En réponse à la crise de la COVID-19, l´ONUDC distribue des kits sanitaires et alimentaires aux victimes de traite des personnes en Côte d’Ivoire

10-12-2020

ABIDJAN - En tant que pays d’origine, de transit et de destination, la Côte d’Ivoire, à l’instar de nombreux pays de la sous-région, est confrontée aux phénomènes de la traite des personnes et aux flux migratoires mixtes.

Avec la survenue de la COVID-19, la vie des populations vulnérables a été particulièrement affectée, et notamment celle des victimes potentielles ou avérées de traite des personnes - exacerbant les inégalités économiques et sociétales, causes profondes de la traite.

Les mesures adoptées par les autorités sanitaires pour freiner la propagation du virus (mise en quarantaine, couvre-feu, confinement, restriction des voyages, limitation des activités économiques et sociales et fermeture des frontières etc.) ont eu un impact sur la réponse nationale face au phénomène de la traite des personnes.

En effet, ce phénomène a été davantage repoussée dans la clandestinité, en dépit de l’accroissement de la présence des autorités en charge de la sécurité aux frontières et dans l’espace public. Les réseaux criminels de trafiquants ont adapté leurs modus operandi à cette “nouvelle réalité” créée par la pandémie, en particulier par l’utilisation abusive des nouvelles technologies d'information et de communication. Parallèlement, la pandémie de la COVID-19 a eu un impact sur la capacité des autorités publiques et des organisations non-gouvernementales à fournir des services essentiels aux victimes de ce crime.

Cette situation a conduit l’Equipe Pays des Nations Unies en Côte d’Ivoire à proposer un programme conjoint multi agence (UNICEF, FAO, ONUDC et PNUD) pour appuyer les actions des autorités nationales dans leurs efforts initiés pour réduire l’impact de la pandémie Covid-19 sur les populations ivoiriennes.

L’ONUDC, pour sa part, s’est engagée à contribuer à une meilleure identification des victimes de traite des personnes et à leur prise en charge efficiente conformément aux standards internationaux au travers des actions suivantes :

- l’achat de vivres et matériel de protection pour les victimes de traite hébergées dans les centres de transit ;

- le renforcement de capacités des agents d’application de la loi et des ONGs sur l’identification des victimes de traites et leur prise en charge

- la sensibilisation des communautés et des victimes sur la détection précoce des victimes de traite pendant la pandémie et sur les mesures barrières contre la propagation du virus Covid-19.’’

Ainsi, le 20 novembre 2020, l’ONUDC, conjointement avec le Secrétariat Exécutif du Comité National de lutte contre la Traite des Personnes, a distribué des kits d’hygiène et de protection sanitaire et alimentaire aux femmes, jeunes filles, migrants, victimes de traite retournées et personnes déplacées, par l’intermédiaire de quatre organisations non gouvernementales et centres d´accueil (DDE-CI, Cavoequiva, Cote d’Ivoire Prospérité CIP, LISAD) qui accompagnent l’Etat de Côte d’Ivoire et les partenaires dans la lutte contre la traite des personnes et trafic illicite de migrants.

Cette activité vise à fournir une aide humanitaire rapide par l'intermédiaire des ONG qui opèrent en première ligne aux victimes vulnérables de la traite des personnes en Côte d´Ivoire.

« Malgré la pandémie, les victimes de la traite n'ont pas été oubliées. Aujourd´hui, nous invitons tout le monde, et particulièrement les femmes et les jeunes filles à se protéger du COVID19, à porter le masque et à rester en bonne santé » Mme YAPO Virginie, Secrétaire Exécutive du CNLTP.

 

Pour plus informations: 

UN Trust Fund for Victims of Human Traffickin Announces 16 NGO Projects Selected for 4th Grant Cycle Medium-term Aid Window.

Webstory: Riposte COVID-19: l'ONUDC aux côtés des acteurs nationaux engagés contre la traite des personnes en Côte d'Ivoire.