L'ONUDC porte assistance au Sénégal dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d'argent

Une formation intensive en matière d'enquête financière destinée aux autorités sénégalaises s'est terminée le 22 mai dernier. Organisée par l'ONUDC dans les écoles et centres de formation de Dakar, les sessions de formation sur les moyens d'enquête pour lutter contre le blanchiment d'argent ont été réalisées entre avril et mai 2015, à travers le Programme global de l'ONUDC contre le blanchiment d'argent, les recettes du crime et le financement du terrorisme (GPML).

Grâce à l'appui financier de l'agence gouvernementale américaine Bureau of International Narcotics and Law Enforcement Affairs - INL, cette formation a été conduite dans le but d'identifier des formateurs nationaux, aptes à répliquer la formation reçue en matière d'enquête financière et de lutte contre le blanchiment. La majorité des candidats prenant part à l'atelier étaient issus de la Police et de la Gendarmerie nationales, des douanes, des autorités judiciaires et de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CENTIF).

L'ONUDC a également fait appel à des experts de haute qualité de France et du Maroc, aux profils tout aussi variés (magistrat, policier et douanier) permettant l'encadrement des participants ainsi qu'un véritable partage d'expérience.

fffffff 

Les participants à l'atelier et les experts de l'ONUDC

Cette formation a aussi été l'occasion pour l'ONUDC de mettre en valeur l'importance de la coordination nationale et de la communication entre les différents services. Par leurs échanges de compétences et d'expériences, les représentants de ces organisations ont permis d'illustrer qu'une enquête financière n'est efficace que si tous les acteurs travaillent ensemble afin de lutter et de récupérer les profits générés par la criminalité transnationale organisée.

S'articulant autour de modules et d'ateliers de formation sur les techniques de présentations, de sessions thématiques et d'exercices pratiques, ce projet a reçu l'appui de la CENTIF et des centres et écoles de formation sénégalais, tels que le Centre de formation judiciaire, l'Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale et l'Ecole Nationale de Police. 

Durant les dernières années, l'Afrique de l'Ouest est devenue un des pôles les plus importants de la criminalité transnationale organisée, frappée notamment par le blanchiment d'argent, la corruption et le trafic en tout genre. Le blanchiment d'argent dans la région est particulièrement connu à travers les investissements dans le secteur immobilier et les transferts d'argent à l'étranger. 

Après la création du Réseau Inter-Agence de recouvrement des avoirs pour l'Afrique de l'Ouest (ARIN-WA), le Niger a été le premier pays à connaître une condamnation pour blanchiment d'argent, créant jurisprudence pour l'ensemble de la région du Sahel.

En tant que gardien de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée (UNTOC) et la Convention des Nations Unies contre la corruption (UNCAC), l'ONUDC aide les Etats membres à renforcer leur capacité à mettre en œuvre des mesures contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme et les assiste dans la détection, la saisie et la confiscation de recettes illicites. 

Pour de plus amples informations :

L'ONUDC et le blanchiment d'argent en Afrique de l'Ouest

Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel

Contribution de l'ONUDC à la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel