L’ONUDC soutient les forces de défense & sécurité pour une meilleure prise en charge juridique des enfants victimes de violence au Niger

04-12-2020

NIAMEY - Depuis maintenant une décennie, des milliers d’enfants sont enlevés, recrutés et exploités par des groupes armés, y compris par des groupes recensés comme groupes terroristes par les Nations Unies, et ce phénomène qui touche particulièrement la région Sahélienne.

Lorsqu’ils sont recrutés ou associés à des groupes armés, les enfants deviennent victimes d’actes de violence graves à plusieurs niveaux. En effet, ils peuvent être exploités pour des rôles de second plan, tels que rapporteurs, cuisiniers et porteurs, soumis à l’endoctrinement, aux formations de combat, à l’exploitation sexuelle et autres traitements inhumains et dégradants ; mais ils peuvent également être forcés à commettre ou être impliqués dans des infractions graves, y compris des actes de terrorisme, des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité. Cela rend la prise en charge de ces enfants très complexe sur le plan juridique lorsqu’ils sont appréhendés par les forces de l’ordre.

Dans ce contexte, l’ONUDC a organisé, du 20 au 23 octobre 2020, la formation d’un groupe de formateurs à l’Ecole de Formation Judiciaire du Niger (EFJN) composé de formateurs issus de l’EFJN elle-même, des écoles de Police, Gendarmerie et Garde Nationale, et d’autres experts nationaux, sur le thème du « traitement des enfants victimes de violence, traite, et recrutement par les groupes terroristes et extrémistes violents ».

           

A la suite de ce premier atelier, ces formateurs ont tenu le premier cycle de formations (du 27 au 30 octobre) à l’endroit d’un échantillon de 40 agents des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) de Niamey et un deuxième cycle destiné aux agents en provenance de Maradi, Zinder, Tahoua, Agadez, Diffa et Tillabéry est prévu bientôt.

Le Directeur général de l’EFJN, M. Jean Etienne Ibrahim, dans son discours d’ouverture de la formation de formateurs, a fait cas de l’importance que recouvre cette formation spécifique à l’endroit des FDS sur le traitement des enfants victimes de violence, traite, et recrutement par les groupes terroristes. « Cette formation apporte un complément de connaissances à ces officiers, déjà identifiés comme points focaux au sein de leurs corps d’appartenance pour les questions relatives aux enfants et aux femmes sur le terrain. Ils ont été formés sur les droits de manière générale, mais la question du traitement des enfants victimes de violence, traite, et surtout de recrutement par les groupes terroristes représente à l’heure actuelle une préoccupation spécifique que nos FDS doivent pouvoir prendre en compte » a déclaré, M. Ibrahim.

Le contenu des formations a été développé sur la base du manuel de formation « Le traitement des enfants victimes de violence, recrutement et traite, par les acteurs de la chaîne pénale et de protection » édité en 2019 par l’ONUDC en collaboration avec le Ministère de la Justice et l’Ecole de Formation Judiciaire du Niger (EFJN).

S’agissant de la méthodologie de l’atelier de formation, basée sur des études de cas pratiques, la consultante de l’ONUDC à Niamey en charge du plan de renforcement des capacités des acteurs de la chaine pénale et de protection des enfants, Laura Amore, a fait remarquer : « La formation a cherché à impliquer les participants en leur donnant la parole pour raconter les expériences vécues sur le terrain des opérations et réadapter ensemble la réponse qu’ils auraient pu donner en tenant compte des connaissances désormais acquises ».

Dorénavant, un groupe de 10 formateurs compétents est disponible afin d’effectuer les cycles de formation subséquents prévus par l’ONUDC ainsi que pour dispenser, de façon immédiate, les connaissances acquises en les insérant dans les curricula des écoles de formation initiale des corps ciblés.

Ces ateliers de formation ont eu lieu dans le cadre du Programme Sahel de l'ONUDC et grâce au soutien financier du Gouvernement du Danemark.