L’ONUDC apporte son appui au Togo en vue de renforcer sa réponse nationale au phénomène des combattants terroristes étrangers

08-12-2020

La menace grandissante posée par les « combattants terroristes étrangers » continue à préoccuper de nombreux pays dans le monde. En effet, le nombre d’individus, surtout de jeunes radicalisés et séduits par la violence, qui se rendent à l’étranger pour combattre ou suivre un entrainement aux côtés de groupes terroristes, ne fait qu’augmenter. Ces combattants terroristes étrangers endoctrinés, ayant des connaissances opérationnelles, représentent une menace sécuritaire dans leurs pays de destination, d’origine, voire même de transit.

La situation sécuritaire en Afrique de l'Ouest a continué à se détériorer, en particulier dans la région du Sahel. La menace que fait peser cette situation sur les États côtiers voisins est renforcée par les conditions de circulation des personnes et des biens à travers la région et les limites des capacités de contrôle aux frontières.

Ainsi, le gouvernement Togolais engage ses efforts dans le renforcement des capacités nationales de ses institutions en charge à la fois des questions de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme à prévenir et à contrer toute velléité des combattants terroristes étrangers sur son territoire.

À cet effet, l’ONUDC à travers son Unité de Prévention et de Lutte contre le Terrorisme du Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre a apporté son appui au Gouvernement Togolais en organisant un atelier national à Lomé les 25 et 26 novembre 2020. Cette activité, a été axée sur la thématique des combattants terroristes étrangers, conformément aux obligations, normes internationales et résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies 2178 (2014) et 2396 (2017).

La cérémonie d’ouverture de l’atelier a été honorée de la participation du Coordonnateur Résident des Nations Unies, M. Damien Mama et de l’Ambassadeur d’Allemagne S.E.M. Mathias Veltin, au Togo. Ceux-ci ont notamment rappelé l’importance d’agir malgré les contraintes liées à la crise sanitaire mondiale de la COVID-19.   

A l’issue de cette réunion, treize participants émanant du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, du Ministère de la Justice, du Ministère de l'Administration Territoriale, de la Décentralisation et du Développement des Territoires, du Ministère de la Défense, ainsi que du Ministère des Affaires Étrangères, de l'Intégration Régionale et des Togolais de l'Extérieur, ont été réunis avec des experts qui représentent des organisation régionales et internationales. Ils ont tout d’abord examiné ensemble les différents aspects causant le déplacement des combattants terroristes étrangers en Afrique de l’Ouest et en particulier vers les pays côtiers.

Durant ces deux jours du travail, ils ont passé en revue les outils législatifs et mécanismes de coopération, ainsi que les capacités techniques existantes aux niveaux national, régional et international mis en place pour freiner ce phénomène. Ils ont notamment pu se familiariser avec les outils et bases de données d’Interpol dans la lutte contre la menace des combattants étrangers.  De ce fait, il a été établi que le caractère sans précèdent de ce phénomène des combattants terroristes étrangers ouvrait la voie pour de réelles possibilités d’innovations techniques et législatives au Togo en matière de prévention et de lutte contre la menace terroriste.

Ces discussions fructueuses entre les praticiens togolais et les experts de l’ONUDC, du Bureau de lutte contre le terrorisme des Nations Unies, d’INTERPOL, ainsi que d’AFRIPOL ont permis aux représentants Togolais d’identifier les bonnes pratiques visant au renforcement des capacités nationales en matière de prévention, répression et poursuites d’actes terroristes pouvant être perpétrés par les combattants terroristes étrangers sur le territoire national. Les participants ont souligné la pertinence de cet atelier au regard de leurs fonctions professionnelles. Ils ont également estimé à l’unanimité qu’ils feront usage de ces bonnes pratiques et les partageront au sein de leurs autorités respectives.

Cette activité s'est tenue dans le cadre du renforcement des capacités du groupe de travail pour l’Afrique de l'Ouest du Forum mondial contre le terrorisme (GCTF WA WG), financé par la République Fédérale d’Allemagne, et fait suite à un atelier national de formation sur la coopération policière internationale en matière de lutte contre le terrorisme et le crime transnational organisé, tenu à Lomé du 13 au 15 octobre 2020.