Guinée-Bissau: Des trafiquants de drogue condamnés à des peines de prison records suite au renforcement du système judiciaire par l'ONUDC

10-04-2020

Un tribunal de Guinée-Bissau a condamné 12 personnes à des peines de prison records pour trafic de cocaïne le 2 avril 2020, suite à une saisie de 1,9 tonne lors de l'opération NAVARA menée l'année dernière. La drogue, cachée dans des sacs de riz, représente le plus gros butin de l'histoire de ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Les deux chefs de file du groupe sont toujours en fuite mais ils ont tous deux été condamnés par contumace à 16 ans de prison pour trafic de drogue, blanchiment d'argent et organisation criminelle, selon les communications du tribunal régional.

Opération "NAVARA" menée par la police judiciaire de Guinée-Bissau avec le soutien de l'Unité de lutte contre la criminalité transnationale (TCU) et de la Cellules Aéroportuaires Anti-Trafics. (CAAT -- AIRCOP) à Caio et Caxungo au nord-ouest de la Guinée-Bissau (2 septembre 2019) 

Dix autres, qui sont actuellement en détention, ont été condamnés à des peines de prison allant de quatre à 14 ans. D’après les déclarations du tribunal, le groupe était composé de citoyens colombiens, mexicains et de Guinée-Bissau.

Dans un entretien avec Reuters, Antonio Mazzitelli, Directeur du bureau régional de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, a félicité la Guinée-Bissau pour ce qu'il a appelé un « verdict audacieux ».  "Nous saluons cette étape importante vers la consolidation de l'État de droit" a déclaré Antonio Mazzitelli. "Nous sommes prêts à pérenniser le soutien apporté par l'ONU à la Guinée-Bissau".

L'ONUDC reste déterminé à soutenir les autorités de Guinée-Bissau conformément aux objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, en particulier l'ODD 16, qui vise à "Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et inclusives aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous."

En fin d’année dernière, le 15 novembre 2019, le tribunal régional de Bissau a également condamné trois personnes - une à 15 ans d'emprisonnement, les deux autres à 14 ans – après que la police ait découvert environ 800 kg de cocaïne lors de l'opération ‘CARAPAU’ en mars 2019.

C'est la première fois que la justice Bissau-Guinéenne réussit à poursuivre avec succès une importante affaire de trafic de drogue.

                                             La cocaïne saisie a été incinérée le 7 septembre 2019

Considérant la poursuite d'autres affaires de grande envergure, le ministre de la justice a fait appel à l'aide de l'ONUDC pour doter le pays de quartiers pénitentiaires de haute sécurité.
 
Le 9 décembre 2019, le gouvernement Bissau-Guinéen a officiellement présenté son tout premier plan stratégique national intégré (PNI) de lutte contre le trafic de drogue, la criminalité organisée et les risques connexes. Le plan a été élaboré avec l'aide de l'ONUDC et a été approuvé par le Conseil des ministres le 18 février 2020.
 
L'ONUDC soutient les autorités Bissau-Guinéennes à travers un certain nombre de projets nationaux et régionaux. L'un d'entre eux, l'Initiative côtes de l'Afrique de l'Ouest (WACI), un partenariat multipartite entre l'ONUDC, le bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel – Division des affaires politiques (UNOWAS/DPA), le Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BINUGBIS) et INTERPOL, a soutenu la création d'une unité de lutte contre la criminalité transnationale (TCU) à Bissau en 2011.
 
Le Projet de communication aéroportuaire (AIRCOP), mis en œuvre conjointement par l'ONUDC, INTERPOL et l'Organisation Mondiale des Douanes, a créé une Cellules Aéroportuaires Anti-Trafics. (CAAT) à l'aéroport Osvaldo Viera en avril 2018. Ce dispositif a depuis enregistré le plus grand nombre de saisies jamais effectuées de cocaïne acheminée par voie aérienne via Bissau.
 
Le Projet mondial de lutte contre la criminalité maritime (GMCP) de l'ONUDC a dépêché un conseiller en matière de répression maritime en Guinée-Bissau en 2018 et 2019.
 
Un projet conjoint entre l'ONUDC et l'Organisation Internationale pour les Migrations fournit actuellement une assistance aux enfants victimes de trafic en Guinée-Bissau afin de renforcer les capacités de détection, d'enquête et de poursuite des cas de traite de personnes.

Deux nouveaux projets ont récemment été approuvés pour soutenir la réponse du secteur de justice et de sécurité de Guinée-Bissau au trafic de drogue et à la criminalité transnationale organisée, financés respectivement par le Fonds pour la consolidation de la paix (PBF) et le Fonds pour la paix et le développement.
 
Enfin, un projet de lutte contre la criminalité transfrontalière soutient le renforcement de la coopération et l’amélioration de conduite des enquêtes entre le Sénégal, la Guinée-Bissau et la Gambie.