Ghada Waly

Director-General/Executive Director

 

Webinaire dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie, "Langue française, femmes francophones et numérique"

   le 24 mars 2021

Madame la Directrice générale,

Monsieur le Secrétaire général,

Monsieur le Représentant permanent,

Excellences, Mesdames et Messieurs,

C’est un grand plaisir pour moi de me joindre à vous pour marquer la Journée internationale de la Francophonie. Je remercie Monsieur le Représentant permanent de l’OIF pour cette invitation.

Je suis particulièrement heureuse de me retrouver aujourd’hui parmi tant d’amis de la langue française qui œuvrent à son rayonnement et qui connaissent bien sa capacité à rassembler.

Personnellement, j’ai été acquise à la cause du multilinguisme bien avant d’avoir pris la tête de l’Office des Nations Unies à Vienne et de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, en février de l’année dernière.

Dans mes fonctions actuelles, l’accessibilité du travail de l’ONU dans toutes les langues officielles de l’Organisation constitue l’une de mes priorités. Le multilinguisme est essentiel pour cultiver un multilatéralisme inclusif.

Je suis particulièrement fière de la manière dont mes collègues du Service de la gestion des conférences de l’ONUV ont su s’adapter aux défis posés par la pandémie, en fournissant un service d’interprétation à distance de grande qualité dans les six langues officielles, dans près de 380 réunions multilatérales depuis fin mai 2020.

Le quatorzième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale, qui vient d’avoir lieu la semaine dernière à Kyoto avec le soutien de l’ONUV/ONUDC, a franchi un pas supplémentaire dans l’utilisation des nouvelles technologies pour assurer une interprétation 100% à distance, pendant une semaine, aux 5 600 participants, dont la plupart ont participé aux débats exclusivement en ligne.

L’an passé, d’importants progrès ont aussi été réalisés par le secrétariat des Commissions basées à Vienne, avec de nombreuses pages Web rendues accessibles en français.

Tout au long de la pandémie, nous sommes donc restés résolument engagés en faveur du multilinguisme, en prenant appui sur le numérique.

Je crois fermement que les nouvelles technologies doivent toujours être mises au service de la diversité linguistique et de l’inclusion – y compris pour accroître l’égalité hommes-femmes.

L’ONUDC est fier d’accompagner les États Membres pour tirer parti des nouvelles technologies au bénéfice de l’autonomisation des femmes et des filles.

Dans une étude à paraître, menée notamment dans 11 pays francophones, nous nous penchons sur le rôle des mécanismes de justice en ligne pour améliorer l’accès des femmes à la justice. Nous facilitons l’accès des femmes à l’aide juridique, et nous menons des campagnes de sensibilisation en ligne aux dangers de la traite des personnes.

Pendant la crise de la Covid, nous avons aussi continué nos formations pour les professionnels de la justice sur les questions de genre dans la lutte antiterroriste, y compris dans le Sahel et en Afrique du Nord.

Et dans le cadre de notre programme de lutte contre la cybercriminalité, nous travaillons en Afrique de l’Ouest pour accroître la représentation des femmes dans le secteur de la cybersécurité.

Ces défis auxquels font face les États Membres, et les nouvelles solutions que nous proposons, font partie intégrante de notre Vision stratégique pour l’Afrique 2030, ainsi que de notre Stratégie organisationnelle pour les cinq prochaines années.

Mesdames et Messieurs,

J’aimerais féliciter l’OIF pour le choix du thème « Femmes francophones, femmes résilientes » cette année. En effet, les 140 millions de femmes dans l’espace francophone, en particulier celles vivant dans les pays en développement, font preuve d’une résilience hors norme au quotidien face à la crise. Je tiens à les saluer aujourd’hui et à les assurer que l’ONUDC se tient à leurs côtés.

Nous devons redoubler d’efforts pour combattre la fracture numérique afin de permettre aux femmes francophones d’accéder à de nouvelles opportunités, et à la pleine réalisation de leurs droits au sein de sociétés véritablement inclusives.

Je vous souhaite des débats fructueux aujourd’hui, et je vous remercie de votre attention.