Rencontrez les champions PROMIS*

14-12-2020

Chaque semaine, nous vous présentons l'un des champions du projet PROMIS. Des personnes de toute l'Afrique de l'Ouest qui, malgré la pandémie COVID-19, ont continué à défendre les droits des migrants et des victimes de la traite des êtres humains tout au long de la pandémie sanitaire mondiale.

*Le projet PROMIS est une initiative conjointe de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et du Haut-Commissariat aux droits de l'homme (OHCRH) qui vise à renforcer les capacités des États d'Afrique de l'Ouest à élaborer une réponse fondée sur les droits de l'homme au trafic de migrants et à réagir efficacement aux violations des droits de l'homme liées à la migration clandestine. La mise en œuvre initiale du projet se concentre sur le Mali, le Niger, le Sénégal, la Gambie et la Côte d'Ivoire, avec une extension ultérieure à d'autres pays d'Afrique de l'Ouest.

The champion of the week:

Adama Mbengue, Président de l’ADHA – Action Pour Les Droits Humains Et L’Amitié (Sénégal).

Vous trouverez ci-dessous un extrait de l'interview réalisée avec l'OHCHR. Pour lire l'intégralité de l'interview, cliquez ici

 

Quelles sont aujourd’hui les activités principales et domaines d’intervention de l’ADHA et quelle est votre rôle, dans la structure, en tant que président ?

Avec la forte augmentation de la migration dite irrégulière, le désespoir des jeunes, consécutif au chômage, à la violence, au désœuvrement et à la pauvreté, nous avons mis sur pied un projet réparti en trois axes. D’abord la sensibilisation à travers un cadre interactif entre les jeunes et tous les acteurs. Ensuite l’organisation de séances de renforcement des capacités et enfin la mise en place d’un cadre qui servirait de tribune aux jeunes pour défendre eux-mêmes leurs droits, les orienter dans les structures de financement, les assister, les pousser à prendre leurs responsabilités et à croire en leurs propres capacités à développer l’Afrique et le Sénégal en particulier.

Comment le projet PROMIS s’intègre-t-il dans les activités de l'ADHA? 

Le projet PROMIS nous a beaucoup inspiré sur nos actions et nos démarches. En effet, nous avions participé à la journée de consultation nationale sur la loi sur le trafic illicite de migrants et le lancement du projet PROMIS. Nous avons également travaillé en étroite collaboration avec l’équipe de migration du HCDH & de l'ONUDC (PROMIS) sur notre projet de renforcement des capacités à l’échelle nationale. 

Comment la pandémie de COVID-19 a-t-elle affecté vos propres activités et notamment le travail autour de l’émigration clandestine des jeunes sénégalais ?

La pandémie de COVID-19 a affecté, d’une part, nos actions ainsi que notre nouvelle démarche consistant à faire des caravanes de sensibilisation et de contact dans les différentes localités du pays. D’autre part, promouvoir une nouvelle option qui consiste à présenter une personne modèle de réussite ou un migrant de retour servant de référence aux jeunes et qui va interagir avec ces derniers sur son expérience. 

Dans le contexte de la pandémie, quelles devraient être les priorités (des Etats, des organisations de la société civile, institutions internationales et régionales) pour que les politiques ou décisions pouvant faire face aux phénomènes migratoires soient efficaces, selon votre expérience ?

Selon notre expérience, il faut faire confiance aux jeunes en les sensibilisant, en les responsabilisant et en leur faisant porter le combat. Il faut également leur donner les moyens d’élaborer une politique de jeunesse susceptible de répondre à leurs aspirations, les encadrer et les orienter pour l’atteinte des objectifs fixés. Seul l’implication totale des jeunes peut renverser les tendances.

 

Pour plus d'information:

Découvrez les champions PROMIS* qui œuvrent pour la protection et la promotion des droits de l'homme des migrants durant la COVID-19.

L'interview dans son intégralité : Adama Mbengue