Une initiative conjointe entre l'ONUDC et le CAMES introduit l'agenda anti-corruption dans les cursus des universités d'Afrique de l'Ouest et du Centre

En réponse aux effets profondément déstabilisateurs de la corruption, l'ONUDC a rencontré les 2-4 Juin 2015 à Doha, au Qatar, une trentaine de professeurs d'université venant de treize pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre. Au cours de l'atelier de trois jours, les participants ont exploré divers moyens d'intégrer l'agenda anti-corruption dans les programmes des universités africaines. Des représentants du Conseil Africain et Malgache pour l'Enseignement Supérieur (CAMES) étaient aussi présents à l'événement qui a pris place au Centre d'État de Droit et Anti-corruption basé à Doha.

Cet atelier est le fruit d'un partenariat de longue date entre l'ONUDC et un certain nombre d'universités et d'établissements d'enseignement, surnommé l'Initiative Universitaire Anti-Corruption (ACAD). L'ACAD a pour but de produire un ensemble multilingue et exhaustif d'outils de soutien (y compris des modules, plans de cours, études de cas et documents de référence) que les universités pourront intégrer dans leurs programmes académiques. La corruption est un sujet pertinent pour plusieurs disciplines notamment en droit, commerce, criminologie ou science politique - pourtant, il y a peu d'uniformité dans la façon dont il est enseigné.

 
Experts de l'ONUDC et participants à l'atelier

Les participants à l'atelier ont donc jetés les bases d'un modèle de classe multidisciplinaire sur la lutte contre la corruption, centré sur la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC) et ses applications. Les synergies potentielles d'une collaboration accrue entre les organisations internationales et les universités ont également été soulignés. La déclaration finale (disponible ici) encourage des organismes tels que l'ONUDC et l'UNESCO a continuer de collaborer avec les universités d'Afrique de l'Ouest et du Centre.  Dans ce contexte, une réunion de suivi organisée par le CAMES aura lieu le mois prochain à Libreville, au Gabon.

En tant que gardien officiel de la CNUCC et participant à la Stratégie Intégrée des Nations Unies pour le Sahel (SINUS), l'ONUDC renforce régulièrement les capacités d'acteurs, institutionnels ou non, cherchant à lutter contre la corruption. Cet atelier en particulier a été rendu possible grâce à la participation financière du gouvernement du Danemark.

Pour de plus amples informations :

Initiative Universitaire Anti-Corruption (ACAD)

Convention des Nations Unies Contre la Corruption

Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel

Contribution de l'ONUDC à la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel