Une unité canine pour accroitre les capacités de détection de drogues du Cap-Vert

Les chiens détecteurs de drogue peuvent être très efficaces dans les activités opérationnelles de nombreuses forces de police des frontières du monde. Dans le cadre de son assistance technique au Cap-Vert pour lutter contre le trafic de drogue dans le pays, l'ONUDC, en collaboration avec la Direction centrale italienne anti-drogues (DCSA) et la Guardia di Finanza italienne, a créé des synergies pour permettre la formation d'une nouvelle unité canine à l'appui de la Cellule aéroportuaire anti-trafic (CAAT) d'AIRCOP à Praia, au Cap-Vert.

La formation complexe et hautement spécialisée pour les chiens et leurs maîtres sur la recherche et la détection de drogues a été organisée entre septembre 2014 et février 2015 au Centre de formation postdoctorale de Pérouse, en Italie. Deux officiers de la CAAT du Cap-Vert ont effectué et terminé la formation et sont ensuite rentrés avec les trois chiens donnés par l'Italie. Cette formation de 6 mois a été une occasion unique pour renforcer les capacités de répression des drogues du pays et acquérir un outil crucial de détection.

Le 16 mars 2015, une délégation conjointe de l'ONUDC et de l'Union européenne a visité la nouvelle Unité canine qui est pleinement opérationnelle depuis mars. Les trois chiens (Fly, Edison et Inca) sont désormais déployés quotidiennement dans l'aéroport de la capitale à la recherche de cargaisons et bagages suspects.

Formation pour les chiens et les maîtres, Projet AIRCOP, Italie 2015

En 2014, deux agents de la CAAT de Praia sont aussi allés au Brésil dans le cadre d'un programme d'échange au cours de la première semaine de la Coupe du monde de football de 2014, avec l'objectif d'apprendre de l'expérience brésilienne dans la lutte contre le trafic de drogue par voie aérienne. L'ONUDC a également organisé pour les agents, des formations spécialisées sur les contrôles de marchandises et biens postaux, concernant le profilage comportemental et la fraude documentaire. Tous ces efforts de renforcement des capacités se sont avérés être couronnés de succès. La CAAT capverdienne a réalisé 20 saisies de drogue à ce jour, pour un poids total de 36,5 kg de cocaïne.

 
Les chiens donnés à la police judiciaire du Cap Vert dans le cadre du projet AIRCOP

Le projet AIRCOP vise à renforcer les capacités de répression des drogues dans les aéroports internationaux en Afrique, en Amérique latine et dans les Caraïbes et promouvoir le partage de renseignements et d'informations entre les services au niveau national et international. Les CAAT sont connectées aux bases de données d'application du droit international et aux réseaux de communication pour permettre la transmission en temps réel de renseignements opérationnels visant à intercepter les cargaisons illicites à d'autres aéroports internationaux.

Les autorités capverdiennes ont décidé de rejoindre le projet AIRCOP en décembre 2009 et le Groupe de travail est devenu pleinement opérationnel en juin 2011 avec des membres recrutés parmi la police judiciaire, la police nationale et la police des douanes, ont été nommés et formés. Depuis 2013, la DCSA a fourni une expertise hautement qualifiée aux pays bénéficiaires d'AIRCOP tels que le Ghana, le Cap-Vert, le Sénégal, le Mali et la Gambie. Ces connaissances et compétences contribuent à l'amélioration des capacités de répression des drogues dans plusieurs aéroports internationaux en Afrique de l'Ouest.

Financé par le "Cocaine Route Programme" de l'Union Européenne et cofinancé par le Canada, la Norvège et le Japon, le projet AIRCOP est mis en œuvre en partenariat avec INTERPOL et l' Organisation mondiale des douanes et couvre 26 pays d'Afrique, d'Amérique latine et des Caraïbes.

Pour de plus amples informations :

Le projet de communication aéroportuaire de l'ONUDC (AIRCOP)

"Cocaine Route Programme" de l'Union Européenne