Création d'une feuille de route visant à la mise en œuvre de la Convention contre la corruption au Ghana

 
Cette activité a été financée par les Etats-Unis
 

Un atelier national s'est tenu à Accra, au Ghana, les 4 et 5 décembre 2018, sous l'égide de la Commission on Human Rights and Administrative Justice (CHRAJ), avec le soutien de l'Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC). La réunion a rassemblé plus de 20 partenaires nationaux clés dont 8 femmes afin d'élaborer une feuille de route pour la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC).

Le Ghana a signé la Convention le 9 décembre 2004, l'a ratifiée le 16 décembre 2005 et a déposé son instrument de ratification le 24 juin 2007. Le Ghana a également complété le premier cycle du Mécanisme d'examen de l'application de la Convention, axé sur les chapitres III et IV de la Convention, touchant respectivement à la criminalisation et à la coopération internationale. À la suite de l'examen du premier cycle, des recommandations ont été adressées au Ghana en décembre 2014, accompagnées d'une description détaillée de bonnes pratiques et d'exemples de réussites. Les recommandations visaient à assister le Ghana dans la pleine mise en oeuvre de la Convention, afin de prévenir, détecter, enquêter et poursuivre plus efficacement les affaires de corruption. En effet, le crime organisé prospère dans les environnements touchés par la corruption, bénéficiant du manque de capacités nationales pour mettre fin à ces activités.


L'atelier national a donc été sollicité par le Ghana afin de définir une feuille de route pour effectuer un suivi efficace des recommandations reçues dans le cadre du premier cycle du Mécanisme d'examen de la Convention.
En combinant discussions de groupe et plénières, l'atelier a abouti à l'élaboration et à l'adoption de la feuille de route pour la mise en œuvre de ces recommandations. À la fin des deux journées de travail, les parties prenantes nationales ont convenu d'actions à entreprendre par chaque institution pour mettre en œuvre les recommandations dans les délais impartis, s'étendant sur les deux prochaines années. Le directeur de la lutte contre la corruption de la CHRAJ, M. Charles Ayamdoo, a par la suite envoyé la feuille de route au bureau du Président de la République du Ghana afin d'obtenir son soutien.

Le 9 décembre 2018, à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption, M. Mahamudu Bawumia, Vice-Président de la République du Ghana, a évoqué la nécessité de donner suite aux recommandations, renforçant ainsi l'utilité d'une telle feuille de route.

Participants à l'atelier
 

M. Ayamdoo a déclaré que, lors de l'atelier national, « nous avons produit un document que nous nous sommes tous engagés à mettre en œuvre », a partagé que le Ghana « apprécie énormément le soutien continu de l'ONUDC », et a souligné que, grâce à sa collaboration continue avec l'ONUDC, Le Ghana continuera à « bénéficier fortement de ce soutien ».

Mme Virginia De Abajo Marqués, Conseillère anti-corruption du bureau régional de l'ONUDC pour l'Afrique de l'ouest et du centre, a réitéré la volonté de l'ONUDC à soutenir le Ghana dans la lutte contre la corruption, et a souligné que l'ONUDC est « à portée de main » et disponible pour continuer à soutenir le Ghana dans la mise en œuvre de la feuille de route. De plus, au cours de l'atelier, l'ONUDC a reçu de nouvelles demandes de soutien juridique sur des projets de loi nationaux liés à la lutte contre la corruption, y compris dans les domaines de l'extradition et de l'incrimination des infractions de corruption.

L'appui de l'ONUDC à la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies contre la corruption au Ghana va dans le sens des Objectifs de développement durable des Nations Unies, en particulier de l'objectif 16.5, qui vise à « réduire sensiblement la corruption sous toutes ses formes » et l'objectif 16.6 « Développer des institutions transparentes à tous les niveaux ».

Pour de plus amples informations :

Convention des Nations Unies contre la corruption

Rapport de mi-parcours du Programme régional (Nov 2018)

Objectifs de Développement Durable