Lancement du Réseau Inter-Agences en matière de recouvrement des avoirs pour l'Afrique de l'Ouest "ARIN-WA"

Comme beaucoup de régions du monde, l'Afrique de l'Ouest est en proie à de nombreuses formes de trafics illicite, de détournement de fonds et de corruption. Les résultats des efforts déployés pour atténuer ces phénomènes criminels sont limités, notamment en termes de condamnations et de recouvrement des avoirs blanchis. Ce constat s'explique entre autres par la sophistication grandissante des réseaux criminels, et des ressources humaines et financières insuffisantes.

Pour répondre à ces défis et pour offrir une réponse efficace en matière d'enquêtes et de cooperation régionale, le Programme mondial contre le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme et le produit du crime de l'ONUDC (GPML) a tenu du 24-27 Novembre 2014, à Accra au Ghana, un atelier régional lors duquel a été créé le Réseau Inter-Agences en matière de recouvrement des avoirs pour l'Afrique de l'Ouest (ARIN-WA).

Cet événement a regroupé 47 représentants des Etats Membres de la CEDEAO, ainsi que Sao Tomé & Principe, avec l'intention de rappeler la valeur ajoutée des réseaux de type ARIN pour l'Afrique de l'Ouest. Lors de la réunion, les participants ont eu l'opportunité de partager des exemples de bonnes pratiques concernant la coordination nationale ainsi que l'identification, la saisie, la confiscation et la gestion des avoirs criminels. Les débats ont également été enrichis par des experts Portugais, Sud-soudanais, Brésilien et Français, représentant chacun un réseau régional de type ARIN.

 
Les participants lors de l'évènement qui s'est déroulé du 24-27 novembre à Accra, Ghana

Cette réunion de quatre jours a été ouverte par le Directeur Général du Ministère des Affaires étrangères et de l'intégration régionale du Ghana et a bénéficié de la présence du Directeur Général du GIABA (Groupe Intergouvernemental d'Action contre le Blanchiment d'Argent en Afrique de l'Ouest). Les débats se sont concentrés sur la problématique de la coordination nationale en vue d'améliorer l'efficacité de la gestion des avoirs saisis et confisqués. Lors des discussions de groupe, les participants ont identifié une série de recommandations visant à améliorer l'efficacité des mécanismes de coordination, tant au niveau régional que national, avec un éclairage particulier sur le rôle des points focaux du réseau ARIN-WA ainsi que sur l'interaction avec d'autres réseaux existants.

Cet événement a été organisé grâce au soutien financier du Gouvernement français et des Etats-Unis (Bureau international des stupéfiants et de l'application de la loi), et ainsi qu'avec l'appui d'une contribution du Royaume du Danemark au travers le Programme Sahel de l'ONUDC. L'atelier a été mis en œuvre en concertation avec le Projet en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux en Afrique de l'Ouest (Programme "route de la cocaïne" de l'Union européenne) et de la Cellule de renseignement financier du Ghana.

Participants lors de la cérémonie d'ouverture de la réunion

A l'issue de la réunion, le règlement du réseau ARIN-WA a été approuvé et les délégations du Ghana et de la Côte d'Ivoire se sont portées volontaires pour assurer respectivement la Présidence et le Secrétariat du nouveau réseau dont la prochaine réunion se tiendra en 2015. Cette réunion fait suite à une étude de faisabilité conduite en 2013 et le suivi réalisé lors du premier atelier régional sur les saisies, confiscations et gestion des avoirs du crime organisé au Sénégal en mars 2014.

Depuis la mise en place du réseau CARIN (Camden Asset Recovery Interagency Network) en Septembre 2004, l'ONUDC s'est attaché à militer pour une approche orientée vers le recouvrement des avoirs criminels, en encourageant les agents d'application de la loi et les professionnels du secteur judiciaire à se concentrer sur la recherche de ces profits générés par les activités illégales.

Pour de plus amples informations:

L'ONUDC, le blanchiment d'argent et la lutte contre le financement du terrorisme