L'ONUDC poursuit la lutte contre le trafic intercontinental de drogue en établissant des CAATs dans le cadre du projet AIRCOP

Dans le cadre de son engagement continu contre le trafic illicite en Afrique, Amérique latine et dans les Caraïbes, l'ONUDC a organisé, en partenariat avec l' Organisation mondiale des douanes, INTERPOL et avec le soutien du Conseil de sécurité nationale du Panama, la 4ème réunion annuelle internationale du projet AIRCOP à Panama City du 21 au 23 avril 2015.

AIRCOP vise à renforcer les capacités de détection, d'interdiction et d'investigation des aéroports internationaux membres du projet à travers le partage d'informations opérationnelles, ainsi que la mise en place et la formation de cellules aéroportuaires anti-trafic (CAATs) pour permettre aux pays bénéficiaires de lutter contre le trafic illicite et d'autres formes de criminalité transnationale organisée.

La 4ème réunion annuelle internationale d'AIRCOP a réuni plus de 60 participants de 35 pays, regroupant des représentants d'Afrique, d'Amérique latine, des Caraïbes, d'Europe et des États-Unis. Les bailleurs de fonds et les partenaires nationaux et internationaux clés, ainsi que les organismes d'application de la loi étaient également présents.

 
4ème réunion annuelle internationale de AIRCOP, Panama City, 21-23 avril 2015

L'Afrique continue d'être l'une des principales zones de transit du monde pour le trafic de cocaïne en provenance d'Amérique latine et des Caraïbes vers l'Europe. Typiquement, la cocaïne est expédiée par avion dans des aéronefs dédiés, des courriers ou par fret aérien. Comme la cocaïne, ainsi que d'autres marchandises illicites, peuvent être déplacées à plusieurs reprises avant d'être finalement expédiées vers leur destination finale, les organismes d'application de la loi peuvent recevoir des informations clé dans ce processus. La culture de la collecte de renseignements et de partage de l'information n'est pas encore ancrée dans les réseaux de travail réguliers, soulignant la nécessité d'une approche collaborative d'AIRCOP, reliant la source, le pays de transit et la destination.

Dans ce contexte, la réunion a réuni des fonctionnaires du Bénin, Cameroun, Cap Vert, Côte d'Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée-Bissau, Mali, Maroc, Mozambique, Nigeria, Sénégal et Togo ainsi que d'Argentine, Barbade, Brésil, Colombie, République Dominicaine, El Salvador, Jamaïque, Panama et Pérou. Ceux-ci ont échangé leurs expériences et les meilleures pratiques dans la lutte contre le trafic illicite par voie aérienne avec le but de créer un lien entre les pays membres d'AIRCOP et renforcer la coordination de leurs actions et le partage d'informations entre CAATs.

Cellule aéroportuaire anti-trafic, aéroport international de Tocumen

La délégation d'AIRCOP a visité la CAAT nouvellement créée de l'aéroport international de Tocumen au Panama, accompagnée de hauts fonctionnaires et de représentants de l'ONUDC, l' Union européenne, l'OMD, INTERPOL, du Brésil, d'El Salvador et du Pérou. Le Conseil de sécurité nationale du Panama a exprimé sa volonté de coopérer avec les différentes parties prenantes et a confirmé l'engagement de la CAAT à lutter contre le trafic illicite qui emploie les passagers, le fret aérien et les avions légers.

Financé par le "Cocaine Route Programme" de l'Union Européenne et co-financé par le Canada, la Norvège et le Japon, le projet AIRCOP a formé 809 fonctionnaires, dont 121 femmes, à travers 48 activités de formation et de mentorat et des opérations conjointes depuis sa création. Cela a permis aux CAATs de saisir 635 kg de cocaïne, 449 kg de cannabis, 85 kg d'héroïne, 336 kg de méthamphétamine et 1,5 tonnes de médicaments contrefaits au travers de 291 saisies et 321 arrestations.

Pour de plus amples informations :

Le projet de communication aéroportuaire de l'ONUDC (AIRCOP)

"Cocaine Route Programme" de l'Union Européenne