Le Réseau des institutions nationales de lutte contre la corruption d’Afrique de l'Ouest (RINLCAO) élit un nouveau comité exécutif et adopte un plan stratégique (2015-2017) avec le soutien de l'ONUDC

Le 13 Mars 2015, le Réseau des institutions nationales de lutte contre la corruption d’Afrique de l'Ouest (RINLCAO) a élu un nouveau Comité exécutif lors de la réunion de leur Assemblée générale convoquée par la CEDEAO à Abuja, au Nigeria. Le nouveau comité exécutif est constitué par:

  • Le Président : M. Issoufou Boureima, Président de la Haute Autorité de Lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HALCIA) du Niger
  • Le Vice-Président : M. James Verdier Jr., Président de la Commission anti-corruption du Libéria (LACC) du Libéria
  • Le Secrétaire : Mme Nafy Ngom Keïta, Président de l'Office nationale de lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC) du Sénégal
  • Le Secrétaire des Finances : M. Shollay Davies, Commissaire adjoint de la Commission anti-corruption (ACC) de la Sierra Leone

Executive Committee of the Network of National Anti-Corruption Institutions in West Africa (from left to right): Mr. Shollay Davies; Mr. James Verdier Jr; Mr. Issoufou Boureima; Ms. Nafy Ngom Keïta

La Réunion de l’Assemblée générale du RINLCAO a réuni les institutions nationales anti-corruption de 14 États membres de la CEDEAO en Afrique de l'Ouest, et a adopté un nouveau plan stratégique (2015-2017) développé en partenariat avec l'ONUDC. L’ONUDC a fourni un soutien technique tout au long de la réunion, ainsi que préalablement. Ceci a été possible notamment grâce à la Conférence régionale sur la lutte contre la corruption en Afrique de l'Ouest (26-27 Février 2015), qui a jeté les bases pour la réunion de l'Assemblée générale du RINLCAO.

Le directeur des affaires politiques de la CEDEAO, le Dr. Rémi Ajibewa, a remercié l'ONUDC pour son soutien précieux et a promis de poursuivre son étroite collaboration. Le nouveau Comité Exécutif du RINLCAO a fixé plusieurs objectifs stratégiques, y compris la création d'une plate-forme en ligne pour les membres du RINLCAO afin de partager des informations, et la mise en place d'un secrétariat fonctionnel et opérationnel. Le lancement d'une Académie anti-corruption RINLCAO à Abuja, au Nigeria, et la mobilisation des ressources (en dehors des cotisations annuelles de 2000 $ par membre) font aussi part de ces recommandations. La prochaine réunion du RINLCAO aura lieu en Juin 2015 à Bamako, au Mali.

Outre la réunion de l'Assemblée générale du RINLCAO, les délégués ont également pris part à une table ronde sur la protection des dénonciateurs organisée par la CEDEAO, les 11-12 Mars 2015. Le Conseiller régional de lutte contre la corruption de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et Centrale, M. Samuel De Jaegere, a noté que "peu de pays d’Afrique de l'Ouest ont actuellement une législation sur la protection des dénonciateurs dans leurs droits nationaux". Il a également présenté les leçons apprises et les questions clés à considérer dans l'élaboration de normes sur la dénonciation. La Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC) encourage les États parties à fournir une protection pour les dénonciateurs contre les traitements injustifiés. Dans cette optique, de nombreux pays ont demandé une assistance technique afin d’élaborer des cadres juridiques appropriés.

Le plan stratégique du RINLCAO (2015-2017) est disponible ici.

Pour de plus amples informations:

Activités de l'ONUDC en matière de lutte contre la corruption et la criminalité organisée

Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC)