Contrôle de la fraude documentaire en Afrique de l'Ouest: l'ONUDC renforce les capacités des Cellules aéroportuaires anti-trafic

La fraude documentaire constitue un important vecteur pour le trafic illicite, menaçant le contrôle frontalier, et par conséquence la sécurité de nombreux pays. Dans ce cadre, le programme AIRCOP (Projet de communication aéroportuaire de l'ONUDC) a organisé, en collaboration avec l'Agence des Services Frontaliers du Canada et la Police aux frontières française, une formation spécialisée sur le contrôle de la fraude documentaire du 2 au 6 mars 2015, à Dakar, Sénégal.

Réunissant 34 participants de 17 pays de la région, la formation a été ouverte par Mme. Anna Semou Faye, Directeur général de la police sénégalaise, au nom du Ministre de l'Intérieur du Sénégal, qui a souligné l'importance stratégique du programme AIRCOP pour la région. Cet évènement a réuni des officiels venant d'Afrique, d'Amérique latine et des Caraïbes pour la première fois depuis la création du programme en 2010, afin de bénéficier d'une formation commune.

Les participants à la formation du Projet AIRCOP de l'ONUDC sur la fraude documentaire en Afrique de l'Ouest

Dans le but d'accroitre les moyens de lutte contre le trafic de drogue, cette initiative a permis de créer un lien entre les pays bénéficiaires d'AIRCOP, en fortifiant la coordination de leurs actions, notamment dans le cadre du partage de renseignements entre Cellules aéroportuaires anti-trafic (CAATs). Deux formateurs de haut niveau, provenant des administrations frontalières canadienne et française, ont présenté les approches de lutte contre la fraude documentaire des deux côtés de l'Atlantique, tout en effectuant en même temps un échange de meilleures pratiques.

En Afrique de l'Ouest, AIRCOP a formé depuis sa création 744 agents, dont 118 femmes, à travers 44 actions de formation et d'accompagnement sur le terrain, permettant aux CAATs de saisir plus de 600 kg de cocaïne, 82kg d'héroïne, 240 kg de méthamphétamine, 377 kg de cannabis et une tonne et demie de médicaments contrefaits.

Le volet formation est primordial au sein du programme. Les agents bénéficient d'une formation initiale et de trois tutorats, accompagnés sur le terrain par des experts douaniers ou policiers. Les CAATs reçoivent également des formations très pointues sur les méthodes de ciblage, de questionnement et d'analyse comportementale, d'inspection des bagages et colis, de contrôle du fret aérien et du courrier postal.

Mis en œuvre en partenariat avec l'Union Européenne, INTERPOL et l' Organisation mondiale des Douanes, AIRCOP relie les CAATs aux bases de données et réseaux internationaux d'application de la loi, afin de permettre la transmission de renseignements en temps réel envers d'autres aéroports. Financé par l'Union européenne, et co-financé par le Canada, la Norvège et le Japon, le projet fait partie de la contribution de l'ONUDC à la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel.

Pour de plus amples informations :

Projet de communication aéroportuaire de l'ONUDC (AIRCOP)

Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel