L'ONUDC, la CEDEAO et l'Union Européenne publient le rapport WENDU

 
             
 Le Rapport WENDU Report a été réalisé avec le soutient financier de l'Union Européenne.

Octobre 2019 - Le rapport WENDU, premier rapport régional sur le trafic et l'abus de drogues illicites en Afrique de l'Ouest, couvrant la période 2014-2017, a été publié. Il a vu le jour grâce à la collaboration de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) avec le soutien financier de l'Union européenne.

L'offre et la consommation illicites de drogues posent d'énormes problèmes aux pays d'Afrique de l'Ouest. Dès lors, il apparaît nécessaire de trouver des solutions durables pour remédier à l'absence de données fiables sur ce phénomène, permettant d'évaluer les interventions déjà mises en œuvre et de formuler des réponses appropriées.

Le Rapport du Réseau ouest-africain d'épidémiologie sur la consommation de drogues (WENDU) (2014-2017) fournit donc des informations sur la situation en matière de drogues sur la base des dernières données communiquées par les États membres de la CEDEAO ainsi que la Mauritanie. Le rapport vise à fournir aux décideurs les éléments nécessaires afin de prendre des décisions politiques et pratiques fondées sur des données probantes. Le rapport aborde également les conséquences sociales, sanitaires et économiques de la consommation de drogues en identifiant les facteurs de risque liés à la consommation de drogues et les cibles en matière de soins préventifs dans la région ouest africaine.

Le rapport WENDU met l'accent sur le contrôle des drogues, les troubles liés à la consommation et le traitement des toxicomanes et présente ainsi la vulnérabilité de l'Afrique de l'Ouest face à ces phénomènes qui créent un problème de santé publique et de sécurité, et une menace pour la bonne gouvernance, le développement et la paix dans la région et au-delà.

Le rapport donne également un aperçu des quantités de drogues saisies, du nombre d'arrestations pour des infractions liées à la drogue, de l'ampleur de la consommation de drogues reflétant le nombre de personnes en traitement et des politiques en matière de drogues disponibles en Afrique de l'Ouest.

En effet, parmi les principales conclusions du rapport :

 

  • Le cannabis, la cocaïne, les opioïdes et les substances de type amphétamine (principalement la méthamphétamine) ont été les principales drogues saisies dans la région entre 2014 et 2017. D'une part, cette période a enregistré une diminution des saisies de cannabis et, d'autre part, une augmentation alarmante des saisies de tramadol, indiquant une augmentation de l'usage non médical des opioïdes pharmaceutiques. Précisément, les saisies de tramadol se sont multipliées, passant de 17 tonnes en 2014 à 170 tonnes en 2017. De même, l'augmentation des saisies de mélanges contre la toux contenant de la codéine dans certains pays d'Afrique de l'Ouest indique une augmentation de l'utilisation non médicale d'opioïdes sur ordonnance.
  • Bien qu'il y ait eu une augmentation importante des quantités de drogues illicites saisies au cours de la période considérée, le nombre d'arrestations liées à ces affaires n'a que légèrement augmenté, passant de 3,8 pour 100 000 habitants en 2014 à 4,3 pour 100 000 habitants en 2017. 
  • Le nombre d'usagers bénéficiant d'un traitement dû à l'usage de cannabis est resté stable, à un taux estimé à 2 pour 100 000 habitants en 2015 et 2017 respectivement. Bien qu'une augmentation significative des tendances de l'usage de cocaïne a été observée entre 2014 et 2017, l'héroïne demeure l'opiacé le plus couramment utilisé parmi les personnes qui ont accès aux services de traitement.
  • La consommation d'héroïne et d'autres opioïdes, y compris le tramadol est relativement moins courante que la consommation de cannabis mais reste bien souvent associée à des conséquences plus néfastes.
  • Près de 18 % des personnes qui ont eu accès à des services de traitement de la toxicomanie et de réadaptation en Afrique de l'Ouest au cours de la période considérée étaient âgées de 10 à 19 ans. De plus, la majorité des personnes ayant eu des problèmes de toxicomanie au cours de la période étaient sans emploi.
  • The provision of effective drug treatment services for drug use disorders remains inadequate. Furthermore, diagnosis and treatment services for co-morbidities including HIV, hepatitis, and tuberculosis infections among people who use drugs are insufficient.
     

Le rapport recommande donc aux gouvernements et aux autres parties prenantes d'inclure la réduction de la demande de drogues comme une priorité sanitaire majeure dans tous les Etats membres de la CEDEAO et en Mauritanie tout en renforçant les systèmes de santé pour une meilleure efficacité des services de santé. Les gouvernements nationaux de la région devront déployer des efforts concertés pour donner la priorité à la réduction de la demande de drogues conformément à l'approche équilibrée soulignée dans les recommandations des Nations Unies (UNGASS, 2016).

Pour cela, le bureau régional de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre fournit une assistance technique aux États de la région depuis 20 ans. En effet, en tant que gardien de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et de ses protocoles, ainsi que des trois Conventions sur le contrôle international des drogues, l'ONUDC a pour mandat d'aider les États Membres à renforcer leurs réponses nationales, conformément à leurs obligations internationales. L'ONUDC a ainsi consacré une partie de son assistance technique aux États à la prise en charge des troubles liés à la drogue et à la lutte contre la toxicomanie. A cet égard, l'objectif est de promouvoir une approche scientifique, encourageant ainsi les Etats membres à développer des politiques et des stratégies basées sur des preuves scientifiques pour la prévention et le traitement des troubles liés à la toxicomanie.

Les conclusions du rapport contribuent directement à la réalisation de l'Objectif de développement durable (ODD), notamment au cible 3.5 qui vise à "renforcer la prévention et le traitement de l'abus de substances psychoactives, notamment de stupéfiants et d'alcool".

Pour plus d'information:

Le Rapport  WENDU (en Anglais)

Soutien au Plan d'action de la CEDEAO contre le trafic illicite de drogue en Afrique de l'Ouest

Le Programme Sahel de l'ONUDC