L'ONUDC renforce les efforts de lutte contre la corruption en Afrique de l'Ouest à Niamey 

Cette activité a été financée par la Norvège

Le 26-27 Février 2015, 13 autorités nationales anti-corruption des pays d'Afrique de l'Ouest se sont réunies à Niamey, au Niger, pour une Conférence régionale sur la lutte contre la corruption en Afrique de l'Ouest. Organisée par l'ONUDC en partenariat avec la Haute Autorité de lutte contre la corruption et les infractions assimilées du Niger (HALCIA), cette conférence a réuni des chefs des autorités anti-corruption de la région, ainsi que leurs chefs d'investigation, pour la première fois depuis 2012.

La coopération internationale entre les autorités anti-corruption de la région est essentielle afin d'améliorer l'efficacité des leurs activités en Afrique de l'Ouest. La conférence, rendue possible grâce au soutien financier de l'Allemagne, vise à renforcer la coopération internationale dans la région entre les autorités anti-corruption, connecter les investigateurs en matière de corruption, et développer un plan stratégique pour la région pour soutenir le Réseau CEDEAO d'institutions anti-corruption nouvellement créé en Afrique de l'Ouest.

Au cours de la cérémonie d'ouverture, le Coordonnateur résident des Nations Unies, M. Fodé Ndiaye, a rappelé aux participants que « la corruption nuit à la réduction de la pauvreté, limite la croissance économique, conduit à l'instabilité politique et aux conflits internes, et entrave les efforts visant à lutter contre le terrorisme ». Il a également souligné que « si certains pays ont fait des progrès notables, la plupart des pays de la région ont enregistré très peu de condamnations pénales, voir aucune, à la suite des enquêtes menées par les autorités anti- corruption, conduisant à un sentiment d'impunité ».

 
Participants de la conférence lors de la cérémonie d'ouverture

Le ministre de la Justice, M. Marou Amadou, a encouragé les participants, en se prononçant au nom du Premier ministre du Niger, « à intensifier leurs actions et à renforcer la position des autorités nationales anti-corruption dans le paysage institutionnel de nos États ». Le Président de HALCIA, M. Issoufou Boureima, a noté que « cette conférence présente une occasion pour mobiliser les différents acteurs de la région afin de discuter des priorités régionales dans la lutte contre la corruption ». Les experts d' Interpol, du Réseau mondial pour la justice fiscale et de l' OSIWA ont également pris part aux débats.

La Conférence a examiné les récentes conclusions du rapport du Groupe de haut niveau chargé de la question des flux financiers illicites de l'Union africaine. En particulier, les participants ont eu l'occasion de partager les réussites de la coopération internationale parmi eux sur des cas de corruption dans la région. Ils ont également discuté les priorités régionales, y compris, entre autres, le renforcement de la formation anti-corruption et l'enseignement universitaire.

Le Conseiller régional de lutte contre la corruption de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et Centrale, M. Samuel De Jaegere, a partagé les résultats de l'enquête préalable à la conférence, comprenant des statistiques sur les ressources humaines et la force budgétaire des institutions anti-corruption, ainsi que sur les taux de réussite de l'examen des plaintes, de l'engagement des poursuites et de l'obtention des condamnations. Ces résultats serviront de référence pour mesurer les progrès dans la lutte contre la corruption au fil du temps dans la région.

Les participants du Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d' Ivoire, Ghana, Guinée, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo ont adopté les conclusions finales à la fin de la conférence, appelant, entre autres, à la ratification rapide du Protocole sur la lutte contre la corruption de la CEDEAO, de sorte qu'il puisse entrer en vigueur, et renforcer les cadres juridiques nationaux de lutte contre la corruption en conformité avec les conventions internationales, notamment la Convention des Nations Unies contre la corruption. Cet événement a été réalisé grâce au soutien de la Norvège.

La déclaration complète des conclusions finales est disponible ici.

Pour de plus amples informations:

Activités de l'ONUDC en matière de lutte contre la corruption et la criminalité économique