L'ONUDC accompagne le Sénégal dans la prise en charge des toxicomanes

 Comme beaucoup de pays en l'Afrique de l'Ouest, le Sénégal a connu une hausse du taux de criminalité liée au trafic illicite et à l'abus de drogues ces dernières années. En effet, selon le Rapport mondial sur les drogues de 2018, 87% des saisies mondiales d'opioïdes (notamment de Tramadol) ont été réalisées en Afrique de l'Ouest et du Centre et dans les pays d'Afrique du Nord. Par ailleurs, en juin 2019, les douanes sénégalaises ont intercepté 789 kg de cocaïne dissimulés dans des voitures de contrebande provenant du Brésil. De plus, un nombre croissant de drogues synthétiques sont produites dans des laboratoires clandestins dans la région ouest du continent.

S'agissant de la consommation, les statistiques pour l'Afrique de l'ouest et du centre indiquent un taux de prévalence de 13,2% pour le cannabis (comparé à une moyenne mondiale de 3,9%), et 1,1 million d'usagers d'opioïdes ainsi qu'1,1 million d'injecteurs d'héroïne, toujours selon les estimations du Rapport mondial sur les drogues 2018. La polyconsommation de drogues est également répandu dans la région. Les facteurs socio-économiques, tels que la pauvreté et les inégalités, ainsi que le désillusionnement et le manque de perspectives contribuent aux taux croissants de consommation de drogues chez les jeunes. Ces évolutions ont entrainé des efforts accrus au niveau global pour mitiger les conséquences négatives de la dépendance aux drogues sur la santé, la cohésion sociale et la stabilité des états.

Dans ce contexte, du 30 juillet au 2 août 2019, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a organisé un atelier de formation TREATNET pour le traitement et la prise en charge des troubles liés à la consommation de drogues à Saly-Mbour, au Sénégal. La formation était organisée conjointement par le bureau régional de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre (ROSEN), la Section de Prévention, Traitement et Réhabilitation (PTRS) de l'ONUDC et le Programme Conjoint des Nations Unies pour le VIH/SIDA (ONUSIDA), et financée par le budget ONUSIDA UBRAF (Unified Budget, Results and Accountability Framework). Le Ministère de la Santé du Sénégal, ainsi que vingt-cinq professionnels de la santé et de l'action sociale, des forces de défense et de sécurité des différentes régions du pays y ont pris part. Dans le cadre du programme TREATNET, l'atelier était animé par le  Dr Abou Sy, psychiatre-addictologue et point focal pour le traitement et la prise en charge des drogues au Ministère de la Santé du Sénégal.

   
Photo du CEPIAD
 

TREATNET est divisé en plusieurs modules traitant des aspects liés à la dépendance aux drogues et à la réduction des risques qui y sont associés. Parmi les thèmes centraux, l'on retrouve l'importance de promouvoir le traitement comme alternative à l'incarcération des consommateurs de drogue, ainsi que le renforcement des campagnes de prévention ciblées. Ces dernières sont particulièrement importantes pour les populations vulnérables, telles que les travailleurs du sexe et les prisonniers. Les participants à la formation agiront en tant que points focaux dans la diffusion des connaissances et des compétences acquises dans leurs milieux professionnels. Initiée par l'ONUDC, TREATNET est donc une stratégie de renforcement des capacités qui vise à l'amélioration de la prise en charge et des soins apportés aux personnes souffrant de troubles de consommation de drogues, dans une approche reconnaissant l'addiction comme un problème de santé publique nécessitant un traitement factuel. L'objectif du programme est de renforcer les capacités, les connaissances et les compétences des acteurs impliqués pour la mise en œuvre de stratégies de traitement intégrales et multisectorielles, conformes aux normes internationales pour le traitement des troubles liés à la consommation de drogues (ONUDC/OMS, 2016). Le programme TREATNET contribue également à l'Objectif de développement durable (ODD) 3- Bonne santé et bien-être, et notamment à la cible 3.5 relative à l'abus de substances, l'ODD 5- Égalité entre les sexes, et l'ODD 16- Paix, justice et institutions efficaces, visant notamment à améliorer la coordination entre les systèmes de santé et de justice.

Enfin, ce programme s'inscrit dans la continuité d'actions déjà entreprises au niveau national dans la lutte contre la drogue, telle que l'ouverture du Centre de prise en charge intégrée des addictions à Dakar (CEPIAD) en 2015. A ce jour, environ 1 172 patients âgés entre 15 et 70 ans ont bénéficié de traitements pharmacologiques pour des troubles liés à l'usage d'opioïdes. La Faculté de Médecine de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar a également inauguré le premier programme d'études en Addictologie dans la région le 28 février 2018.  

Plus d'informations :

ONUDC Section de la prévention, du traitement et de la réhabilitation des drogues  

ONUDC Bureau Régional pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre (ROSEN)

Rapport Mondial sur les drogues 2018

ONUDC TREATNET

ONUDC et ODD