gestion de la scène de crime, d'enquête, de profilage, d'interrogation et de recherche des véhicules et personnes. Organisé du 11 au 22 décembre 2017, il réunit 25 participants issus de l'Agence nationale de lutte contre la drogue, de la Police gambienne et du Département de l'immigration de la Gambie. Les modules sont délivrés par trois formateurs expérimentés et qualifiés, issus de l'Agence nationale pour la criminalité du Royaume-Uni et du Département des enquêtes criminelles ghanéennes, cumulant expertise internationale et expérience régionale.

S'adressant aux participants, le Secrétaire Permanent du Ministère de l'Intérieur a souligné la relation étroite entre sécurité nationale et sous-régionale, et les défis rencontrés dans la lutte contre le crime organisé transfrontalier: «La Gambie est en train de lancer une réforme du secteur de la sécurité et chacun de vous en faites partie. Notre objectif n'est pas de rendre le secteur de la sécurité plus grand, mais plus intelligent et plus efficace. Nous avons la tâche d'apporter sécurité et sûreté dans les foyers de tous les Gambiens. "

Les participants au cours de la réunion

Au cours de l'année 2018, les modules de formation de l'atelier seront délivrés à l'identique au sein des agences homologues de Guinée-Bissau et du Sénégal, afin de constituer un pool d'officiers hautement qualifiés, formés aux spécificités de la détection et de l'interdiction du crime, au profilage et aux techniques de gestion de scènes de crime.

Cette initiative représente une opportunité unique de fournir un soutien solide aux stratégies régionales visant à répondre efficacement à la criminalité transnationale organisée en Afrique de l'Ouest, et à renforcer la coopération régionale et la coordination des autorités répressives de la sous-région entre la Gambie, la Guinée-Bissau et le Sénégal.

Reconnaissant la difficulté de gérer les frontières terrestres et maritimes, dans le cadre de son Programme Régional pour l'Afrique de l'Ouest (2016-2020) et de sa contribution à l'objectif commun de développement durable (ODD) 16 « Paix, Justice et Institutions Forte», l'ONUDC s'est fixé comme objectif de promouvoir une police proactive en développant une approche de l'application de la loi fondée sur le renseignement et améliorer la coordination inter-institutions. Cette approche est en effet fondamentale afin de perturber et de démanteler les activités des réseaux transnationaux de la criminalité organisée impliqués dans le trafic illicite, le blanchiment d'argent et les crimes graves, et ses liens avec les groupes terroristes.

Le projet est financé par le Ministère fédéral des Affaires étrangères de la République fédérale d'Allemagne.

Pour plus d'information :

Le Programme régional pour l'Afrique de l'Ouest (2016-2020)

L'Organisation Internationale pour la migration

L'objectif commun de développement durable 16 « Paix, Justice et Institutions Forte»