L'ONUDC marque la journée internationale contre la drogue de 2018

              
Cette activité à été financée par l'Union Européenne et la France.

La Journée internationale contre la drogue est une date majeure dans le calendrier de l'ONUDC. Dans la région d'Afrique de l'Ouest et du Centre, de nombreux événements ont eu lieu ce 26 juin pour célébrer cette date et sensibiliser le public à travers la campagne « Ecoutez d'abord ».

Au Sénégal, les autorités nationales consacrent même une semaine entière à la lutte contre le trafic de drogue et la prévention contre l'abus de drogue. Ainsi, dès lundi 25 juin, la semaine a été lancée et 1,7 tonne de cannabis a été incinérée dans les fours de la Sococim de Dakar (Rufisque) en présence du Ministre de l'Intérieur, Mr Aly Ngouille Ndiaye.

Le 26 juin, le Ministre a présidé la cérémonie de lancement de la Journée Internationale contre l'abus et le trafic de drogue à Dakar, organisée par Comité Interministériel de Lutte contre la Drogue,en présence du maire de Gueule Tapée Fass Colobane, de l'ONUDC et d'un public de plus de 400 personnes.

Parmi ces 400 personnes venues de Dakar et sa banlieue, il faut souligner la participation des « Badienou Gokh », association de femmes agissant comme des "marraines" de leurs com,unes ou localités respectives. Celles-ci sont des leviers de communication et de médiation qui travaillent et agissent auprès des familles et particulièrement en faveur de la protection des plus jeunes. Elles sont aussi impliquées notamment dans la prévention de l'usage et l'abus de drogues. Les élèves de certaines écoles de foot, collèges et lycées de Dakar étaient également venus en grand nombre, représentant une tranche d'âge allant de 7 à 16 ans.

La présence des femmes et des jeunes s'inscrit parfaitement dans le cadre de la campagne « Ecoutez d'abord », principalement dirigée vers les jeunes et toutes les personnes qui les encadrent : enseignants, parents, professionnels de santé et aussi dirigeants politiques.

   
Pierre Lapaque avec les Badienou Gokh de Dakar
                        Pierre Lapaque avec un enseignant et ses élèves

Pierre Lapaque, Représentant régional de l'ONUDC, a pris la parole durant la cérémonie en saluant la bonne collaboration entre l'ONUDC et le gouvernement sénégalais et a souligné l'importance du Plan stratégique de lutte contre la drogue, établi en 2016, qui était d'ailleurs au cœur du thème de la semaine. De plus, son allocution a été l'occasion de rappeler que le Sénégal est un exemple en matière de traitement des addictions avec le Centre de prise en charge intégrée des addictions (CEPIAD) de Dakar et la mise en place d'un diplôme en addictologie au niveau de l'université de Dakar depuis février 2018. Ainsi, Pierre Lapaque a confirmé que le Sénégal est considéré comme un maillon fort dans la lutte contre les drogues dans la région.

   
Rapport annuel sur les drogues (2018)
Pierre Lapaque lors de la conférence de presse du 26 juin 2018 au CINU de Dakar

La Journée mondiale contre la drogue est également l'occasion pour l'ONUDC de publier son Rapport annuel sur les drogues, outil d'information qui permet de surveiller les tendances mondiales et les derniers développements de la menace que constitue le fléau de la drogue. Le même jour, Pierre Lapaque a également donné une conférence de presse à Dakar afin de lancer le Rapport simultanément avec les autres régions du monde.

Le Rapport de cette année confirme que l'usage non médical de médicaments sur ordonnance est en train de devenir une menace majeure pour la santé publique et pour les forces de l'ordre dans le monde entier, et particulièrement le tramadol en Afrique et en Asie. Par ailleurs, la fabrication de cocaïne dans le monde a atteint un niveau record en 2016 avec une estimation totale de 1 410 tonnes produites.

Enfin, pour la première fois, ce Rapport s'intéresse tout particulièrement à trois groupes de population en relation avec la drogue : les jeunes, les personnes âgées et les femmes. Ainsi, il nous apprend que les femmes représentent un tiers des usagers de drogues dans le monde. Même si elles commencent à consommer des substances plus tardivement que les hommes, les femmes ont pourtant tendance à augmenter leur consommation d'alcool, de cannabis, de cocaïne et d'opioïdes plus rapidement que les hommes et à développer rapidement des troubles liés à la consommation de drogues.

Pour clôturer la journée et la conférence sur le Rapport, Mr Pierre Lapaque a justement rappelé que l'Afrique est un continent jeune : « La chance de l'Afrique c'est sa jeunesse, c'est un potentiel énorme à condition que toutes les personnes soient en bonne santé et puissent travailler pour leurs pays ». La campagne « Ecoutez d'abord » qui s'adresse aux jeunes prend tout son sens en Afrique où les jeunes représentent la plus grande partie de la population mais aussi la plus vulnérable face à l'abus et au trafic de drogues.

Pour plus d'information:

Rapport mondial sur les drogues 2018 

Suivez notre compte Twitter

"UNPLUGGED", pour prévenir l'usage de drogue dans les écoles en Afrique de l'Ouest

Région Sahélienne et au-delà: L'ONUDC sonne l'alarme sur l'augmentation du trafic et de la consommation de tramadol, et sur ses implications sanitaires et sécuritaires