L'ONUDC encourage la coopération entre les acteurs de la chaîne pénale et les Forces de Défense et de Sécurité du Liptako Gourma

 

Le Liptako Gourma, région transfrontalière entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger, est miné par un climat d'insécurité et de violence depuis 2012. La situation s'est détériorée récemment, du fait de la prolifération des groupes armés, l'augmentation des affrontements communautaires et l'ascension de l'extrémisme violent. Les femmes sont particulièrement vulnérables à cette recrudescence des conflits, qui s'accompagne d'un risque accru de violence sexuelle, dans une région marquée par d'importantes inégalités socioculturelles entre les hommes et les femmes. Provoquant de sérieuses inquiétudes aussi bien au niveau régional qu'international, cette situation démontre la nécessité d'instaurer une coordination plus efficace entre les acteurs de la sécurité et de la justice dans la région, ainsi qu'avec les communautés, dans la résolution des conflits transfrontaliers.

Dans ce contexte, l'ONUDC a organisé, du 22 au 23 Janvier 2020 à Tillabery (Niger), un «  Forum transfrontalier d'échanges entre les Forces de défense et de sécurité (FDS) et les acteurs de la chaîne pénale sur les complémentarités de leurs mandats et rôles respectifs dans le cadre de leur mission ». L'objectif de ce forum était d'analyser l'état de la collaboration entre ces différents acteurs en recherchant une compréhension commune sur la complémentarité des mandats et rôles respectifs des FDS et des acteurs de la chaine pénale du Liptako Gourma. En effet, une meilleure compréhension des attributions de chacun permettrait d'améliorer le traitement judiciaire des cas de terrorisme et de criminalité transnationale organisée au travers d'une approche respectant les droits humains et sensible au genre.

Ce forum s'inscrit dans le cadre du projet « Appui aux Initiatives Transfrontalières de Dialogue Communautaire avec les Acteurs du Secteur de la Sécurité et de la Justice pour la Consolidation de la Paix », mis en œuvre conjointement par l'ONUDC et ONU Femmes et financé par le Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix (Peace Building Funds - PBF), ainsi que par le Danemark pour les activités relatives au Burkina Faso. Le Burkina Faso a été inclus dans ce projet, aux côtés du Mali et du Niger, à la suite de discussions ayant eu lieu lors des forums nationaux au Mali et au Niger en juillet 2019 et lors de la mission des donateurs du PBF au Niger du 14 au 19 octobre 2019.  

 

 

Le forum a mobilisé 54 participants issus de la chaîne pénale et des Forces de Défense et de Sécurité des différentes communes transfrontalières du Liptako Gourma, dont 10% de femmes.

Pendant deux jours, les échanges ont fait émerger des points d'intérêt commun pouvant contribuer à l'amélioration de la gouvernance démocratique du secteur de la sécurité et de la justice. La protection des droits de l'homme et l'inclusion d'une approche sensible au genre dans les prestations judiciaires et militaires sont également apparues comme une nécessité dans cette région transfrontalière. Une mutualisation des moyens et une synergie d'actions entre les trois pays ont dès lors été promues par les différents acteurs présents.

 

 

Ce forum a également constitué une opportunité majeure pour les participants d'identifier les défis auxquels ils font face et d'élaborer conjointement une feuille de route contenant des recommandations. La principale recommandation concerne le renforcement de la relation entre les acteurs des trois pays (Burkina Faso, Mali et Niger), afin de pouvoir apporter une réponse juridique et militaire conjointe face au terrorisme dans le Sahel, tout en respectant strictement les droits humains.

En effet, selon les mots de l'un des acteurs de la chaîne pénale, s'adressant à ses collègues et aux Forces de Défense et de Sécurité, « il faut qu'on soit humains nous-mêmes, si on veut lutter contre ces inhumains. »

Ainsi, les forums organisés dans le cadre de ce projet permettent aux FDS et aux communautés de se rencontrer et d'échanger afin de contribuer de façon plus efficace à la consolidation de la paix dans la région du Liptako Gourma.

Ce projet est mis en œuvre dans le cadre du Programme Sahel de l'ONUDC afin de renforcer la lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée grâce à l'inclusion des femmes et des jeunes dans le processus renforcement de la sécurité. Il contribue également à la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel ainsi qu'aux Objectifs de développement durables 16 « Paix, Justice et Institutions efficaces » et 5 « Egalité entre les sexes ».

Pour plus d'informations:

Programme Sahel