Rétablir la confiance dans les communautés transfrontalières au Niger grâce à des ateliers expliquant la chaîne pénale

12-11-2020

TILLABERRY (Niger) La détérioration de la situation sécuritaire dans la zone transfrontalière du Niger depuis de nombreuses années a affecté les communautés en général, et les femmes et les jeunes en particulier.

Les systèmes de sécurité et de justice sont fragilisés par la lutte permanente contre l'insécurité dans ces zones frontalières, qui a entraîné la montée de groupes radicaux profitant de la présence des groupes armés, du manque de perspectives pour les femmes et les jeunes, et des conflits sociaux et communautaires.

Il existe également une méfiance entre la population, les forces de défense et de sécurité, et les acteurs de la chaîne criminelle.  Le manque de compréhension du mandat, du rôle et du fonctionnement des acteurs de la chaîne criminelle et des Forces de défense et de sécurité n'encourage pas l'implication et la collaboration des communautés dans la lutte contre le terrorisme.

Afin de renforcer la collaboration et la confiance entre les communautés, le FSN et l'ACP, l'ONUDC a organisé du 31 octobre au 8 novembre 2020 à Tillabéry, des sessions de formation de formateurs des organisations de la société civile, des organisations de femmes, des organisations de jeunes et des radios communautaires sur les rôles et les mandats des Forces de défense et de sécurité et des acteurs de la chaîne pénale ainsi que sur les recours, le signalement, l'orientation et le plaidoyer venant de différentes localités des communes de Bankilare, Banibangou, Aoyrou, Goroul et Tera entre autres.

Au totale, 55 formateurs ont bénéficié de cette formation dont 45 pourcent de femmes.

Mme Rakia Ali, est representante de l’organisation de femmes AREN. Elle a beneficié de la formation. «J’ai été victime de vol dans ma localité le lendemain de la formation par un jeune homme du village. Heureusement que je venais juste de suivre la formation ou j’ai appris le rôle de la chaine pénale et les différentes voies de recours et signalement. Cela nous a permis de régler un conflit dans mon village, » at elle expliqué.

« Puisqu’il n’y a pas de FDS et ACP dans notre zone, nous avons saisi le chef de village qui represente ici l’autorité comme je l’ai appris lors de la formation. Le chef de village s’est saisi de ma plainte et a fait suivre la procedure normale jusqu’à ce que le jeune soit convoque par les FDS et a fini par avouer, » a dit Mme Ali.

Les formations visaient à présenter les rôles et mandats des FDS et ACP, et encourager une meilleure collaboration entre ces acteurs pour rétablir la confiance et lutter contre l’insécurité et le terrorisme.

Mr Boucar des Jeunes Leaders a lui aussi participé a une formation : « Au retour dans nos localités, en tant que leader des jeunes, on va convoquer les jeunes à chaque fois que l’occasion se présente, pour échanger, sensibiliser et montrer comment doivent être les rapports avec les FDS et les ACP, d’être tolérants, de collaborer pleinement pour que la paix qui nous est chère revienne dans ce pays.»

Un guide pratique a été élaboré et mis à la disposition des formateurs pour leurs actions de sensibilisation sur le terrain. Les radios communautaires ont relayé l’information en langue locale au niveau de leurs différentes stations.

«Plus de 80,000 auditeurs du Niger, du Mali et du Burkina Faso ont pu recevoir l’information suite a l’organisation d’une émission en langue locale pour sensibiliser davantage les communautés et leur faire comprendre les rôles et mandats des FDS et des ACP, le respect des droits humains et du genre pour une meilleure collaboration entre les différents acteurs de paix, a déclaré Mr Hamid Rissa, Directeur de la radio communautaire de Bankilaré.

«Maintenant que nous sommes bien informes grâce à la formation nous allons pouvoir donner la bonne information aux communautés. Ce sera aussi l’occasion pour notre radio d’animer des émissions en langue locale sur les rôles et les mandats des FDS pour mieux sensibiliser la population » a déclaré Mr Rissa.

Cette formation entre dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet conjoint ONUDC/ONUFEMMES : « Appui aux initiatives transfrontalières de dialogue communautaire avec les acteurs du secteur de la sécurité et de la justice pour la consolidation de la paix au Mali et au Niger » du Programme Sahel,grâce au financement du Fonds de Consolidation de la paix (PBF).

Pour plus d'informations:

Rétablir la confiance et le dialogue transfrontaliers au Mali et au Niger grâce aux radios communautaires