L'ONUDC organise une réunion consultative nationale avec les points focaux antiterroristes du Ghana

28-09-2020

ACCRA La menace du terrorisme en Afrique de l'Ouest s'est accrue depuis que la pandémie COVID-19 a frappé la région. Les groupes terroristes reprochent aux gouvernements nationaux l'impact de la crise sanitaire sur les populations, ce qui a donné lieu à plusieurs attentats très médiatisés au Burkina Faso, au Tchad et au Mali. Les fermetures officielles des frontières n'ont pas pu empêcher la menace terroriste de se propager dans les pays voisins.

Malgré la crise COVID-19, l'ONUDC continue d'aider les États membres à tenir des réunions virtuelles et à fournir une assistance technique par le biais d'activités visant à maintenir ses actions de soutien aux systèmes nationaux de justice pénale pour répondre aux menaces terroristes.

Le Service de la prévention du terrorisme de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC/TPB) a organisé une réunion nationale virtuelle avec les points focaux sur la lutte contre le terrorisme du Ghana, dans le cadre du projet du Groupe de travail sur l'Afrique de l'Ouest du Forum mondial contre le terrorisme (GCTF WAWG) (2020-2021), le 25 septembre 2020, à Accra, au Ghana.

"Plusieurs des États côtiers du Golfe de Guinée ont récemment été témoins d'attentats ou ont identifié la présence de groupes terroristes dans certaines parties de leur territoire, en particulier dans des zones frontalières éloignées. Cette crise de sécurité est aggravée par la pandémie COVID-19 qui a limité la capacité de réponse nationale, mais a également radicalisé davantage le récit des groupes extrémistes. Le besoin de stratégies solides pour prévenir et contrer ces menaces est plus urgent que jamais", a déclaré le coordinateur régional de l'ONUDC pour la prévention du terrorisme en Afrique de l'Ouest et du Centre.

Le coordinateur résident des Nations unies au Ghana a officiellement ouvert la réunion et a souligné l'importance cruciale de discuter des mesures antiterroristes étant donné la dynamique qui affecte la région de l'Afrique de l'Ouest, et a exprimé le soutien des entités du système des Nations unies travaillant dans des domaines connexes au programme de l'ONUDC. Les partenariats avec l'Office international des migrations (OIM) seront notamment examinés de plus près.



Cette réunion d'une journée avec les points focaux du ministère de la défense, du ministère de la justice, du ministère de l'intérieur et du ministère de la sécurité nationale de la République du Ghana a permis de discuter des domaines thématiques clés et de proposer des actions concrètes pour renforcer la réponse du Ghana à la menace terroriste croissante.

"Je tiens à féliciter à la fois le gouvernement allemand pour son engagement et son soutien financier dans la lutte contre le terrorisme dans la région, et le gouvernement du Ghana pour tous les efforts qu'il a déployés dans ce domaine, notamment la création du ministère de la sécurité nationale, l'adoption de la législation pertinente, et le développement d'un cadre stratégique national de lutte contre le terrorisme", a ajouté le coordinateur régional de l'UNODC/TBP.

La réunion a abordé les thèmes prioritaires identifiés par le GCTF WAWG et le rapport d'évaluation de la Direction exécutive du Comité contre le terrorisme. Il s'agit notamment des manques dans la législation, du soutien à l'élaboration de la stratégie nationale de lutte contre le terrorisme, et d'autres défis et besoins identifiés dans le rapport, tels que la menace posée par les combattants terroristes étrangers (FTF) et la mise en œuvre des résolutions 2178 (2014) et 2396 (2017) du Conseil de sécurité des Nations unies ; la lutte contre le financement du terrorisme ; la gestion de la sécurité aux frontières ainsi que l'incrimination de l'incitation au terrorisme conduisant à l'extrémisme violent.

Cette activité a été financée par l'Allemagne et développée par l'UNODC/TPB