170 kg de drogues saisis lors d'une Opération Conjointe contre le trafic de drogue par voie aérienne

Plus de 170 kg de drogues d'une valeur estimée à 10 millions d'euros, des pièces d'or ainsi que des cartes de crédit, ont été saisis lors d'une opération conjointe de lutte contre le trafic de drogue entre l'Amérique Latine, l'Afrique et l'Europe. Cette opération a été conduite dans le cadre du Projet de communication aéroportuaire (AIRCOP) financé par l'UE et mis en œuvre par l'ONUDC en partenariat avec INTERPOL et l' Organisation Mondiale des Douanes (OMD).

Cette opération dite "FOLOSA", qui a vu la participation de 22 pays, a été une occasion pour les fonctionnaires de police et de douanes d'effectuer des contrôles rigoureux sur les passagers en départ, en transit et à l'arrivée dans les aéroports internationaux situés sur les routes de contrebande connues, ainsi qu'en provenance du Moyen-Orient.

41 personnes ont été arrêtées en possession de drogue (principalement de cocaïne, d'héroïne, de méthamphétamine et de cannabis) lors de cette opération menée du 19 au 28 septembre 2015. En plus d'être dissimulée dans les bagages, les talons des chaussures et dans les cheveux, la drogue était aussi ingérée par les trafiquants.

Les résultats ont donc confirmé l'existence d'une route de trafic de méthamphétamine entre le Nigéria et l'Afrique du Sud. Ils ont également permis la découverte d'un nouveau modus operandi de trafiquants qui avalent de l'argent, ainsi que l'existence d'un marché émergent pour l'ecstasy européen au Brésil.

 
 

Conduite par INTERPOL avec le soutien de l'ONUDC, de l'OMD et d' Europol, l'opération "FOLOSA" a été menée en coordination avec l'unité INTERCOPS de l'aéroport international Guarulhos de Sao Paulo au Brésil.

Un des objectifs principaux du Projet AIRCOP, qui couvre aujourd'hui 26 pays, est la mise en place de Cellules Aéroportuaires Anti-Trafics (CAAT) composées d'agents issus de diverses administrations spécialisées dans la lutte contre la contrebande et le trafic de drogues.

Au cours de l'opération, les fonctionnaires chargés de l'application de la loi ainsi que les agents des CAAT ont multiplié les échanges d'information concernant les passagers à risque et les saisies au travers de la base de données I-24/7 d'INTERPOL et l'outil de communication de l'OMD, le CENcomm. L'exploitation des informations échangées génère une liste de plus de 200 présumés trafiquants ayant voyagé en Amérique Latine.

Quant à la base de données d'INTERPOL, son utilisation a facilité l'identification et l'arrestation d'une sud-africaine faisant l'objet d'une notice rouge d'INTERPOL, ou un avis de recherche internationale, pour de trafic de drogues.

Suite aux arrestations et aux saisies réalisées, une troisième phase de l'Opération « Folosa » portera sur l'analyse des informations reçues portant l'identité, les photographies et contacts relevés à partir des enregistrements téléphoniques et des applications de messagerie des suspects, pour des investigations approfondies.

L'opération « Folosa » a vu la participation de l'Argentine, du Bénin, du Brésil, du Cameroun, de la Colombie, de la Côte d'Ivoire, de la République Dominicaine, du Salvador, de l'Ethiopie, du Ghana, du Kenya, du Mali, de la Namibie, du Niger, du Nigéria, du Panama, du  Pérou, du Sénégal, de l'Afrique du Sud, du Togo, du Qatar et des Emirats Arabes Unis.

L'opération fait partie du Projet de communication aéroportuaire (AIRCOP), financé par l'UE dans le carde de son « Cocaine Route Programme », cofinancé par le Canada, la Norvège et le Japon, et mis en œuvre par l'ONUDC en partenariat avec INTERPOL et l'Organisation Mondiale des Douanes.

Pour de plus amples informations :

Le projet de communication aéroportuaire de l'ONUDC (AIRCOP)

"Cocaine Route Programme" de l'Union Européenne