L'ONUDC met en place l'Opération Afrique TRIGGER III

   
 
    Cette activité a été financée par l'Allemagne et le Royaume du Denmark

En partenariat étroit avec INTERPOL et l'Organisation mondiale des Douanes, l'ONUDC a organisé un atelier pour faciliter la mise en œuvre de l'Opération Afrique TRIGGER III. L'Opération a été mené simultanément au Benin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria et Tchad entre le 20 et 25 novembre 2017 et a permis de saisir 130 armes à feu dans 7 pays (50 en Guinée, 25 au Mali et 21 au Benin).

Suite à ces saisies, les autorités nationales ont demandé un soutien renforcé à l'ONUDC pour poursuivre les enquêtes. Ces demandes d'appui ont également été soumises à l'aide d'iArms, une plateforme d'enregistrement numérique pour les armes à feu disparues.En effet, dans le cas du Bénin, l'Opération a permis d'identifier une arme à feu qui a disparu des stocks nationaux il y a des années. L'Opération a permis de retrouver l'arme et d'entamer des enquêtes sur l'individu qui le portait.

« Le concept inclusif de l'Opération TRIGGER III consiste à s'assurer que les représentants des autorités policières, douanières et judiciaires collaborent étroitement tout au long du processus de traçage des armes à feu disparues », affirme Jacques Ndour du Programme mondial sur les armes à feu de l'ONUDC.

Les participants à la réunion de débriefing sur l'Opération Afrique TRIGGER III à Abidjan

L'Opération TRIGGER III a été menée conformément à la résolution 2370 (2017) du Conseil de sécurité, qui vise à lutter contre les achats illégaux et la production illégale d'armes à feu. Elle est la première de ce genre en Afrique et a été mise en place pour combattre le trafic d'armes à feu, en particulier par des groupes terroristes en Afrique.

Les juges d'investigation et de persécution en charge des cas d'armes à feu disparues ont été invités à se joindre à l'Opération dès le début. Les autorités locales et nationales ont été encouragées à travailler en étroite collaboration, ce qui a permis un plus grand échange d'informations entre les différents niveaux. « Cela permettra ultimement la confiscation et la destruction des armes à feu, ce qui est le but de ces opérations de saisie. En outre, l'Opération contribue à une gestion plus sûre des saisies dans les postes de police et une plus grande transparence », affirme M. Ndour.

« L'enquête sur les armes à feu disparues nécessite des échanges étroits entre les différentes entités de la chaîne de justice pénale, élément indispensable à la lutte contre le trafic illicite des armes à feu qui entretiennent l'instabilité et entravent le développement pacifique et durable de l'Afrique de l'Ouest et du Centre », ajoute Pierre Lapaque, Représentant régional de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre.

Images des armes à feu saisies lors de l'Opération Afrique TRIGGER III

Suivant l'Opération TRIGGER III en novembre 2017, une réunion de débriefing a été organisée en janvier 2018 à Abidjan, en Côte d'Ivoire, qui a réuni 25 responsables des forces d'application de la loi et des autorités judiciaires pour partager leurs expériences et préparer la coopération future entre les 9 pays impliqués dans l'Opération. Les participants au débriefing se sont félicités de l'engagement de l'ONUDC dans la lutte contre le trafic illicite d'armes à feu. Ils ont exprimé leur intérêt à poursuivre des opérations similaires à l'avenir et la nécessité de former davantage les parties prenantes nationales et locales en charge de la conduite des opérations de saisie sur le terrain.

En organisant l'Opération TRIGGER III, l'ONUDC contribue à établir des poursuites judiciaires fondées sur des preuves. Avec ses pays partenaires, l'ONUDC combat le trafic illicite d'armes à feu en mettant en place des mécanismes de traçage et de tenue de registres qui permettent d'identifier les armes à feu disparues dans le monde entier.

Les activités de soutien à l'Opération ont été mises en œuvre grâce au soutien financier de l'Allemagne et du Danemark, à travers sa contribution au Programme Sahel de l'ONUDC.

Pour plus d'information:

ONUDC Programme mondial des armes à feu

INTERPOL

Organisation mondiale des Douanes