Les traités mondiaux fournissent un plan pour sceller les fissures dans le régime juridique de la traite des personnes

Les traités mondiaux fournisse un plan pour sceller les fissures dans le régime juridique de la traite des personnes. Photo: ONU28 octobre 2016 - La lutte contre la traite des personnes n'est pas un objectif simple ou trivial, a indiqué le directeur exécutif de l'ONUDC, Yury Fedotov, exhortant les états à appliquer toutes les dispositions du protocole de Palerme, le traité des Nations Unies contenant un plan de prévention et de répression de ce fléau et visant à réprimer les responsables.

Lors d'un événement organisé au siège sur « la lutte contre la traite des personnes par le biais de la ratification universelle du protocole de Palerme visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants » , M.Fedotov s'est félicité des efforts mondiaux de lutte contre la traite des personnes.

L'événement a eu lieu avant l'évaluation par l'Assemblée générale du plan d'action mondiale de lutte contre la traite des personnes et fait suite à la huitième session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et le Sommet des Nations Unies pour les réfugiés et les migrants. 

Dans son discours lors de la conférence, M.Fedotov a souligné l'importance de la Convention et du protocole de Palerme -du nom de la ville italienne où le traité a été conclu- sur la traite de personnes et le trafic de migrants, ainsi que sur les objectifs de développement durable. 

Il a en particulier attiré l'attention sur l'objectif 16.2, qui appelle à mettre fin à la traite et à toutes les formes de violence contre les enfants, le 8.7, qui vise à prendre les mesures efficaces contre la traite des personnes et le 5.2, qui vise à éliminer toutes les formes de violences contre les femmes et les filles. 

« Ces objectifs fournissent un message clair aux criminels du monde entier, en soulignant que la lutte contre la criminalité rentre dans le cadre de la construction du développement durable. » a souligné M.Fedotov.

Un rapport de l'ONUDC à venir révèle qu'une grande partie de la traite des personnes suit les grandes routes migratoires. Dans la plupart des cas, les victimes de la traite sont étrangères au pays où le trafic a lieu et près de 80% de toutes les victimes sont des femmes et des enfants. 

« Le sort des gens, prisonniers de trafiquants inhumains dans un filet de violence, abus et exploitation est le facteur essentiel qui motive le travail. En tant que catalyseur de ces efforts, les pays doivent veiller à l'application claire et sans ambiguïté de la Convention de Palerme et de son protocole sur le trafic de personnes » a-t-il souligné. 

Bien qu'il y ait une ratification presque universelle de la Convention - 187 pays l'ont adoptée- les défis liées à sa mise en œuvre persistent. M. Fedotov a appelé les pays à appliquer la Convention et à créer un « réseau solide et efficace d'opérations, de partage d'informations et d'entraide judiciaire visant à éliminer la traite des personnes ».

Il a mis en avant trois réponses immédiates que les pays devraient prendre :

  • Elaborer de nouvelles stratégies au niveau national pouvant être intégrées dans les approches régionales et mondiales plus larges 

  • Poursuivre les enquêtes efficaces et ponctuelles et les poursuites contre les trafiquants de personnes
  • Apporter un soutien à la collaboration, coordination et coopération à tous les niveaux

Nous devons aussi aller chercher l'argent a-t-il déclaré. « Les trafiquants ne devraient pas être autorisés à récolter les profits de la douleurs, la misère et la souffrance. »

Il a plaidé en faveur d'une plus grande focalisation sur l'allocation des ressources ainsi que d'un changement stratégique visant à cibler les réseaux criminels tout en protégeant les victimes, ce qui nécessite une augmentation des efforts de la police, des poursuites judiciaires prolongées et des opérations conjointes. 

« Nous voulons vivre dans un monde où la traite des êtres humains n'existe plus et si nous devons y parvenir, nous devons nous unir et mener une action efficace sur le terrain pour atteindre cet objectif. Cela signifie plus de coopération, plus d'engagement politique, plus de détermination à arrêter, placer en détention et poursuivre les coupables »

Plus d'information:

Discours du directeur exécutif de l'ONUDC lors de l'évènement

L'ONU lance un plan d'action global contre la traite de personnes

UN Convention des Nations Unies contre la criminalité organisée

Sommet pour les réfugiés et les migrants