Formation en ligne sur les enquêtes et les poursuites en matière de trafic d'armes à feu en Afrique centrale et occidentale

06-08-2020

Dans le contexte de la crise sanitaire COVID-19, le Programme mondial sur les armes à feu (GFP) de l'ONUDC concentre ses efforts sur l'adaptation à la réalité actuelle sans perdre de vue son mandat qui consiste à travailler directement avec les États membres pour lutter contre le trafic d'armes à feu.

Du 28 au 30 juillet 2020, le GFP a organisé un webinaire en ligne sur les enquêtes et les poursuites en matière de trafic d'armes à feu et d'infractions connexes à l'intention des praticiens des pays d'Afrique centrale et occidentale.

Pendant les premières semaines de la crise, qui ont vu les déplacements dans le monde entier perturbés, entraînant le report de certains ateliers en personne prévus au premier semestre 2020, les experts du GFP ont adapté leur matériel de formation pour répondre aux exigences d'un environnement en ligne, et en particulier dans un contexte où la connectivité internet est limitée.

Lors de la cérémonie d'ouverture, Simonetta Grassi, chef du GFP, a souligné l'importance de poursuivre les efforts pour lutter contre le trafic d'armes à feu malgré la pandémie, et la nécessité d'éviter l'exploitation de la crise par les criminels et les trafiquants.

 

Plus de trente praticiens de dix pays différents tels que le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, le Congo, la République démocratique du Congo, la Guinée, le Mali, le Niger et le Sénégal y ont participé.

Les participants, dans une lettre envoyée à l'ONUDC, ont souligné l'importance de ce type de formation dans le contexte actuel et la nécessité pour certains États membres d'apporter un soutien supplémentaire à la lutte contre le trafic d'armes à feu.

L'atelier s'est concentré sur des sujets tels que les dimensions du problème des armes à feu ; le cadre juridique du contrôle des armes à feu ; l'identification, le marquage, l'enregistrement et le traçage des armes à feu illicites ; les enquêtes spécifiques au trafic et la coopération internationale. L'activité a également compté sur le soutien et l'expertise du Centre régional des Nations unies pour la paix et le désarmement en Afrique (UNREC), de la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations unies en République centrafricaine (MINUSCA) et de l'Organisation mondiale des douanes.

Le GFP a également intensifié son travail pour mieux répondre à son mandat dans la situation actuelle en fournissant des équipements à ses principaux partenaires et en améliorant la connectivité internet afin que les activités puissent être menées en ligne ; en adaptant l'ensemble de son programme et de son matériel de formation aux environnements d'apprentissage en ligne, ainsi qu'en soutenant les efforts de numérisation des registres d'armes à feu.

 

Cette activité a été rendue possible grâce au soutien de l'Allemagne et de l'Union européenne.