L'ONUDC lance le projet PROMIS en Gambie et évalue le cadre juridique relatif au trafic de migrants

Activités financées par le Royaume des Pays-Bas

Comme de nombreux pays d'Afrique de l'Ouest, la Gambie est confrontée à plusieurs défis interdépendants liés à la pauvreté, au changement climatique, à la croissance démographique rapide et à l'instabilité politique. Ces facteurs mettent en péril la sécurité et le bien-être de nombreuses personnes, les poussant à migrer afin de trouver une protection adéquate et d'améliorer leurs conditions de vie. 

Pour faire face à cette menace, l'ONUDC, en collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, a développé le projet PROMIS, qui vise à renforcer les capacités des pays de l'Afrique de l'Ouest et à promouvoir une approche innovante au trafic de migrants en se centrant sur les violations des droits de l'homme liées à la migration irrégulière.

En septembre 2018, une délégation de l'ONUDC est arrivée à Banjul, capitale de la Gambie, avec deux objectifs en tête : lancer le projet PROMIS et mener une évaluation du cadre juridique gambien relatif au trafic de migrants.

Du 18 au 21 septembre, le lancement du projet PROMIS a eu pour objectif de présenter la portée des activités et de proposer des domaines d'assistance technique aux responsables de l'application des lois et de la justice des principales parties prenantes, y compris les ministères et départements gouvernementaux concernés (ministère de la Justice, ministère de l'Immigration, Agence nationale contre la traite des personnes), ainsi que des organisations de la société civile et des organisations internationales. La mission a réussi à sensibiliser ces acteurs principaux aux termes du Protocole contre le trafic illicite de migrants et à examiner de nouvelles pistes pour améliorer la lutte contre le trafic illicite de migrants.

 
 

Au cours de la deuxième semaine, du 24 au 28 septembre, l'ONUDC a mené une évaluation juridique et opérationnelle afin d'aider le Gouvernement gambien à vérifier si son cadre juridique national était conforme aux dispositions de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée (UNTOC), le Protocole contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer, ainsi que le droit et les normes internationaux relatifs aux droits de l'homme. À la suite de vastes consultations avec les partenaires nationaux, l'évaluation a permis de recenser les problèmes et les besoins en assistance technique afin de lutter efficacement contre le trafic de migrants d'un point de vue juridique. Les recommandations formulées au cours de cette évaluation ouvriront la voie à la création d'un comité national de rédaction et à l'organisation de consultations nationales en vue de l'élaboration d'une nouvelle loi sur le trafic illicite de migrants.

Par l'intermédiaire de son bureau régional basé au Sénégal et de ses 10 bureaux pays basés dans la région, l'ONUDC met en œuvre sa stratégie régionale de lutte contre la traite des personnes et le trafic de migrants (2015-2020) en Afrique de l'Ouest et du Centre. Le projet PROMIS (Protection des migrants : justice, droits de l'homme et trafic de migrants) est financé par le Royaume des Pays-Bas et comprend cinq pays. Il s'agit d'une initiative conjointe de l'ONUDC et du HCDH visant à renforcer la lutte contre le trafic illicite de migrants fondée sur les droits de l'homme en Afrique de l'Ouest et du Centre.

Pour plus d'information:

Qu'est ce que la traite des personnes ? Qu'est ce que le trafic de migrants ?

Stratégie régionale de lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite de migrants