L'ONUDC enforce la coopération judiciaire entre l'Afrique et l'Europe

  
        Le Projet PROMIS est financé par les Pays Bas et l'Italie

L'Afrique de l'Ouest et du Centre est confrontée à une crise sécuritaire d'une ampleur inédite. Menace terroriste, crime organisé, piraterie, conflits liés aux ressources et trafics illicites sont à un niveau particulièrement inquiétant. Face à des groupes criminels organisés de plus en plus sophistiqués, les outils traditionnels peuvent s'avérer insuffisants. Gouvernements, organisations internationales et agents d'application de la loi doivent donc faire preuve d'innovation pour lutter efficacement contre ces menaces grandissantes pour la stabilité de la région.  

La coopération internationale apparaît dès lors comme un outil primordial afin de réprimer la criminalité qui sévit et ainsi de traduire les responsables en justice. En effet, les groupes criminels ne s'arrêtant pas aux frontières, la dimension transnationale de la criminalité n'est plus à démontrer dans la région et est source de gains considérables et d'activités illicites sans cesse renouvelées.  Cependant, force est de constater qu'il existe de nombreux obstacles à une collaboration effective entre les agents d'application de la loi d'Afrique occidentale et centrale d'une part et leurs homologues européens d'autre part. L'absence de contacts ou parfois même une méfiance absolue, une compréhension insuffisante des systèmes judiciaires respectifs ou encore une chaine de communication dysfonctionnelle sont autant de facteurs qui vont freiner les enquêtes entre différents pays impliqués dans une affaire de criminalité transnationale organisé.

Les cas de traite d'êtres humains et de trafic de migrants illustrent particulièrement bien ces défis de coopération. Le nombre de victimes de traite ou de trafic identifiées en Europe mais originaires d'Afrique de l'Ouest est alarmant, et pourtant le nombre de poursuites judiciaires conduisant à la condamnation de groupe criminels impliqués reste bas, et ce sur les deux continents.

Dans ce contexte et dans le cadre du projet PROMIS financé par les Pays-Bas et l'Italie, l'ONUDC a décidé, en 2018, de lancer une initiative innovante pour renforcer la coopération judiciaire à travers le déploiement de deux procureurs nigérians, d'abord en Italie puis en Espagne.

Suite à l'intérêt exprimé par de nombreux pays autour de cette initiative, tant pour déployer que pour accueillir des magistrats de liaison, l'ONUDC, conjointement avec l'Institut International de Syracuse pour la Justice Pénale et les Droits de l'Homme, a donc organisé une réunion avec les différentes parties prenantes pour discuter des progrès enregistrés dans la coopération internationale entre les pays impliqués, ainsi que pour identifier les défis constatés et les possibles améliorations à apporter à l'avenir.

La réunion s'est déroulée à l'Institut de Syracuse, Italie, les 5 et 6 septembre 2019 et a réuni les différents acteurs clés dans le processus de coopération notamment les magistrats de liaison eux-mêmes, des procureurs italiens et espagnols, des représentants du Ministère Fédéral de la Justice du Nigéria et d'agences des forces de l'ordre, le Vice-Président d' EUROJUST, des points focaux du réseau WACAP, des experts de l'ONUDC et de l'Institut de Syracuse, ainsi que deux magistrats de liaison nouvellement déployés de l'Érythrée et de l'Ethiopie

 

 

                               
   
Photo du group des participants à la réunion de Syracuse, les 5 et 6 Septembre 2019.

Les participants ont constaté que les deux magistrats de liaison nigérians ont joué un rôle déterminant pour établir le contact, approfondir l'échange d'informations opérationnelles, et garantir le suivi des affaires entre les juridictions. Ainsi, les forces de l'ordre nigérianes, italiennes et espagnoles ont pu identifier et arrêter des suspects, présenter des preuves dans des procédures en cours et explorer d'autres pistes pour démanteler les réseaux de traite et de trafic actifs dans ces trois pays.

Mais, plus important encore, le Dr Oliver Stolpe, Représentant de l'ONUDC au Nigéria, a relevé que « le contact direct et quotidien entre des procureurs nigérians, italiens et espagnols a contribué à créer une relation de confiance, l'ingrédient essentiel pour une coopération internationale efficace dans la lutte contre le crime organisé transfrontalier. »

     
  Photo pris pendant la réunion à Syracuse.
 
 

 

"La coopération n'est pas optionnelle". Ces mots prononcés à Syracuse par le Vice-Président d'Eurojust, M. Filippo Spiezia, montrent également à quel point la coopération bilatérale, par le déploiement de magistrats africains en Europe, mais aussi la coopération régionale à travers les réseaux WACAP et EUROJUST est indispensable dans la lutte contre le crime organisé transfrontalier.

Cette initiative du Projet PROMIS s'inscrit dans le cadre du Programme régional de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest (2016 - 2020) et contribue à l'atteinte des Objectifs de développement durable (ODD), en particulier l'ODD 16.a 16.a   visant à « Appuyer, notamment dans le cadre de la coopération internationale, les institutions nationales chargées de renforcer, à tous les niveaux, les moyens de prévenir la violence et de lutter contre le terrorisme et la criminalité, en particulier dans les pays en développement ».

 

For more information:

Le déploiement des procureurs nigériens en Italie

WACAP

Qu'est-ce que la traite des personnes ? Qu'est ce que le trafic de migrants ?

La Stratégie Régionale de l'ONUDC contre la Traite des Personnes et le Trafic Illicite de Migrants en Afrique de l'Ouest et du Centre

Programme Régionale pour l'Afrique de l'Ouest (2016-2020)