Un atelier virtuel d'enquête sur les scènes de crime pour les gendarmes de la région de Ségou (Mali) renforce les capacités de lutte contre le terrorisme

Cet atelier à été financé par
le gouvernement desEtats-Unis d’Amérique

10-06-2020

SEGOU  La scène de crime ne sent pas la fumée habituelle et les sirènes assourdissantes sont aujourd'hui silencieuses, alors que les gendarmes tentent de rassembler des indices pour leur enquête sur cet énième acte de terrorisme. La principale différence aujourd'hui : c'est une scène de crime virtuelle.

Compte tenu de la menace grandissante notamment dans les pays du Sahel, l’ONUDC a élaboré un programme d’assistance renforcée pour les pays les plus touchés, notamment la République du Mali.

Grâce à un atelier en ligne, qui s’est tenu du 19 au 21 mai 2020, l'ONUDC a pu donner aux gendarmes la possibilité d'explorer des scénarios virtuels de scènes de crime post-attentat, et de suivre les instructions d'anciens et d'actuels officiers de police sur le quadrillage d'une scène de crime, la gestion des  personnalités et curieux au abords d'une scène de crime, les explosifs, prélèvements d’échantillons pour la détermination de l'ADN ou encore, la sollicitation bénéfique du chef de village pour gérer la scène de crime et la suite de l’enquête.

L'objectif de cette formation en ligne est d'assurer la continuité des activités de l'ONUDC compte tenu de la situation exceptionnelle de COVID-19. Sept participants, dont une femme, on été sélectionnés de gendarmeries différentes dans la province de Ségou pour participer a cette formation en respectant les gestes barrières.

Le Colonel Cheick N’DIAYE, commandant de la Légion de Ségou a déclaré que la formation avait été très bien reçue par ses éléments.

"Je suis fier que l'unité de Ségou ait été la première à bénéficier de ce type de formation et j'espère que d'autres formations en ligne seront organisées pour la gendarmerie malienne", a déclaré le Colonel.

Cette session a introduit le thème de la gestion et de la préservation des scènes de crime terroristes et de la collecte d'indices en tant que premier intervenant, en discutant des bonnes pratiques et des défis identifiés par les gendarmes de la région dans la lutte contre le terrorisme.

"Nous avons relevé le défi... Nous pouvons continuer à travailler ensemble malgré la pandémie mondiale !" a t il déclaré.

  
 L'architecture en terre rouge typique de la région de Ségou, Mali 

Respect des droits de l'homme : une priorité dans la lutte contre le terrorisme 

L'ONUDC s'est engagé à défendre les droits de l'homme par le biais de son assistance technique et a consacré une grande partie de l'atelier à la discussion sur la nécessité de respecter les droits de l'homme, et la possibilité de concilier respect des droits de l’homme et lutte contre le terrorisme.

Grâce à son expertise dans les domaines de l'État de droit, de la prévention du crime et de la justice pénale, ainsi que de la prévention, du traitement et des soins en matière de drogue, l'ONUDC peut contribuer de manière significative à soutenir les Etats dans leur efforts en matière de protection des droits de l’homme.

Adjudant Oumar C. est en poste dans une localité à 250km de Ségou. « Je suis rentrée à la gendarmerie pour servir mon pays, et être utile à la Nation. C'est la  première fois que je participe à ce genre de formation sur le terrorisme, » a-t-il déclaré.  « La formation m'a apporté des notions comme les contacts sur le lieux du crime terroriste,  l'enquête et la durée des gardes a vue que je retransmettrais à mes collègues, » ajoute-t-il.

 
En plein déchiffrage d'un faux-attentat durant l'atelier 

En effet la situation sécuritaire au centre du Mali est marquée par une recrudescence des violences des groupes armés terroristes, se manifestant par des attaques de villages et de convois militaires, d’assassinats ciblés, d’enlèvements de personnes, de vols de bétails, d’incendies de récoltes et de destructions des infrastructures routières notamment des ponts.

Renforcement de connaissances

Depuis 2013, suite à la demande des autorités nationales, l’ONUDC a organisé plusieurs ateliers de formation au profit des acteurs de la chaîne pénale, notamment des magistrats, gendarmes et policiers renforçant ainsi leurs capacités à mieux enquêter, poursuivre et juger les actes de terrorisme.

 « Ca m’a permit de lire la pratique et théorique pour une bonne applications des textes » a déclaré l’adjudant Mariama D., la seule femme dans l’atelier.  « J’ai appris la conduite d’une enquête et je trouve que les femmes on beaucoup de patience. C’est souvent grâce a notre patience que nous faisons des exploits au cours des enquêtes. »

Pendant trois jours les gendarmes ont pu déchiffrer la scène de crime en détail et renforcer leurs connaissances générales et pratiques pour assurer une protection durable des droits de l’homme sur le terrain.

Pour l’Adjudant Mahamadou S., il prévoit de partager les connaissances qu'il a acquises avec ses collègues. «J’ai appris le respect de la durée de garde a vue en matière de terrorisme, la gestion d’une scène de crime, l’historique du terrorisme au sud du Sahara, mais également comment faire une formation en ligne, » dit-il.

Il est de la plus haute importance de continuer à renforcer les capacités des acteurs de la chaîne pénale des pays africains afin de les appuyer à lutter contre le terrorisme de façon efficace, à la fois pour traduire les criminels en justice et pour prévenir la commission de tels actes, même en temps de pandémie mondiale de la COVID-19.

A la fin des trois jours, les participants ont été invités à remplir une évaluation en ligne, voici quelques résultats : 

 

Évaluation globale de l'activité

L'activité a atteint ses objectifs

Connaissances acquises

Qu'avez-vous le plus apprécié ?

 

Excellent: 67%

Tres bien: 33%

 

Fortement d'accord– 43%

D'accord – 57%

 

 

Excellent – 29%

Tres bien – 57%

 

  • Droits de l'homme et auditions
  • Meilleure compréhension du fait que le terrorisme n'a pas de frontières
  • Gestion des scènes de crime
  • Le talent des formateurs et la motivation du groupe