L'ONUDC organise un atelier de planification de l'opération transfrontalière 'KAFO II' de contrôle des trafics illicites d'armes à feu

13-07-2020

DAKAR   Durant deux jours, une cinquantaine de participants du Niger,  Mali, Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire ainsi que d’Interpol (Abidjan et Lyon), de l'Organisation mondiale des douanes (OMD), de la CEDEAO et de GIZ (Agence allemande de développement) ont pris part à un important atelier (en ligne) sur la planification de cette opération 'KAFO II' pour contrôler les trafics transfrontaliers d’armes à feu.

La réunion fin juin, conduite principalement par des experts de l’ONUDC, l’INTERPOL et de l'OMD avec l’appui d’autres spécialistes issus  des institutions des pays participants, intervenant dans la lutte contre le trafic illicite d’armes, a permis aux participants de présenter les résultats de la première édition de l’opération 'KAFO' (2019) et discuter de cas concrets pour en tirer les bonnes pratiques et les leçons apprises au travers de cette expérience de coopération transfrontalière à divers niveaux.  

L’atelier a aussi permis de jeter les bases stratégiques, tactiques et opérationnelles de la deuxième édition de l’opération 'KAFO' en  cernant au lieux les défis et en capitalisant sur les succès obtenus lors de l’édition de 2019 qui avait vu la participation du Burkina Faso,  de la Côte d’Ivoire et du Mali. 

C’est dans cette optique, que « tenant compte de la persistance des défis dans la sous-région en ce qui concerne la prolifération des Armes Légères et de Petit Calibre (ALPC), et faisant suites aux recommandations formulées par les états parties (le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Mali) à la première édition de l’Opération KAFO, il a été décidé de lancer la deuxième édition de l’Opération dite ‘KAFO II’, en impliquant un pays additionnel, le Niger, et un partenaire supplémentaire, l’OMD, avec l’appui financier de la République fédérale d’Allemagne, » selon Jacques Seckène Ndour, Coordinateur régional pour l’Afrique de l’ouest et du centre, du Programme mondial sur les armes à feu de l’ONUDC.

Pour l’ONUDC et ses partenaires techniques, en intégrant le Niger dans le processus ‘KAFO’ , aux côtés du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du Mali, l’opération voit son spectre étoffé et se donne ainsi les capacités de relever les défis liés à la position géostratégie de ce pays « entonnoir »  entre la Libye et les autres pays de l’Afrique subsaharienne, notamment ceux impliqués dans cette opération transfrontalière de lutte contre les trafics illicites d’armes à feu.

 
L'Operation Kafo en Novembre, 2019  

Pour rappel, l’opération transfrontalière de contrôle des trafics illicites d’armes à feu ‘KAFO' avait pour cible les personnes et les réseaux à l'origine du trafic d'armes à feu au Burkina Faso, en Côte d'Ivoire et au Mali et permis aux services de police d'intercepter des armes à feu illicites et d'identifier des liens potentiels avec d'autres activités criminelles dans la région et au-delà, notamment le terrorisme.

L’objectif global de  'KAFO[i]' est d’appuyer et de renforcer la chaîne de justice pénale dans les pays cibles et dans la région par le biais d'actions qui favorisent la coopération transfrontalière et l’échange de bonnes pratiques et d’expérience en matière de contrôle des armes à feu, de traçage, d'enquêtes et de poursuites pénales des infractions liées au trafic illicite des armes, au crime transnational organisé et au terrorisme, » a déclaré la responsable mondiale du Porgramme des armes à feu de l’ONUDC, Mme Simonetta Grassi lors de son discours d’ouverture à cet atelier.



 

[i] KAFO signifie “Agir ensemble ou solidarité agissante” en  langues locales Diola et Bambara

 

En Savoir plus:

https://www.unodc.org/unodc/en/firearms-protocol/news/kafo-operation.html