Rencontrez les champions PROMIS*

16-11-2020

Chaque semaine, nous vous présentons l'un des champions du projet PROMIS. Des personnes de toute l'Afrique de l'Ouest qui, malgré la pandémie COVID-19, ont continué à défendre les droits des migrants et des victimes de la traite des êtres humains tout au long de la pandémie sanitaire mondiale.

*Le projet PROMIS est une initiative conjointe de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et du Haut-Commissariat aux droits de l'homme (OHCRH) qui vise à renforcer les capacités des États d'Afrique de l'Ouest à élaborer une réponse fondée sur les droits de l'homme au trafic de migrants et à réagir efficacement aux violations des droits de l'homme liées à la migration clandestine. La mise en œuvre initiale du projet se concentre sur le Mali, le Niger, le Sénégal, la Gambie et la Côte d'Ivoire, avec une extension ultérieure à d'autres pays d'Afrique de l'Ouest.

Le champion de la semaine:

Ibrahima Dieng est responsable de communication et chargé de programmes au sein du Réseau Paix et Sécurité pour les Femmes de l’Espace CEDEAO (REPSFECO), qui est une organisation régionale qui travaille sur les problématiques du Genre, migration, participation politique, paix et sécurité.

Vous trouverez ci-dessous un extrait de l'interview réalisée avec l'OHCHR. Pour lire l'intégralité de l'interview, cliquez ici

 

Le réseau travaille sur la problématique du genre, de la paix et de la sécurité. Dans cette perspective, comment gérer la question des migrants et de leurs droits?

Nous privilégions toujours une approche basée sur les droits de l’homme. Nous mettons en synergie les différents acteurs dans nos actions de plaidoyer, de défense, de sensibilisation et d’appui.

L'organisation est impliquée dans le projet PROMIS, en quoi consiste votre mission et contribution dans ce projet? 

En qualité de coordonnateur, je prépare les notes conceptuelles du projet, les situations de références, les termes de références des activités avant partage et validation. Je fais aussi le suivi et le partage des expériences entre les différents pays. Je prépare également les rapports.

Comment la pandémie de la COVID-19 a-t-elle affecté vos activités, de manière générale, et votre contribution au projet PROMIS, en particulier? 

Nous avons été obligés de travailler à distance. Et la cible ne pouvant pas voyager, il fallait changer de stratégies. Le groupe WhatsApp mis en place nous a beaucoup aidé pour remonter les informations.

Comment le REPSFECO s'organise-t-il pour assurer la continuité des activités et projets au cours de la pandémie de la COVID-19? 

La stratégie a été revue. Nous privilégions une approche de proximité. Les actions en zones frontalières sont suivies par les responsables locaux et le groupe d’échanges gère le reste. Comme nous pouvons désormais nous déplacer d’une région à une autre, nous prévoyons des sorties de terrains.

Quelles sont les tendances ou les problématiques que vous avez pu identifier depuis le début de la pandémie, concernant la question des migrants, notamment dans le cadre du projet PROMIS?

Nous avons noté beaucoup de violations des droits et la pandémie a accentué cela. Beaucoup de femmes ont perdu des biens avant la fermeture des frontières et elles ont vu leurs revenus baissés ou anéantis.

En lien avec la problématique des migrants, quelle serait la situation ou l'histoire - dont vous avez fait l'expérience depuis le début de la pandémie de la COVID-19 - que vous aimeriez partager avec le monde entier? 

J’ai en tête la situation des femmes, commerçantes, bloquées de l’autre côté vivant des conditions précaires d’hébergement sans leurs familles et avec des revenus qui s’effritent chaque jour à cause de l’arrêt des activités. Si cette situation continue, elle mènera sûrement vers davantage de pauvreté.

 

For more information:

Découvrez les champions PROMIS* qui œuvrent pour la protection et la promotion des droits de l'homme des migrants durant la COVID-19.

L'interview dans son intégralité : Ibrahima Dieng