Le G5 Sahel encourage la présence des femmes dans ses forces de défense et de sécurité

  
     

L'atelier a été organisé avec l'appui financier du Royaume du Danemark et la République fédérale d'Allemagne ainsi que par la Norvège et l'Union Européenne (via le HCDH).

L'égalité des chances, en particulier entre les hommes et les femmes, est devenue une préoccupation essentielle pour la paix et le développement, la lutte contre la pauvreté et la réalisation des Objectifs du Développement Durable (ODD). Dans la région du Sahel, les femmes et les enfants étant les principales victimes des conflits qui sévissent actuellement, il est donc apparu essentiel d'intégrer la dimension genre dans les processus de prévention et de résolution des conflits. L'implication et la participation effective des femmes apparait alors cruciale afin de résoudre les défis sécuritaires au Sahel.

Bien qu'un dialogue ait déjà été instauré afin d'assurer la participation des femmes à tous les niveaux dans la prévention et la lutte contre l'extrémisme violent et la criminalité organisée, ainsi que pour la consolidation de la paix et de la sécurité dans le Sahel, on dénombre une présence quasiment nulle des femmes dans la Force Conjointe du G5 Sahel et sa Composante Police (soit respectivement de 0,35% et 6%).

Outre les enjeux sociaux et culturels qui pèsent encore sur les carrières féminines dans les FDS du G5 Sahel, l'intégration du genre et la prise en compte des besoins sexo-spécifiques au sein des FDS apparait nécessaire afin de donner une véritable égalité des chances entre hommes et femmes.

Le Secrétariat Permanent du G5 Sahel en partenariat avec l'Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) et le Haut-Commissariat aux Droits de l'Homme (HCDH), a donc organisé, au Collège de défense du G5 Sahel à Nouakchott (Mauritanie), du 3 au 5 septembre 2019, un atelier de réflexion sur le renforcement de la présence des femmes au sein des structures de défense et de sécurité du G5 Sahel. C'est le premier évènement de cette nature organisé par le G5 Sahel et consacré exclusivement à la problématique de la présence des femmes en uniforme dans les structures de défense et de sécurité du G5 Sahel.

La cérémonie d'ouverture a été animée par le Secrétaire Permanent du G5 Sahel, Monsieur Maman Sambo Sidikou, la Ministre mauritanienne des affaires sociales, de l'enfance et de la famille, Dr. Neina Kane, le Ministre de la défense nationale, Général Hanena Ould Sidi, et le Coordonnateur Résident a.i. du Système des Nations Unies en Mauritanie, Monsieur Nacer Benalleg. L'atelier a rassemblé 70 participants, dont 25 femmes, venant principalement du Burkina Faso, du Mali, de Mauritanie, du Niger et du Tchad et représentant les FDS (Armées, Gendarmerie et Police) des Etats membres du G5 Sahel. Des experts en genre et sécurité et des partenaires techniques et financiers ont également pris part aux débats.

 

                               
   
Les participants à l'atelier à Nouakchott

Les principaux objectifs de cet événement étaient de promouvoir la participation des femmes dans les FDS comme stratégie opérationnelle pour en renforcer l'efficacité et la légitimité, d'identifier et d'analyser les principaux défis relatifs à l'accès, à la rétention et à la carrière des femmes au sein des structures de défense et de sécurité du G5 Sahel, et enfin de dégager des solutions pour augmenter la représentation des femmes.

Au cours des trois journées de travaux, les participants ont présenté l'état des lieux de la présence des femmes dans leurs FDS et dans la Force Conjointe du G5 Sahel et sa Composante Police. Un panel de huit femmes en uniforme a permis de mettre en exergue les obstacles rencontrés et notamment les « pesanteurs socioculturelles », comme l'explique la Commandant Issaka Ousmane Aichatou. Les avantages stratégiques et opérationnels de la présence des femmes dans les FDS ont été détaillés par une délégation du Burkina Faso et le chef de la composante police de la MINUSMA, Monsieur Issoufou Yacouba. Monsieur Luis Carillho, Directeur de la Division Police des Nations Unies, a partagé les initiatives existantes pour favoriser le leadership féminin dans les FDS. Le Secrétaire Permanent du G5 Sahel, Maman Sidikou, a, quant à lui, invité les participants à devenir de véritables «  champions du genre » pour la lutte contre l'extrémisme violent. Enfin, cet atelier a constitué une excellente occasion de présenter le nouveau manuel de l'ONUDC sur les dimensions genre dans les ripostes pénales au terrorisme.

   
  Des femmes en uniforme avec Monsieur Maman Sidikou.
 
    Des femmes en uniforme en séance de travail au cours de l'atelier.

 

Des travaux de groupe portant sur l'accès à la profession, la formation, l'environnement de travail et la communication ont permis l'adoption d'importantes recommandations pour une intégration plus significative des femmes dans les structures de défense et de sécurité du G5 Sahel. Les recommandations adoptées seront portées aux plus hautes instances de décision du G5 Sahel, ainsi que des Etats membres. Un plan d'action sera mis en œuvre pour assurer le suivi de ces recommandations par le Secrétariat Permanent du G5 Sahel, à travers sa conseillère genre, Madame Aminata Ndiaye.

Cet atelier de réflexion s'inscrit, notamment, dans le cadre des objectifs de développement durable 5 et 16, respectivement sur l' «égalité entre les sexes» et «paix, justice et institutions efficaces» et des résolutions onusiennes sur « femmes, paix et sécurité» ainsi que sur l'intégration de la dimension genre dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée.

Il a été organisé avec l'appui financier du Royaume du Danemark et la République fédérale d'Allemagne ainsi que de la Norvège et l'Union Européenne (via le HCDH), dans le cadre du Programme Sahel de l'ONUDC, qui soutient le développement de système de justice pénale accessibles, responsables et efficaces. L'appui à la Plateforme de Coopération en Matière de Sécurité (PCMS) et à la Composante Police de la Force Conjointe du G5 Sahel se font dans le cadre de ce Programme, en coopération avec les agences du Système des Nations Unies et les autres partenaires (HCDH, MINUSMA, Union Européenne, Interpol, GIZ, etc.).

 

Pour plus d'information:

Le Programme Sahel de l'ONUDC

La contribution de l'ONUDC pour la stratégie intégrées des Nations Unies pour le Sahel

Sahel : Les gouvernements obtiennent des résultats positifs avec le soutien des Nations Unies

Le Programme Sahel atteint 10,000 bénéficiaires

NU Résolutions sur Femmes, Paix et Sécurité (EN)