Le trafic d'espèces sauvages nuit aux animaux et à la santé humaine - le cas des Pangolins

22-04-2020

Pour marquer aujourd'hui la Journée internationale de la Terre nourricière, l'ONUDC a pré-publié le chapitre sur les Pangolins de la deuxième édition du World Wildlife Crime Report, attendue pour le 5 juin.

L'épidémie de COVID-19 a été liée à un coronavirus originaire de chauves-souris sauvages qui a été transmis aux êtres humains via un animal intermédiaire, avec le pangolin parmi les principaux suspects. Ces mammifères reclus et nocturnes sont tués pour leur viande et leurs écailles, utilisées en médecine en Asie et en Afrique. La viande de pangolins est considérée comme un met gourmet, vendue sur les marchés de produits frais, qui aurait pu servir de base possible pour la transmission du virus.

La majorité de toutes les maladies infectieuses émergentes provenaient d'animaux et ont été transmises à l'homme. Le trafic d'espèces sauvages contribue à cette tragédie, ce qui en fait une menace non seulement pour l'environnement et notre patrimoine naturel, mais pour la santé et la sécurité humaine.

«La criminalité liée aux espèces sauvages met en danger la santé de notre planète - et notre propre santé. Les pangolins n'offrent aucune menace aux humains dans leur propre habitat, mais leur permettre d'être trafiqués, abattus et vendus sur les marchés illicites avec d'autres espèces sauvages augmente considérablement le risque de transmission de virus et d'autres agents pathogènes. Pour préserver la biodiversité et prévenir la prochaine urgence de santé publique, le commerce illégal d'espèces sauvages doit cesser », a déclaré la Directrice exécutive de l'ONUDC, Ghada Waly.

Le pangolin est le mammifère le plus trafiqué au monde, les saisies de cargaisons illégales originaires d'Afrique et destinées aux marchés asiatiques ont décuplé depuis 2014, selon l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC). La recherche de l’ONUDC, qui comprend des travaux sur le terrain, a été publiée à l’occasion de la Journée internationale de la Terre  d’aujourd’hui et sera incluse dans le World Wildlife Crime Report du Bureau qui sera publié en juin. 

Il est difficile de calculer le nombre de pangolins commercialisés illégalement ces dernières années, étant donné que les saisies ne représentent qu'une petite fraction des animaux tués. Cependant, l'ampleur du commerce illégal basée sur les enregistrements de saisies suggère que l'approvisionnement sauvage n'est pas durable, alors que l'élevage de pangolins en captivité à l'échelle commerciale n'est actuellement pas possible.

Entre 2014 et 2018, l'équivalent de 370 000 pangolins ont été saisis dans le monde, ce qui suggère que des millions ont été trafiqués et tués.

Les recherches de l'ONUDC montrent que la source des pangolins saisis est principalement l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale. Les commerçants ont signalé que les trafiquants de pangolins utilisent souvent les mêmes routes pour exporter et importer des écailles de pangolin que celles qu'ils utilisent pour l'ivoire. Et les trafiquants d'ivoire semblaient être impliqués dans le commerce d’écailles de pangolin.

    

Depuis que la Conférence des Parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) a inscrit toutes les espèces de pangolins à l'Annexe I en octobre 2016, elles bénéficient du plus haut niveau de protection disponible en vertu du droit international. Malgré cette interdiction du commerce international, les pangolins restent les mammifères les plus trafiqués au monde.

Informations complémentaires:

2020 World Wildlife Crime Report