Sondage sur des pirates maritimes expose le motif de la pauvreté, menace de marines du monde entier

Rapport sur l'enquête des prisons en Somalie. Photo: ONUDC

3 Septembre 2015 - Un sondage récent de détenus coupables libérés de prison de la piraterie maritime a désigné la pauvreté comme une des raisons de conduite de leurs actes criminels. Réalisée par l'ONUDC en collaboration avec l'ONG des océans au-delà du piratage (OBP), l'enquête a interrogé 66 pirates de maritime des prisons au Somaliland, au Puntland et aux Seychelles. Le sondage comprenait des sections sur la motivation des pirates, la perception des menaces, la piraterie de la dissuasion et de la vie après la prison.

Certains des résultats principaux du sondage comprennent :

  • Mauvaises conditions économiques comme une raison majeure pour faire du piratage, et les solutions à long terme d'aborder cela;
  • Les prisonniers se déclarant très impactée par la prison, et l'expression d'une forte volonté d'éviter de futurs temps de prison;

  • Les marines internationales, plus que toute autre activité de lutte à la piraterie, étant le principal moyen de dissuasion. Des gardes armés à bord des navires étant souvent également énumérés;

  • Un nombre important de détenus rejetant le terme "pirate" ou "piraterie", soutenant qu'elles étaient des pêcheurs qui n'ont pas été coupable de piraterie;

  • Dans le cas de ceux qui connaissait quelqu'un ayant quitté la piraterie, la principale raison étant la pression familiale ou communautaire; et

  • Le récit de la pêche illégale menées dans leur région reste une rationalisation pour la piraterie

Comme un échantillon de réponses fournies par les détenus accusés de piraterie, un prisonnier qui a été interrogé à propos de sa motivation à aller en mer a répondu, «J'étais sans argent. J'ai donc décidé de rejoindre les pirates afin d'obtenir de la nourriture.» Un autre prisonnier a admis «ma famille est pauvre, c'est pourquoi j'ai rejoint les pirates.» D'autres raisons citées étaient: la colère à la pêche illégale dans les eaux somaliennes: «Les pêcheurs illégaux nous ont poussé à devenir pirates », un prisonnier a remarqué.

Concernant la peur ressentie lorsque opérant en haute mer, plusieurs détenus a déclaré une préoccupation principale était la menace de marines internationales. Les prisonniers ont également mentionné une crainte de l'emprisonnement, ainsi que la possibilité d'être abattus par des gardes armés. Interrogé sur une éventuelle menace sur le sol, certains prisonniers ont indiqué qu'ils étaient préoccupés par des groupes locaux armés.

En parlant des résultats, Alan Cole, chef de la programme de criminalité maritime mondial de l'UNODC, a noté : « Depuis le sommet de la piraterie maritime en 2008, il y a eu une forte diminution. Bien que ce ne soit pas une preuve concluante, ce sondage montre que marines internationales, des gardes armés, et la poursuite des pirates ont tous joué un rôle décisif, et continuera à tenir les pirates sur le pied arrière. »

Pour Plus d'Informations:

Rapport sur le Sondage des Prisons en Somalie

Programme globale du crime maritime de l'ONUDC