La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) met en œuvre un protocole d’accord sur la mise en œuvre de patrouilles maritimes conjointes dans la zone E.

08-12-2021   L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a soutenu la conduite d’une patrouille maritime conjointe dans la zone E de la CEDEAO du 22 au 24 novembre 2021, avec le financement des gouvernements du Danemark, de la Norvège et du Portugal. Grâce à cet exercice, le protocole d’accord sur la mise en œuvre de patrouilles maritimes conjointes signé en 2018 par le Togo, le Bénin, le Nigéria et le Niger a été rendu opérationnel.

Comme l’a déclaré le Dr Amado Philip de Andrés, Représentant Régional de l’ONUDC pour l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale, « Les criminels maritimes ne sont pas limités par des frontières territoriales et nationales. Une réponse multinationale est donc nécessaire pour les contrer efficacement. Il est également indispensable d’équiper les pays du Golfe de Guinée, notamment en  patrouilles conjointes multinationales, afin de constituer le point de départ de la création d’une barrière contre la piraterie et d’autres crimes maritimes."

Le représentant du ministère de la Défense du Bénin, a expliqué que le lancement effectif de l’exercice conjoint de patrouille maritime est un rêve vieux de trois ans qui se réalise grâce à divers partenariats. « C’est une nouvelle étape dans la lutte contre l’insécurité maritime dans la zone E étant donné que le golfe de Guinée est l’un des domaines maritimes les plus dangereux », a-t-il ajouté.

Avant cet exercice, l’ONUDC a dispensé des sessions de renforcement des capacités et des formations aux différents acteurs de l’application de la loi maritime au niveau des États membres participants. À la suite de la formation, les agents d’application de la loi ont renforcé leurs connaissances sur les procédures opérationnelles normalisées (PON), les règles d’engagement (RCP) et les plans opérationnels qu’ils ont mis en œuvre au cours de l’exercice. Par exemple, la formation a permis aux équipes de perquisition et de saisie du Vessel Board (VBSS) d’opérer ensemble et de faciliter de futurs exercices et opérations conjointes.