L'ONUDC soutient les femmes comme actrices de paix au Mali et au Niger

Avec environ 830 km de frontière commune entre le Mali et le Niger, dans la région frontalière entre ces deux pays y habitent des populations qui ont des cultures, des langues et de pratiques religieuses en commun, néanmoins la région fait face à de multiples défis. Les communes plus particulièrement situées entre Gao, Ménaka et Tillabéry et habitées majoritairement par les Touaregs, les Sonrai, les Zarmas et les Peuls ont été soumises aux effets des changements climatiques ainsi qu'à une érosion du pouvoir, créant de nombreuses sources de conflits ainsi qu'une dégradation du niveau de vie liée à l'insécurité.

En effet, on constate des conflits intra et intercommunautaires, principalement liés à la transhumance des animaux et à la gestion des pâturages des deux côtés de la frontière. D'autres conflits sont également liés aux attaques des groupes rebelles séparatistes au Mali ainsi qu'à celles des groupes extrémistes au Mali et au Niger.

A cela s'ajoutent d'autres facteurs externes qui ont contribué à une intensification de ces conflits dont notamment, les failles dans administration de la justice et les dysfonctionnements du secteur de la sécurité, menant à une crise de confiance entre les communautés locales et les forces de 

La combinaison de tous ces éléments fait donc de cette zone frontalière un terreau fertile pour les conflits, l'extrémisme violent, le terrorisme et les problèmes de développement, conduisant à une forte présence des FDS nationales, du G5 Sahel, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et des forces internationales (par ex. Barkhane). Mais au-delà de la réponse sécuritaire qui est apportée, il apparait nécessaire d'envisager une approche multisectorielle afin de restaurer la paix et le développement pour les populations locales.  

Dans ce contexte, les femmes sont apparues particulièrement affectées par la dégradation de la situation en raison notamment d'une vulnérabilité plus spécifique aux conflits. L'ONUDC, en partenariat avec ONUFEMMES, a donc décidé de développer un projet ciblant particulièrement les femmes comme actrices du retour à la paix dans ces zones. Le projet conjoint, intitulé « Appui aux initiatives transfrontalières de dialogue communautaire avec les acteurs de secteur de la sécurité et de la justice pour la consolidation de la paix », a comme objectif de favoriser le rétablissement de la confiance, à travers une approche genre, entre les communautés vulnérables de ces zones, les FDS et les acteurs de la chaîne pénale. Le projet valorise les initiatives de dialogue transfrontalier, les mécanismes pacifiques de règlement des différends, l'accès au droit, la sensibilisation aux droits de l'Homme et à la procédure pénale, ainsi que les mécanismes d'alerte précoce

   
 
Photo de groupe du forum de Goa, juillet 2019.

Ce projet innovant a été officiellement lancé en mars 2019 grâce au financement du Fonds de Consolidation de la paix (PBF) pour une durée de 18 mois. Lors de la cérémonie de lancement, les Gouverneurs de Tillabéry au Niger, de Gao et Ménaka au Mali ainsi que les Maires de toutes les communes couvertes par le projet dans les deux pays et les Chefferies traditionnelles et religieuses du Niger été présents. Des organisations de la société civile, des radios communautaires et des organisations de femmes et de jeunes ont également pris part à ce lancement. 

Depuis lors, des foras ont été organisés à Gao et à Tillabéry en juillet 2019 afin de promouvoir une meilleure collaboration entre les acteurs de la chaine pénale, les FDS et les communautés locales tout en incluant les femmes et les jeunes dans le processus de consolidation de la paix.

Ce projet conjoint fait partie intégrante du Programme Sahel de l'ONUDC et contribue également à la mise en œuvre des Objectifs de développement durables (ODD) 16 et 5 ainsi qu'à la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel.

   
Photo des participants à l'atelier pendant le forum à Tillabéry, juillet 2019.
 

 Pour plus d'information:

Programme Sahel

Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel

Fonds de Consolidation de la paix (ENG)