ONUDC, l'OIT demande qu'une action soit menée pour prévenir et répondre au recrutement abusif et frauduleux

Photo: ONUDC

29 juin 2015 - Dans l'économie mondialisée d'aujourd'hui, les travailleurs sont de plus en plus obligés de chercher des occasions d'emploi loin de chez eux, et beaucoup trouvent un emploi dans un pays autres que le leur. Dans cet esprit, l'ONUDC, en partenariat avec l'Organisation internationale du Travail (OIT), ont lancé un appel mondial à l'action pour prévenir et répondre à l'abus et la fraude dans le recrutement de la main-d'œuvre. L'initiative a été dévoilé lors d'un événement qui a eu lieu en marge de la 29e session du Conseil des droits de l'homme à Genève, dans le cadre d'une série d'efforts conjoints qui comprennent des études sur la prévention de la traite des êtres humains au travers de la réglementation du recrutement de la main-d'œuvre, et les frais et les pratiques abusives de recrutement et leur relation avec la traite des personnes. Ces initiatives bénéficient du soutien non seulement des gouvernements, mais de représentants des organisations patronales et syndicales à travers le monde.

Alors que la mobilité du travail apporte des avantages à des millions de travailleurs et leurs membres de famille, pour beaucoup, il arrive à un prix élevé, en particulier quand il n'est pas correctement réglée. Les deux agences de l'emploi public et privé peuvent jouer un rôle important dans la médiation de possibilités de plein emploi productif et le travail décent, et à promouvoir le fonctionnement efficace et équitable des marchés du travail. Partout dans le monde, cependant, des préoccupations sont soulevées à propos agences peu scrupuleuses en matière d'emploi, les recruteurs du travail informel et de trafiquants criminels qui attaquent sur les travailleurs peu qualifiés et les travailleurs migrants, en particulier, d'agir en dehors des cadres juridiques et réglementaires. Abus rapportés incluent la tromperie sur la nature et les conditions de travail, la rétention des passeports, des dépôts et des déductions salariales illégales, la perception de frais de recrutement pour les travailleurs, la servitude pour dettes liées au remboursement des frais de recrutement, et les menaces de violence ou de déportation. Ces abus proviennent des lacunes existants dans la gouvernance du recrutement de main-d'œuvre, en particulier à travers les frontières internationales.

L'OIT et l'ONUDC ont ainsi uni leurs forces pour promouvoir des pratiques de recrutement équitables dans et entre les pays. L'Initiative recrutement équitable de l'OIT, qui a aussi gagné le soutien au sein du Groupe mondial sur la migration, vise à prévenir la traite des personnes et le travail forcé à l'intérieur et à travers les frontières; protéger les travailleurs, en particulier les travailleurs migrants, de pratiques de recrutement abusives et frauduleuses; réduire les coûts humains, sociaux et économiques de la migration de main-d'œuvre et d'améliorer les résultats du développement pour les travailleurs migrants et leurs familles, ainsi que pour les pays d'origine et de destination. Synergies et la coopération est en cours de construction avec d'autres initiatives pertinentes, y compris l'initiative de l'OIM sur le recrutement éthique. L'Initiative recrutement équitable est fondée sur les normes internationales et les principes directeurs, notamment les conventions, protocoles et recommandations de l'OIT, le Protocole de l'ONU sur la traite des personnes, et les Principes directeurs des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme.

En tant que gardien du Protocole sur la traite des personnes, l'ONUDC aide les Etats membres dans leurs efforts pour appliquer effectivement le Protocole et de construire des réponses globales et efficaces à la traite des personnes. Ces efforts comprennent la recherche, des documents de discussion et des rapports sur la traite des personnes à accroître la connaissance et la compréhension des concepts et des questions relatives à la traite des personnes clés des États membres.

Basé sur ces engagements et principes internationaux susmentionné, l'OIT et l'ONUDC demandent les gouvernements, les partenaires sociaux, les entreprises, d'autres organismes internationaux, et tous les acteurs concernés, le cas échéant et en fonction de leurs rôles et mandats respectifs, à renforcer leurs efforts pour répondre les pratiques de recrutement abusives et frauduleuses en considérant les actions suivantes:

  • Adopter et renforcer, en ligne avec les normes internationales, les lois nationales, en particulier le travail, la migration et les lois pénales et autres mesures réglementaires, pour traiter l'ensemble du spectre des pratiques frauduleuses et abusives de recrutement qui pourraient mener à la traite des personnes;
  • Sensibiliser les recruteurs, les agences d'emploi privées et les employeurs dans les secteurs privé et public en matière de diligence raisonnable et de meilleures pratiques sur la façon d'éliminer les pratiques de recrutement abusives et frauduleuses;
  • Permettre la coopération entre les organismes gouvernementaux concernés, les organisations d'employeurs et de travailleurs, des organisations et des représentants des agences d'emploi privées; promouvoir les partenariats stratégiques entre les secteurs public et privé, et de faciliter l'échange de bonnes pratiques au sein des voies de migration communes, de manière à
    • Veiller à ce que les recruteurs de main-d'œuvre qui violent les lois pénales sont sanctionnés, y compris, le cas échéant, pour l'infraction de traite des personnes;
    • Assurer la couverture et l'exécution des autres lois pertinentes, y compris le droit du travail, pour éliminer les pratiques abusives et frauduleuses au cours du processus de recrutement et de placement;
    • Créer un environnement qui soit propice à des pratiques commerciales équitables et durables;
  • Créer des mécanismes de plainte et de veiller à ce que les travailleurs migrants qui ont été victimes des pratiques de recrutement abusives et frauduleuses ou exploitation ultérieure, avoir accès à la justice et des remèdes efficaces, telles que la compensation;
  • Assurer le droit à la liberté d'association, de maximiser la couverture de la négociation collective et de soutenir les syndicats dans leurs efforts pour organiser les travailleurs, y compris les travailleurs migrants, afin de mieux les protéger contre l'exploitation pendant ou après le processus de recrutement;
  • Encourager la négociation transparente et participative, la conclusion et la mise en œuvre effective des accords bilatéraux et régionaux, enracinée dans les normes internationales, ainsi que d'autres mécanismes spécifiques pour assurer une meilleure coordination et la coopération internationales et de combler les lacunes réglementaires et d'application à travers les routes de migration du travail commun;

  • Assurer que des mécanismes nationaux pour réglementer le recrutement des travailleurs migrants sont intégrés dans les politiques de migration de main-d'œuvre et des accords bilatéraux et régionaux compétents, d'assurer la cohérence entre les lois et les politiques régissant le recrutement du travail nationaux et les politiques générales relatives à l'emploi, les compétences et l'éducation;

  • Promouvoir la ratification des conventions pertinentes de l'ONU et de l'OIT, en particulier le Protocole récemment adopté de l'année 2014 à la Convention sur le travail forcé, 1930; le Protocole des traite des personnes; la Convention sur les agences d'emploi privées, 1997 (n ° 181); la Convention sur la migration pour travail et la Convention des travailleurs migrants (dispositions complémentaires), 1975 (n ° 143) afin d'assurer la reconnaissance et la réglementation des recruteurs de main-d'œuvre et les agences d'emploi appropriée.

Plus d'informations:

Le travail de l'ONUDC contre la traite des personnes et le trafic de migrants

La campagne Cœur Bleu